Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

 Conseil municipal de Bastia : Prises de bec sur la dépénalisation du stationnement dues au génie français !
1 photo disponible

Conseil municipal de Bastia : Prises de bec sur la dépénalisation du stationnement dues au génie français !


Calvi

Par

Le 27 Septembre 2017


C’est un mot de Pierre Savelli qui met le feu aux poudres. Pourtant, l’examen de la mise en œuvre de la Loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (MAPTAM) sur la dépénalisation du stationnement au 1er janvier 2018 n’avait, en lui-même, pas de quoi alimenter une polémique. Ladite loi a pour effet de transférer aux régions, départements, métropoles et communes certaines compétences relevant de l'État, notamment la prise en charge des amendes pour stationnement impayé ou dépassement de délai. Elle substitue à l’amende pénale une redevance d’occupation du domaine public dont le montant sera fixé par la commune. Supprimé le vieux PV qui nous faisait tant râler, il est remplacé par le FPS : le forfait post-stationnement ! La nuance est d’importance... L’idée de base du législateur est que la somme à débourser pour ce forfait ne doit pas excéder le montant maximal d’une journée de stationnement. Soit, pour Bastia : 4 euros/jour pour 8 heures payantes se répartissant de 8h à 12h et de 14h à 18h. Ce forfait qui s'avère un vrai régal pour les automobilistes contrevenants, menace de perte sèche la municipalité qui encaisse, aujourd’hui, 17 € par PV.

L’astuce de la 9ème heure
Pour Bastia, comme pour beaucoup de villes de France, c’est le casse-tête ! Le FPS n’étant pas dissuasif, comment rentrer dans ses sous sans modifier les tarifs de stationnement ? Certaines ont trouvé l’astuce, Bastia leur emboîte le pas. L’astuce : c’est d’aligner le FPS sur le prix de l’amende actuelle en rajoutant une heure de stationnement virtuel qui comble le différentiel de prix. Le tarif à la journée reste le même : 8 heures pour 4 euros. Ce qui change, c’est la durée maximale de stationnement qui est prolongée d’1 heure, de 18 à 19h. Le prix de cette neuvième heure est fixée à 13 euros et n’est applicable qu’en cas de non-paiement partiel ou total du stationnement. En clair, l’automobiliste vertueux, qui paie consciencieusement son stationnement, ne déboursera toujours que 4 euros par jour pour stationner en ville, la 9ème heure lui sera offerte. L’automobiliste récalcitrant ou distrait, qui rechigne ou oublie de payer, se verra taxer d’un FPS de 17 euros, c’est-à-dire les 4 euros normaux et les 13 euros de la 9ème heure. Rien ne change donc, sauf pour celui qui ne paye pas assez : la loi, désormais, exige que le FPS redevable soit diminué du montant du dernier ticket de stationnement réglé au sein de la plage horaire de stationnement valable au moment du contrôle. Par exemple, un usager contrôlé à 11 h et ayant réglé un stationnement pour une durée d’une heure (8h/9h) verra le montant de son FPS diminué d’1h, il ne paiera, donc, que 16 euros.

Le génie français
Limpide ? Pas vraiment ! « Je ne suis pas sûr d'avoir tout compris ! », lâchent, tour à tour, Francis Riolacci et Jean Zucarrelli, résumant, ainsi, l'opinion générale. Le maire reprend laborieusement ses explications et résume : « Nous avons choisi de faire une opération invisible pour les Bastiais, c’est-à-dire d’augmenter les tarifs sans toucher à leur poche. Le prix de stationnement à la journée ne change pas, il reste de 4 euros. Les résidents peuvent s'abonner à l'année à un tarif de 36 euros payable sur 12 mois. On maintient la nécessité de payer l'occupation du domaine public avec la 9ème heure ». L’opposition n’ayant pas grand chose à redire à cette opération blanche, le débat aurait pu tourner court si Pierre Savelli n’avait ironisé : « Cette loi est une vraie manifestation du génie français ! Ca vous fera plaisir », décoche-t-il en direction de Jean Zuccarelli. L’élu PRG n’apprécie pas et rétorque : « Le vrai sujet n'est pas de savoir s'il faut se mettre en conformité avec la loi et le génie français, mais de simplifier la vie des Bastiais ». Et pour lui, le compte n’y est pas : « Vous avez renforcé le système répressif depuis trois ans, ça a plus de mal à passer ! Pour le reste, tout ce que vous avez fait était déjà dans notre programme. Le vrai changement est d'aller vers un système d'abonnement pour les résidents et de l'élargir à d'autres publics qui ont une pratique quotidienne en centre-ville » même si, tient-il à préciser « tout ce qui peut favoriser le stationnement à l'extérieur doit être bienvenu ».

