Warning: mysql_connect() [function.mysql-connect]: Host 'citypass.fr' is blocked because of many connection errors; unblock with 'mysqladmin flush-hosts' in /home/radiocal/www/connexion.php on line 18
Radio Calvi Citadelle 91.7 fm
Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Bastia : Un laser dernier cri pour la chirurgie de l’œil au Centre Vision Futura
1 photo disponible

Bastia : Un laser dernier cri pour la chirurgie de l’œil au Centre Vision Futura


Calvi

Par

Le 19 Juin 2018


Dix secondes de laser. Dix minutes chrono pour l’opération entière. En tout deux heures englobant le temps de préparation, de repos et de contrôle post-opératoire. Une intervention indolore. Une vision réparée immédiatement. Une récupération rapide pour un confort visuel entre 24 et 72 heures. L’opération laser pour corriger de manière définitive les défauts courants, mais si pénalisants de la vision, que sont la myopie, l’astigmatisme, l’hypermétropie et la presbytie, est devenue, en 20 ans, un acte chirurgical efficace, sûr et sans réelle douleur. Aujourd’hui, c’est quasiment une formalité. Pourtant, derrière sa banalisation se cache une véritable prouesse technologique qui a révolutionné la chirurgie de l’œil. La méthode la plus courante s’appelle LASIK et l’un des must en matière d’équipements, c’est, en ce moment, le laser TENEO II 317, le dernier-né de la technologie allemande Bausch & Lomb. Cet instrument, qui réduit l’opération à une poignée de secondes, est l’un des plus performants de sa génération. Il a été choisi par la Clinique de la vision à Paris, le CHU de Reims, des centres de la vision à Lyon, Marseille, Nice… et est depuis près de trois mois en action à Bastia au Centre Vision Futura.

Un équipement unique
« C’est le seul laser de ce type qui existe en Corse et nous sommes le seul centre de vision de Corse qui associe un laser Excimer et un laser femtoseconde », annonce Jean-Pierre Wimille, Directeur de Vision Futura et chef du bloc opératoire. Cet équipement, qui place Bastia au niveau de pointe des grandes villes françaises en matière de correction visuelle, est d’autant plus appréciable que pendant longtemps, les ophtalmologistes insulaires ne disposaient pas d’outils sur place et devaient se résoudre à opérer leurs patients sur le continent, généralement à Nice ou Marseille. Un déplacement forcé, coûteux et encore plus anxiogène pour les Corses désireux de se débarrasser de leurs lunettes et lentilles. Jusqu’à début 2013 où le Centre Vision Futura s’est installé en plein cœur de Bastia sur 750 m2. Cette clinique privée des yeux, composée de trois pôles - un pôle de chirurgie réfractive, c’est-à-dire la chirurgie confort pour le traitement laser des déficiences visuelles, un pôle d’ophtalmologie et un pôle de médecine esthétique du regard –, est ouverte aux médecins insulaires qui le souhaitent. En 5 ans, plus de 1000 personnes ont pu, ainsi, y être opérées par leur propre ophtalmologiste avec l’assurance d’un suivi permanent et plus sécurisant des soins.

A la pointe de la Tech
Le Centre a opté pour la technologie LASIK, la plus courue donc pour traiter la myopie jusqu’à 10 dioptries, l’astigmatisme et l’hypermétropie jusqu’à 6 dioptries, et la presbytie sous certaines conditions. La technique consiste à découper un volet dans la cornée, à corriger la surface de l’œil qui se trouve en dessous, puis à replacer ce volet sur la partie traitée au laser. Le volet agit comme un pansement naturel, la cicatrisation est rapide. L’opération se fait en deux temps : d’abord, la préparation du volet cornéen par l’utilisation d’un microkératome, ensuite le traitement au laser Excimer pour modifier le rayon de courbure de la cornée et corriger l’anomalie de la vision. Grâce à sa technologie « EyeTracker 4D », le nouveau laser suit les mouvements naturels de l’œil du patient pendant l’opération, que ce soit en trois dimensions ou en rotation, ce qui a pour effet de renforcer la sécurité et la précision du geste chirurgical. Comme il est capable de produire 500 impulsions par seconde, il réduit par cinq le temps d’intervention selon le type de traitement. « Il permet de corriger les défauts visuels en un temps très rapide. Par exemple, une myopie, qui se traitait en une centaine de secondes, se traite maintenant en 9 secondes. Cela donne un confort, une fiabilité et une sécurité à nos patients. Nous traitons beaucoup plus de patients en toute sécurité grâce à ce laser et aussi des gens qui ne pouvaient pas l’être avant », explique Jean-Pierre Wimille.

