Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Antoine Ciosi : L'ultimu giru démarre aux Folies Bergère
1 photo disponible

Antoine Ciosi : L'ultimu giru démarre aux Folies Bergère


Calvi

Par

Le 28 Juillet 2017


Bon pied, bon œil, toujours le même souci de la recherche de la perfection lorsqu'il s'exprime, comme il aime à le faire, en Corse., où lorsqu'il écrit comme aujourd'hui quelques belles pages qui ont, elles aussi, une bonne part de succès : les années passent sans avoir de prise sur Antoine Ciosi.
Le visage est certes buriné par le temps mais à Corbara, en Balagne, dans son jardin presque suspendu au-dessus de la mer, en discourant avec le maître des lieux, on prend mieux la mesure de la stature d'Antoine Ciosi.
Ce n'est pas seulement une voix..Un amoureux de la Corse. De sa terre. De ses traditions et de sa langue.
C'est aussi un homme de valeur et de valeurs comme notre terre sait encore, et heureusement, en recèler.
Qui à 86 ans fait toujours référence à ses parents qui ont connu la misère, à sa mère - fille de meunier à Venzolasca - et à son père, - communiste ind'è l'anima de l'Ocagnano -, mais qui, un jour, n'a pas résisté au plaisir d'acheter, sur le marché de Bastia, une statue de Saint Antoine pour l'offrir à son fils !
Oui il a 86 ans Antoine Ciosi mais il ne "traîne pas encore les pieds".
La passion est toujours là. Elle est aussi forte que celle qui l'animait tout jeune quand il se mettait, quand il le pouvait, à l'écoute de l'unique station de radio qui était accessible à l'époque.
"Je reproduisais ce que j'entendais au Mulinu " sans rien connaître ni du chant ni du solfège.
Cela ce sera pour plus tard sur Paris, une fois qu'il se sera produit sur la scène estivale de l'Empire de Bastia où un commerçant de Venzolasca, amateur de bel canto, l'avait encouragé à se produire.
A Paris, ce fut longtemps la "bohème" pour Antoine Ciosi.
"J'ai fait trois ans d'opérette à Mogador. Il fallait bien manger" explique le Casincais qui pensait voir son horizon s'éclaircir ce jour de 1963 où l'on vint le chercher pour participer au festival de la chanson corse.
Une soirée à l'Olympia à laquelle Antoine Ciosi a participé avec un sacré atout dans sa manche : "Paese spentu" signé Ghjuvanni Giocanti de Zuani et Vincente Orsini de Bastia, un texte qu'il avait perdu de vue avant de le retrouver au moment opportun.
"J'y suis allé confiant. Parce que je savais que cette chanson allait faire son effet, à l'inverse de celles portées par les 18 autres participants à la soirée".
Et "Paese spentu" a fait son effet.
"Sò un paisanu è u mo paese si more. Aghju da cantavi u mio "Paese Spentu" dit-il d'abord en Corse puis en Français à l'assistance, conséquente, de l'Olympia au premier rang desquels avaient pris place de nombreuses vedettes comme Alain Delon et Romy Schneider
Et Antoine Ciosi a donné tout ce qu'il pouvait.
"Ce soir-là j'ai ressenti en moi l'émotion que je n'avais plus ressentie depuis mon départ de U Mulinu de Venzolasca."
Et la salle a adhéré applaudissant, debout, la prestation d'Antoine Ciosi qui décide, dès lors, de chanter la… Corse


Mais point d'envol pour Antoine Ciosi.
Ce n'était pas encore l'heure. En effet, malgré le contrat signé avec Barclay, "Paese Spentu" ne décolla pas.
Le sillon était pourtant tracé. Dany Revel et Martine Lorenzi allait le creuser avec "Le Prisonnier".
Souvenez-vous ?
Sò imprigiunattu
E Mamma si nè more
Perduna, mio Mamma
Di fà ti tantu male

Et dans la foulée, les frères Vincenti proposaient Tragulinu.
O Dumè, t'arricordi da quellu tragulinu ?
Porti li to settant'anni
Cume fiori di castagni
Tragulinu...