Les poches des Bastiais
Le tacle amuse Pierre Savelli qui réplique goguenard : « Chaque fois qu'on fait quelque chose de bien, c'était dans votre programme ! Votre programme, c’est l'encyclopédie Universalis en 10 ou 15 volumes… il date un peu ». Le propos enflamme Francis Riolacci qui lance : « Le maire a un problème avec l'opposition. Dés qu'on entre dans un débat sérieux, il blague ! ». Puis, il passe à l’attaque : « Vous avez plus que doublé les recettes de police. Vous faites les poches des Bastiais ! C’est ça votre véritable projet - taxer les Bastiais - que vous embrouillez beaucoup, que vous enrobez de blagues et d’humour. Le but que vous avez en tête, c’est d'accroître le nombre d'horodateurs dans cette ville, vous avez le souci de remplir les caisses. Quand au génie français, il sauve parfois des vies, personne ici ne peut s'en plaindre ». La riposte du maire est brutale : « Nous avons augmenté les recettes en matière de PV vu qu’au mois de mars 2014, avant les élections, il n’y a eu que 45 PV. Il n'y a avait pas de verbalisation, c’était à la tête du client. L'argent, qui rentre dans les caisses, nous permettra d'investir ». La prise de bec s’envenime et vire à la farce. Le 1er édile finit par couper court et met le rapport au vote. Il est adopté, le MCD (Mouvement Corse Démocrate) de François Tatti vote contre, les Communistes et le PRG s’abstiennent.

N.M.
 



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Lisula : Trasmissione ecoludica per i zitelli

Le 23 Février 2018

zitelli iscritti à l'accogliu di i minori intercumunale di u CIAS di Lisula Balagna, anu prisentatu eri mane à a scola di Lisula, un travagliu annant'à i frazi attraversu un filmettu è un bellu ricettore per u scumparitimentu fattu da per elli .
 

Radio Calvi Rugby à Furiani avec France-Italie : Ce ne sera pas la première fois...

Le 23 Février 2018

France-Italie du tournoi des 6 Nations féminin, qui se déroulera ce samedi à 21 heures sur le stade Armand-Cesari, marque le retour du rugby à Furiani. Le ballon ovale a fait en effet de nombreuse incursions sur la pelouse où le football corse a écrit quelques-unes de ses plus belles pages.
 

Radio Calvi Le doyen de Zilia, Francescu Santelli nous a quittés dans sa 105e année

Le 23 Février 2018

Le petit village de Zilia pleure le décès de son doyen Francescu Sabtelli décédé à l'âge de 104 ans, entouré de l'affection des siens. Ses obsèques ont été célébrées jeudi matin en présence d'une foule nombreuse
 

Radio Calvi Joseph Pucci devient le nouveau président du syndicat d’énergie de Corse-du-Sud

Le 23 Février 2018

Seul candidat en lice, le maire de Viggianello et conseiller territorial de Pè a Corsica, Joseph Pucci, a été élu, sans surprise, président du syndicat d’électrification de la Corse du Sud (SDE2A). Les 192 maires inscrits au syndicat et 8 conseillers territoriaux étaient appelés à voter jeudi matin au Palais des congrès d’Ajaccio. 147 se sont prononcés en sa faveur contre 20 bulletins blancs et 7 nuls. Joseph Pucci succède à Jean-Jacques Panunzi à qui il a rendu hommage avant de décliner ses priorités et les enjeux.
 

Radio Calvi Nanette Maupertuis : « C’est, dans le contexte européen, une chance de rencontrer la vice-présidence de la Bulgarie »

Le 23 Février 2018

Une délégation corse, composée du président de l’Exécutif Gilles Simeoni, de la conseillère exécutive Nanette Maupertuis, du député Jean-Félix Acquaviva, de la directrice de la culture Andrée Grimaldi, et de la responsable des filières agricoles de l’ODARC Marie-Pierre Bianchini, s’est rendue mardi à Sofia en Bulgarie. Un déplacement, à la fois, culturel, diplomatique et promotionnel. Une seule journée intense de rencontres qui est tombée à pic au moment où la Bulgarie assure la Présidence de l'Union européenne (UE) pendant six mois et où se décide la politique de cohésion 2020-2026. Deux entretiens avec la Vice-Présidente, Iliana Iotova, et la Vice-Premier Ministre en charge de la présidence européenne, Liliana Pavlova, ont été l’occasion pour l’Exécutif corse de plaider, comme il l’avait fait l’an dernier à Malte, la nécessité d’une politique européenne prenant en compte les contraintes de l'insularité, les besoins des îles et des régions montagneuses. Des enjeux exposés, pour Corse Net Infos, par Nanette Maupertuis, en charge notamment des affaires européennes, membre du Comité des régions et présidente de l’Agence de tourisme de la Corse (ATC).
 

Radio Calvi
Autres actualités :