Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Bastia : Palais de justice sous tension
1 photo disponible

Bastia : Palais de justice sous tension


Calvi

Par

Le 27 Septembre 2018


Devant les magistrats de la cour, les trois hommes ont fait le choix de ne pas répondre aux interrogations de la présidente
Seul Jean-Marc Dominici a fait une déclaration commune pour dire, au nom du collectif Patriotti, notamment que lui et les deux autres personnes poursuivies étaient des patriotes corses et non des terroristes comme ceux qui ont frappé au niveau national - et on sait de quelle façon - et pour lesquels le fichier des auteurs d'infractions terroristes (Fijait) était fait.
Pour les trois hommes soutenus par le collectif Patriotti , largement représenté dans la salle - Olivier Sauli et Jean-Philippe Antolini notamment étaient présents - ce fichier créé pour les terroristes islamistes radicaux ne peut s'appliquer à leur cas. "Nous rejetons les mesures prises à notre encontre par des lois extérieures à notre pays".

Il n'ont donc répondu à la cour qu'à travers la lecture de ce communiqué repris en langue corse par Felix Benedetti dans lequel ils demandent aux magistrats de ne pas faire d'amalgame entre eux et les jihadistes, des arguments repris par leurs défenseurs qui ont rappelé comme Eric Barbolosi qu'il s'agissait là d'une loi "qui n'était pas faite pour nous mais qui demeure applicable parce que c'est un texte d'ordre original dont les trois hommes vont essuyer les plâtres".
"Dès la promulgation de cette loi quelques-uns ont été inscrits. Très vite les inscriptions se sont terminées pour ceux qui avaient été condamnés avant la promulgation de la loi et du décret d'application. Après il y a eu des condamnations. Sur les premières les personnes ont été inscrites au Fijait. Sur les suivantes il n'y en pas eu."

Avec ses deux confrères, Anaïs Colombani et Benjamin Genuini, il a plaidé la relaxe.
L'avocate générale à elle demandé à la Cour de confirmer la condamnation infligée par le TGI de Bastia en première instance : 500 € d'amende.
La cour rendra son arrêt le 21 Novembre prochain.

Quant à la tension qui s'était manifestée en début d'après-midi elle était retombée depuis un bon moment.



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
La statue de la Madunuccia restaurée au Centre de conservation de Calvi

Le 15 Février 2019

La Madunuccia Sainte patronne de la cité impériale est actuellement en restauration au Centre de conservation et de restauration du patrimoine immobilier de Corse à Calvi. Elle sera de retour à Ajacciu pour la neuvaine et les solennités du 18 mars

Radio Calvi Prise d'armes à la Caserne de Gendarmerie Tramariccia de Calvi

Le 15 Février 2019

Une prise d'armes marquant la prise de fonction officielle du commandant Paulo de Carvalho à la tête de la compagnie de Gendarmerie départementale de Calvi-Balagne et du lieutenant Alain Chupau, commandant la Communauté de Brigades de Calvi a été présidée ce matin à la Caserne Tramariccia par le colonel Olivier Pezza, commandant le Groupement de Gendarmerie de Haute-Corse

Radio Calvi Corse : 27% des familles avec enfants sont monoparentales

Le 15 Février 2019

Selon une enquête de l'Insee Corse, en 2015, 12 400 familles monoparentales résidaient sur l'île. Elles représentent 27 % des familles avec enfant(s), soit une part parmi les plus élevées des régions de France de province.

Radio Calvi Journée morte aux impôts de Corse : "il faut préserver les services publics dans le rural"

Le 15 Février 2019

A l’appel de l’intersyndicale CGT/FO/Solidaires, une centaine de personnes a manifesté jeudi matin entre le centre des impôts de Bastia et la préfecture de la Haute Corse. Une mobilisation d'une ampleur exceptionnelle pour dénoncer la fermeture de nombreuses perceptions dans les villes et les villages. Un rassemblement similaire a eu lieu à Ajaccio

Radio Calvi La Cimade dénonce "une multiplication des placements en rétention des préfectures de Corse à Toulouse"

Le 15 Février 2019

"Depuis le début de l’année, la Cimade constate une multiplication des placements en rétention de la part des préfectures corses bien souvent au mépris du droit et du bon sens !" dénonce l'association humanitaire sur son site. Elle estime que "cette pratique est une véritable atteinte aux droits des personnes"

Radio Calvi
Autres actualités :