Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

 Julie Benetti : "la Corse est une terre de réussite éducative"
1 photo disponible

Julie Benetti : "la Corse est une terre de réussite éducative"


Calvi

Par

Le 02 Septembre 2019


- La rentrée 2019 /2020 sera marquée par la réforme du baccalauréat. Comment l’Académie de Corse va-t-elle l’aborder ?
- Nous abordons cette rentrée avec confiance et sérénité grâce à la forte mobilisation des chefs d’établissement, des corps d’inspection et des services académiques qui ont travaillé tout au long de l’année dernière à la mise en œuvre de la réforme du baccalauréat général et technologique. Chacun de nos lycées offre un grand nombre d’enseignements de spécialité. Et je me réjouis que nos élèves de première générale s’en soient pleinement saisis, qu’ils aient fait le choix de combinaisons variées qui bien mieux que les anciennes séries répondent aux goûts et aux aspirations de chacun.

- Cette réforme prochaine a suscité de vives polémiques notamment au niveau de la langue corse qui serait, selon les élus de la majorité régionale, menacée. Quelle réponse apportez-vous ?
- Cette polémique m’a surprise. L’Assemblée de Corse, à l’unanimité de ses membres, avait elle-même ndemandé en octobre dernier la création d’un enseignement de spécialité « langue corse ». J’ai porté et soutenu cette demande au regard de l’avancée considérable qu’un tel enseignement représente pour la langue corse et le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, y a accédé. Dans l’ancien bac, sauf en série L, la langue corse ne pouvait être choisie qu’en deuxième langue vivante et en enseignement optionnel. Désormais, elle peut, en plus de la LV2 et de l’option, être choisie par tout élève de première générale comme enseignement de spécialité de 4 heures en première et de 6 heures en terminale avec un coefficient 16 au baccalauréat, c’est-à-dire 16% de la note finale. Le développement de la langue corse auquel nous sommes tous attachés a plus besoin de concorde que
de polémiques.

- Cette dernière se dit favorable au développement de l’immersion. Vous l’êtes aussi. Un point de convergence ?
- Je n’ai aucun a priori face à l’immersion, ni favorable, ni défavorable. Je suis en revanche intéressée par le principe même d’une expérimentation qui permet de vérifier la pertinence d’autres pratiques pédagogiques. Nous poursuivons donc cette expérimentation à la rentrée avec deux nouvelles écoles immersives. L’essentiel réside dans l’évaluation de cette expérimentation. C’est au regard des résultats de ces évaluations, dans l’acquisition du corse mais aussi du français par les élèves concernés, que j’apprécierai son intérêt et son bien-fondé.

- Quelles perspectives pour la prochaine rentrée ?
L’abaissement de l’âge de la scolarité obligatoire à 3 ans, la poursuite du dédoublement des classes de CP et de CE1 en éducation prioritaire, la création d’un service public de l’école inclusive pour mieux accueillir tous les élèves en situation de handicap, la réforme de la voie professionnelle et celle du baccalauréat général et technologique. L’ambition est toujours la même : élever le niveau général de tous nos élèves au service de la justice sociale.

- Le maintien de l’école en milieu rural, un combat difficile ?
- Non seulement aucune école rurale en Corse n’est menacée de fermeture, mais plus encore nous rouvrons une école cette rentrée à Valle d’Alesgiani avec un effectif de 8 élèves. C’est un cas unique qui prouve notre détermination en lien avec les maires à faire de la carte scolaire un levier contre la désertification rurale. Nos élèves du rural bénéficient du meilleur taux d’encadrement dans le premier degré mais aussi dans le second degré avec 7 collèges dans l’académie qui compte moins de 200 élèves.

- Les chiffres de la rentrée ?
- Des effectifs assez stables. Pour autant, nous ouvrons 56 classes dans le premier degré contre 16 fermetures, soit un solde net positif de 40 classes supplémentaires.

- Vous êtes en place depuis un an. Quelle analyse faites-vous de cette période ?
- Une année aussi dense que passionnante. J’ai visité un très grand nombre d’établissements et d’écoles pour aller à la rencontre des personnels de direction, des professeurs, des élèves et de leurs parents. Et partout le même engagement au service de l’épanouissement de nos élèves. La Corse est une terre de réussite éducative.

- Le collège du Stiletto ouvrira ses portes comme convenu dans les délais. Pour autant l’accès et le, transport scolaire risquent de poser problème. Cela va-t-il freiner les débuts de ce nouvel établissement ? 
Cette ouverture est le résultat d’un partenariat fructueux entre la Collectivité de Corse et l’Etat qui y a contribué pour 70% - 21 millions d’€ - au titre du PEI. Il y a toujours une phase d’ajustement à l’ouverture d’un nouvel établissement mais à ma connaissance, toutes les conditions sont réunies pour dès mardi accueillir au nouveau collège du Stiletto les élèves et les personnels dans les meilleures conditions.