Plus de bien-être
Plus performant, plus rapide et plus sûr, ce laser dernière génération n’agit pas seul. Le Centre bastiais a fait le choix de le coupler avec un deuxième laser qui prépare l’intervention, une préparation qui, auparavant, se faisait mécaniquement. « Comme il est le dernier sorti, le laser TENEO a l’avantage d’être doté de toutes les dernières technologies en termes de sécurité et de traitement. Il suffit pour traiter un patient. Le premier laser dit de préparation permet d’avoir des procédures dénuées de douleur, une récupération plus rapide avec la technique de LASIK et des suites opératoires bien moins douloureuses. Traiter en laser direct s’appelle la technique de PKR, la récupération est différée et les douleurs post-opératoires sont plus vives pendant deux à trois jours. La durée d’action des lasers est très courte : 20 secondes pour le laser de préparation et 10 secondes pour le traitement d’une myopie de 5 dioptries. Avec le précédent laser, nous mettions 40 secondes pour traiter », ajoute le Dr Frédéric Sanian. Le bond technologique rend, donc, l’opération plus confortable pour le patient. « Le patient, qui sort d’une procédure laser, est un peu gêné pendant deux ou trois heures, il a une sensation de grain de sable et de larmoiement. Mais, dès le lendemain, il peut récupérer une vie normale et même quasiment conduire sa voiture ».

Un résultat optimal
Le taux d’échec ? « Il est très faible si on a les bonnes indications. C’est pour cela qu’on est très strict au niveau des indications et qu’on opère peu pour obtenir les meilleurs résultats ». Tout le monde n’est pas opérable. « Cela dépend de l’épaisseur de la cornée, de l’âge du patient et de sa pathologie. Il faut venir faire un bilan de faisabilité. Toute une batterie de tests est nécessaire avant de savoir si l’opération est possible. Tout n’est pas réalisable. On peut traiter quelqu’un dès 19 ans, le plus souvent à partir de 21 ans, et tout au long de la vie. Il ne faut pas perdre de vue que c’est une chirurgie de confort », poursuit le Dr Sanian. Sur les patients motivés qui font la démarche laser, seuls 60% sont finalement opérés. L’un des principaux freins reste le coût élevé d’une opération qui n’est pas prise en charge par la sécurité sociale. Néanmoins, le succès du laser ne fait que croître. Ses progrès sont permanents tant au niveau de la technique que de l’usage et des applications qui se multiplient. En chirurgie visuelle, il est devenu incontournable…

N.M.
 



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Biguglia : Il circule avec un permis annulé, 2,56 grammes d'alcool dans le sang et percute un autre véhicule

Le 20 Février 2019

La brigade nuit du commissariat de Bastia a interpellé dimanche soir à Biguglia un automobiliste qui circulait sans permis de conduire, avec 2,56 grammes d'alcool dans le sang qui a percuté un autre véhicule et qui aurait menacé de mort l'autre automobiliste qui voulait établir un constat amiable !

Radio Calvi Yvon Alain (IRA) de Bastia : "Deux promotions de 82 élèves sur l'année"

Le 20 Février 2019

Yvon Alain, directeur de l'institut régional de l'administration (IRA) de Bastia a expliqué mardi matin à Corse Net Infos pourquoi la réforme des IRA de France, qui concerne à la fois la scolarité et le concours d'entrée aux instituts, avait été mise en place.

Radio Calvi Archéologie : Une importante nécropole romaine et étrusque découverte à Aleria

Le 20 Février 2019

C’est dans le cadre d’une fouille archéologique préventive sur un terrain privé situé sur la commune d’Aleria au lieu-dit Lamajone, à l’Est du site historique, que l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) a mis au jour un ensemble de vestiges antiques remarquables datant du 4ème et du 3ème siècles avant J.C.. Ces fouilles hors normes, menées depuis juin 2018 et prises totalement en charge par l’Etat, ont révélé une nécropole romaine et étrusque, bordée par des voies de circulation, un hypogée, des sépultures dans un état de conservation inédit et tout un mobilier de prestige. Cette découverte, la première du genre depuis 40 ans, est qualifiée d’importante à l’échelle de la Méditerranée Occidentale. Explications, pour Corse Net Infos, de Laurent Vidal, responsable des fouilles.

Radio Calvi Iles Lavezzi : l'équilibre délicat entre tourisme et environnement

Le 20 Février 2019

Îles de beautés battues par les vents des bouches, les Lavezzi jouent de leur charme singulier pour attirer chaque année plus de 250.000 touristes, toujours plus nombreux mais pas toujours respectueux de l'exceptionnel écosystème local. Cette belle dynamique a des répercussions sur l'environnement et c'est donc du délicat équilibre entre flux touristiques et durabilité qu'ont débattu ce lundi à la mairie de Bonifacio élus et bateliers.
Des solutions quant à la capacité d’accueil journalière sont donc envisagées dans un nouveau plan de gestion qui prévoit aussi de gérer différemment les rotations quotidiennes.

Radio Calvi Gilles Simeoni décline l’invitation d’un tête à tête avec Emmanuel Macron

Le 20 Février 2019

Le président de la République, Emmanuel Macron, avait convié le président du Conseil exécutif de la Collectivité de Corse (CdC), Gilles Simeoni, a un entretien en tête-à-tête, mercredi à 18 heures à l’Elysée, en marge de sa rencontre avec les présidents des Conseils départementaux. Une invitation inattendue, très surprenante en l’état des relations tendues entre le pouvoir corse et Paris, et qui, selon toute vraisemblance, n’avait pour objet que de déminer la visite annoncée en mars du président Macron dans l’île. Dans un communiqué, Gilles Simeoni a décliné l’invitation, la jugeant inopportune, sans pour autant refuser le dialogue. Il propose, à la place, un échange téléphonique qui a été accepté par l’Elysée.

Radio Calvi
Autres actualités :