Deux titres qui, à la faveur de l'avènement du juke-box, ont déferlé sur toute la Corse, l'Italie, la Suisse, l'Espagne etc.
Cette fois la carrière d'Antoine Ciosi était bel et bien lancée.
Suivent alors plus de vingt 33 tours et autant de 45 : "Sons et lumières de la Corse"en 1973 , "Corsica Nostra"en 1975, "Corsica Sempre Corsa" et "I Canti di a libertà", qui soulèvent l'enthousiasme tant à l'Odéon de Marseille que sur la place Foch d'Ajaccio "où il y a eu une osmose différente de celle ressentie lors d'un tour de chant. Ce fut un engouement étonnant et un bonheur parfait parce que j'étais dans mon élément" commente aujourd'hui Antoine Ciosi.
Et les titres - des frères Vincenti, de Tintin Pasqualini, de Marfisi, de Francescu Pinelli - et les galas se sont succédé sans discontinuer. En Corse. Et sur le Continent. Avec, pour chacun de ces rendez-vous, des anecdotes que notre interlocuteur fait revivre en collant à sa voix grave de conteur, les images des scènes qu'il vous narre…


Un jour Antoine Ciosi décida de les coucher sur une feuille de papier : l'écrivain, qui sommeillait depuis longtemps sous le chanteur, ne tarda pas à se révéler.
Il a d'abord écrit "Notes et chansons" avec le seul souci que certaines de ces chansons et de ces textes, dont il s'est fait l'interprète ne meurent pas. Pour qu'elles s'inscrivent dans la mémoire.
Et il a pris goût à l'écriture Antoine Ciosi. La vie de sa mère, restée veuve très jeune avec 7 enfants à élever, l'a inspiré. En tout cas il a voulu témoigner de sa vie exemplaire dans "Una Mamma". Il y a eu aussi "Une odeur de figuiers sauvages" publié chez Albin Michel, "Le chemin des sources" ou bien encore "Chants d'une terre". Et le tout dernier "A Stella di Musè Namani " qui raconte la vie extraordinaire d'un "destockeur" dans l'habillement, originaire d'Ascu.


Mais Antoine Ciosi chanteur est toujours là. Avec notamment "Bastia" et sa participation à "Mezzu Mezzu" avec Patrick Fiori.
Et il va être plus que jamais là à compter du 28 Novembre prochain.
On va le voir sur la scène des Folies Bergère. Mais pas seulement. Bastia et Ajaccio figureront encore à son programme.
"Je n'aurai jamais imaginé à mes débuts être encore là, à chanter à 86 ans. Je considère qu'un artiste doit se retirer quand il commence à traîner les pieds. Cela ne m'est pas encore arrivé. Il est vrai que J'ai eu la chance de conserver ma voix et la passion. Cela ne m'a pas empêché de lever le pied à compter de 80 ans, comme je l'avais décidé. Aujourd'hui c'est cet Ultimu giru qu'Antoine Ciosi a décidé d'effectuer".


Mais il ne sera pas seul sur scène. "Je n'aime pas les one man show. Je serai entouré de beaucoup d'amis. D'invités de marque. Pour donner à la soirée, placée sous le signe de l'amitié, un véritable air de fête"
Puis, au terme de son "ultimu giru" - c'est décidé aussi - il passera a "fiacula - le flambeau" - à deux jeunes talents corses.
L'un est celui qu'affiche depuis quelques semaines, avec succès, une jeune femme qui ne cesse de s'affirmer.
L'autre - un jeune casincais - qui, à la voix d'or, chante Antoine Ciosi à merveille.

