Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Bastia : L'inquiétude des professions judiciaires
1 photo disponible

Bastia : L'inquiétude des professions judiciaires


Calvi

Par

Le 16 Février 2018


"La ministre de la Justice a lancé de nombreux chantiers en affichant des objectifs de simplification des procédures pénales et civiles et d'amélioration de la qualité, la lisibilité,, l’accessibilité de la justice et l'efficacité des peines. La consultation n'est évidemment que de pure façade : un agenda impossible de consultations qui aboutissent a des rapports aux conclusions prévisibles sur lesquelles s'organise un "dialogue" a marche forcée. Les propositions ne tiennent aucun compte de la réalité de la justice en France."
Danielle Sbraggia a vite donné le ton de la contestation qui anime aujourd'hui l'ensemble des professions judiciaires.


La déléguée régionale du du syndicat de la magistrature a poursuivi en dressant un tableau de la justice française qui, selon elle, est en "piteux état"
"Elle bénéficie de 1,8 % du budget public annuel, soit 64 € par habitant et par an et la France se situe au 23ème rang sur 28 au sein de l'Union européenne pour le pourcentage du budget alloué a la justice. Les équipements informatiques sent indigents, les réseaux trop lents, les logiciels obsolètes et inadaptés. Le budget de l'aide juridictionnelle est très insuffisant par rapport aux besoins de justice et à celui de nos voisins allemands. belges ou anglais."


Et Danielle Sbraggia a poursuivi : "la justice française est submergée donc lente"
"En matière civile, commerciale et pénale, les affaires terminées sont moins nombreuses que les nouvelles affaires réglées et les délais de traitement ne s'améliorent pas, malgré I‘excès de conscience professionnelle des personnels, au risque pour le justiciable d’un déni de justice. Les conditions de travail de tous se dégradent et. sur le plan budgétaire, tous les fonctionnaires des tribunaux subissent de plein fouet l'austérité imposée a la fonction publique."


Rendre une justice de qualité : mission impossible ?
La France compte 4 fois moins de procureurs que la moyenne des autres pays européens, 2,5 fois moins de juges et presque 2 fois moins de personnels de greffe. Les capacités d'accueil des écoles nationales de la magistrature et des greffes ont été augmentés à grand frais et pourtant, stigmatise le syndicat de la magistrature, les recrutements ne sont pas à la hauteur des besoins : les arrivées couvrent à peine les départs en retraite, malgré les effets d'annonce s'agissant des postes créés mais qui ne sont pas pas pourvus {1800 postes de fonctionnaires vacants).


Danielle Sbraggia a alors rappelé que "les objectifs purement gestionnaires du projet de réforme de la carte judiciaire vont désorganiser le fonctionnement quotidien de la justice at rendre illisible l'organisation des tribunaux et cours, tout en supprimant une juridiction rapide, identifiée et proche des justiciables: le tribunal d'instance."


Et la déléguée régionale du syndicat a poursuivi sur le même ton
"Les projets tendent à limiter considérablement l'accès à Justice plutôt que de donner à celle -ci les moyens de ses missions. Ainsi, alors que 15% des citoyens n‘ont même pas accès à internet et que près d'un tiers ne maîtrisent pas cet outil, ils seront bientôt sommés de saisir la justice par voie dématérialisée. "

Autre pierre jetée dans le jardin de la réforme : "Pour tout litige supérieur à 5 000 euros les justiciables devront être obligatoirement représentés par un avocat : une mesure dissuasive pour ceux qui dépassent de peu les seuils de l'aide juridictionnelle. Le choix n'est pas celui de favoriser une bonne défense en justice, qui imposerait une revalorisation des montants et des seuils de cette aide. La même logique sera à l’œuvre si les parties perdantes et les condamnés doivent exécuter la décision ou leur peine même s'ils souhaitent faire appeI.
Est- cela la justice de demain ? Elle ne doit pas se réformer au détriment des citoyens mais pouvoir répondre à leurs légitimes attentes" a conclu Danielle Sbraggia.

Dans la foulée le bâtonnier Gilles Antomarchi (notre vidéo) a dit, à son tour, son sentiment sur la réforme en cours.

 



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Borgu : Flashé à 163 km/h et positif au cannabis

Le 12 Décembre 2018

Un automobiliste qui circulait à 163 km/h sur la route territoriale 11 a été flashé puis intercepté par la brigade gendarmerie motocycliste de Borgu. Le contrôle salivaire auquel il a été soumis peu après a révélé qu'il roulait sous l'emprise produits stupéfiants, du cannabis notamment rapporte la gendarmerie de Corse qui lance, dans le même temps, un message aux conducteurs sur les dangers de la conduite sous stupéfiants sur sa page Facebook

Radio Calvi Strasbourg : 2 morts et 11 blessés à proximité du Marché de Noêl

Le 12 Décembre 2018

Une fusillade a eu lieu mardi soir à proximité du Marché de Noël de Strasbourg. Un premier bilan faisait état de 2 morts et de 11 blessés dont 7 en urgence absolue. L'auteur qui a été identifié était fiché S et devait être interpellé ce mardi pour une tentative d' homicide commise au mois d'Août.

Radio Calvi Bastia : Un professionnel de santé décède au centre hospitalier à la suite d'une infection invasive à méningocoque

Le 12 Décembre 2018

Un cas d’infection invasive à méningocoque de groupe B a été signalé à l’Agence Régionale de Santé de Corse ce mardi 11 décembre 2018. "Le patient, professionnel de santé qui effectuait un remplacement à l’hôpital de Bastia, est malheureusement décédé" indique dans un communiqué l'Agence régionale de Santé

Radio Calvi Franck Maraninchi, propriétaire du "Mar a Beach" : "je jette l'éponge"

Le 12 Décembre 2018

Exclusif. Franck Maraninchi, propriétaire de l'établissement "Mar a Beach", plage de l'Aghja, à la sortie sud de Calvi à annoncé ce soir à CNI qu'il jetait l'éponge et qu'il allait lui-même faire intervenir les engins pour démolir l'établissement d'ici la fin de ce mois ou au plus tard en début d'année prochaine.

Radio Calvi Bastia : L’ovalie en devenir à Volpajo

Le 11 Décembre 2018

Lundi matin a été posée la première pierre de la future tribune du stade de Volpajo à Furiani, un stade entièrement dédié au rugby et plus particulièrement au club de Bastia XV.

Radio Calvi
Autres actualités :