 

Les chiffres de la rentrée

47 114 élèves
24 625 dans le Premier degré
22 489 dans les collèges et lycées
4 617 agents dont  3 798 enseignants premier et second degrés, public et privé
et 819 personnels IATSS (ingénieurs, administratifs, techniques, sociaux et de santé) et AVS-I (auxiliaire de vie scolaire individuel), assistants d’éducation.

Premier degré : 252 écoles
62 écoles maternelles publiques (30 en Corse-du-Sud et 32 en Haute-Corse)
186 écoles primaires publiques (79 en Corse-du-Sud et 107 en Haute-Corse)
4 écoles privées (2 en Corse-du-Sud et 2 en Haute-Corse)
133 écoles rurales dont 46 à classe unique (65 écoles rurales en Haute-Corse et 68 écoles rurales en Corse-du-Sud, 27 classes uniques en Haute-Corse et 19 classes uniques en Corse du Sud)
56 ouvertures de classe (16 en Haute-Corse et 14 en Corse -du-Sud)

Second degré : 47 établissements
31 collèges

dont 29 collèges publics (14 en Corse-du-Sud et 15 en Haute-Corse)
et 2 collèges privés (1 en Corse-du-Sud  et 1 en Haute-Corse)


15 lycées
9 lycées publics (4 en Corse-du-Sud  et 5 en Haute-Corse)
4 lycées professionnels (2 en Corse-du-Sud  et 2 en Haute-Corse)
2 lycées privés (1 en Corse-du-Sud  et 1 en Haute-Corse)
1 EREA

Education prioritaire
10 collèges REP (3 en Haute-Corse et 7 en Corse-du-Sud)
1 collège REP+ en Haute-Corse
73 écoles en Education prioritaire (25 en Corse-du-Sud et 48 en Haute-Corse)

Les Diplômes
87,6 % de réussite au Diplôme National du Brevet et 90% de réussite au Baccalauréat général, technologique et professionnel
4700 étudiants inscrits à l'Université de Corse



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Sébastien Groueix a remporté la manche calvaise du championnat de Corse de funboard

Le 18 Novembre 2019

Ce dimanche le sociétaire de la SNL de Porticcio, Sébastien Groueix a remporté la manche balanine des championnats de Corse de funboard qui s'est déroulée sur le plan d'au de la baie de Calvi.

Radio Calvi Plus de 200 jeunes au tournoi de Judo de Calvi

Le 18 Novembre 2019

A l'initiative du Kodokan Corse, 200 judokas venus de toute la Corse mais aussi de Toulon, Sanary et La Crau ont participé ce dimanche au Tournoi national de Calvi réservé aux catégories benjamins et minimes.

Radio Calvi Le CPIE - U Marinu présente la 20ème édition de "Méditerranée Mer vivante"

Le 18 Novembre 2019

Dans le cadre de la Fête de la Science, qui se déroule depuis le 9 Novembre du Nord au Sud de la Corse, le CPIE Bastia - U Marinu et le Lions Club Bastia Libecciu ont dévoilé, ce samedi 16 novembre, la 20ème édition de l'ouvrage "Méditerranée - Mer vivante". Edité pour la première fois en 1992, cet encyclopédie sur la biodiversité méditerranéenne ne cesse de s'étoffer d'année en année, grâce au travail passionné de nombreux chercheurs et autres scientifiques en la matière.

Radio Calvi Centres commerciaux : La Fondation Coppieters met en scène l’impact de ces zones de « non-lieux »

Le 18 Novembre 2019

Les centres commerciaux sont-ils les nouveaux lieux de vie ? Veulent-ils devenir des pôles névralgiques et purement économiques en périphérie urbaine au détriment des centres villes désertés et d’un aménagement cohérent du territoire ? C’est la crainte de la fondation Coppieters qui a décidé de porter un projet autour de cette thématique à travers une exposition « Zones commerciales : Regards croisés sur des non lieux » qui se tiendra du 19 au 23 novembre à l’auditorium du musée de Bastia et d’une table ronde, le 19 novembre à 18 heures. Explications, pour Corse Net Infos, d’Antonia Luciani, secrétaire générale de la Fondation Coppieters et organisatrice de l’évènement.

Radio Calvi Cullitivu Massimu Susini : "à terme les Corses seront contraints à une confrontation directe avec la mafia"

Le 18 Novembre 2019

Le 15 Novembre 2019 le Cullitivu Massimu Susini a écrit deux lettres adressées respectivement à la préfète de Corse ainsi qu’au président du Conseil exécutif et au président de l’Assemblée de Corse. Cette initiative fut prise suite à l’intervention de la préfète interrogée sur “Via Stella” à propos de la mafia en Corse qui suscita l’indignation dans le Collectif.

Radio Calvi
Autres actualités :