Vous savez quoi ? Nous avons hâte d'y être !
Et vous ?
----
Le 28 Novembre aux Folies Bergère.
Réservations : 0892 681 650
www.foliesbergere.com
www.antoine-ciosi.com



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Ajaccio : Professeur agressé au lycée Fesch, le recteur condamne

Le 20 Février 2018

Un professeur a été agressé verbalement, et bousculé, lundi au lycée Fesch par un parent d'élève ce lundi dans une salle de cours de l'établissement.Ses collègues et le rectorat, qui indique que l'acte donnera lieu à plainte, lui ont apporté leur soutien
 

Radio Calvi Ajaccio : Quartier du Finosello et orientations budgétaires au menu du conseil municipal

Le 20 Février 2018

La séance du conseil municipal d'Ajaccio de lundi soir était assez réduite en dossiers mais volumineuse en ambitions. Au cœur du débat, le quartier du Finosello, son avenir avec l’ANRU et en interface avec les quartiers Cannes-Salines, un espace en friche où se situait l’ancien collège détruit par un incendie et une véritable opportunité pour la ville, à savoir la reconquête de ce quartier pour créer un véritable renouvellement urbain et de décloisonnement des quartiers engagés par l’ANRU. On y verra de superbes logements, des services, des commerces et le futur conservatoire de musique Henri Tomasi. Majorité et opposition abondent dans le même sens
 

Radio Calvi 40 ans après Bastia redevient ville de départ du Tour de Corse automobile

Le 20 Février 2018

Lundi a été présenté dans les locaux de la CTC, le Tour de Corse Automobile 2018. Pour cette 61ème édition qui se déroulera du 5 au 8 avril, les organisateurs ont totalement modifié cette épreuve avec un départ de Bastia (ce qui ne c’était plus vu depuis 40 ans !) et des retours dans le Cap Corse ainsi que le Cortenais, avant de rejoindre Ajaccio où sera jugée l’arrivée dimanche midi. A noter que pour une durée de deux ans, la compagnie maritime régionale corse Corsica Linea est devenue partenaire titre de l’épreuve. En s’associant à la compagnie de navigation, la quatrième manche du Championnat du Monde des Rallyes est ainsi devenue le « CORSICA linea – Tour de Corse ».
 

Radio Calvi Cap Corse : Une unité mobile de dessalement d’eau de mer pour pallier la pénurie d’eau

Le 20 Février 2018

Le Cap Corse manque d’eau ! La réserve de Rogliano est vide, il ne reste plus, en ce mois de février, que 9 000 m3 d’eau. Le manque récurrent de ressources, la faiblesse des précipitations, l’absence de neige et le réchauffement climatique ont aggravé une situation toujours très tendue. De quoi alarmer le maire de Rogliano, ainsi que ceux des communes voisines, Meria, Tomino ou Ersa, qui craignent pour la saison estivale. Ils ont alerté l’Office d’équipement hydraulique de la Corse (OEHC) qui a réuni tous les acteurs, lundi matin, à la capitainerie de Macinaggio pour trouver une solution en urgence. Le principe de la location ou de l’achat d’une unité mobile de dessalement d’eau de mer a été acté. Une nouvelle réunion est prévue la semaine prochaine concernant le financement. Explications, pour Corse Net Infos, de Saveriu Luciani, conseiller exécutif et président de l’Office d’équipement hydraulique de la Corse (OEHC). Et le soulagement de Patrice Quilici, maire de Rogliano.
 

Radio Calvi Lucciana : Chez Walter, on manque de foot

Le 19 Février 2018

Hôtel habituellement réservé par la très grande majorité des équipes professionnelles de football venant affronter le Sporting Club de Bastia jusqu’à l’été dernier, l’établissement Chez Walter, situé à Lucciana, a vu les choses changer avec la relégation du SBC en National 3. Regrettable pour le gérant Pierre-Louis Collovigh, passionné de ballon rond.
 

Radio Calvi
Autres actualités :