Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

CTC : Le PEI n’a pas rempli son office de remise à niveau des infrastructures !
1 photo disponible

CTC : Le PEI n’a pas rempli son office de remise à niveau des infrastructures !


Calvi

Par

Le 27 Octobre 2017


- Pourquoi, parmi toutes les politiques publiques, avez-vous décidé d’évaluer en priorité le PEI ?
- C’est un programme stratégique, consenti à titre exceptionnel et négocié dans le cadre des Accords de Matignon pour une période de 15 ans afin de combler les retards d’équipements de la Corse et de l’aider à surmonter les handicaps naturels que constituent son relief et son insularité. En 2016, un rapport de la Cour des comptes a dressé un bilan très nuancé de sa mise en œuvre au regard des ambitions de rattrapage historique affichées à l’origine. Il nous a, donc, apparu urgent de mesurer la performance et les effets depuis 2002 de cet objet financier et juridique majeur, la pertinence des choix stratégiques et de tirer des perspectives et des recommandations à l’horizon 2020. L’analyse porte sur les trois conventions de 2002, 2007 et 2013 et sur la quatrième convention en cours, qui est aussi la dernière.

- Que pensez-vous du bilan présenté ?
- C’est un document important d’évaluation des politiques publiques qui sont, pour la première fois, vraiment passées à la loupe. Il est d’excellente qualité, il est le produit de l’implication des élus et des fonctionnaires de la CTC (Collectivité territoriale de Corse) qui ont fait un gros travail salué par tous. Il permet de croiser et de compléter les documents de la Cour des comptes sur le sujet. Il nous donne une vision exacte des aspects positifs – et il y en a ! -, mais surtout des carences dans l’application du PEI depuis sa mise en œuvre. C’est la première fois qu’un tel travail est fait !

- Vous parlez de carence. Les promesses n’ont-elles pas été tenues ?
- Non ! Il y a eu de mauvaises surprises. Les conditions de mise en œuvre sont inadaptées. Par exemple au niveau de la clé de répartition du financement, la part de financement de l’Etat avait été, initialement, fixée à 70% contre 30% pour la CTC. Par différents mécanismes techniques, l’Etat n’est réellement intervenu qu’à hauteur de 58%, les 42% restants ont été à la charge de la CTC. Nous avons réclamé, à plusieurs reprises, une révision plus favorable de cette clé de répartition. Autre exemple, les besoins en ingénierie générés par les projets ambitieux n’ont pas été anticipés. Les communes et intercommunalités n’étant pas outillées en matière de maîtrise d’ouvrage, elles n’arrivent pas à mener les projets à terme. Troisième exemple, les effets macroéconomiques négatifs dus à l’insularité : déficit de la balance commerciale avec une flambée des importations, absence d’ingénierie au plan local d’où le recours massif à des entreprises extérieures, effet inflationniste sur les prix notamment dans le secteur de la construction.

- L’objectif de remise à niveau des infrastructures fixé par le PEI a-t-il été atteint ?
- Non ! Dans les chapitres posés par le PEI, par exemple en matière d’eau, d’assainissement, de chemin de fer, de routes…, on n’a pas atteint les objectifs de mise à niveau qui étaient prévus. Il faudra compléter. Nous avons, par exemple, besoin de nouveaux financements pour mener à terme la rénovation du réseau ferré et l’inter-modalité. A cela s’ajoutent d’autres secteurs qui n’étaient pas prévus dans le PEI, par exemple la santé. Nous avons voté le principe d’un « PEI Santé ». Nous devons forcément engager une nouvelle discussion financière avec le gouvernement et l’Etat, ce sera le travail de la prochaine mandature.

- L’opposition a pointé l’inégalité des réalisations entre le Nord et le Sud, au bénéfice de Bastia et au détriment d’Ajaccio. Que répondez-vous ?
- Je ne le conteste pas, mais l’inégalité est le fruit des choix effectués sous les anciennes mandatures, pendant les quinze années qui se sont écoulées. S’il y a un déficit, y compris de capacité des porteurs de projets du Sud à présenter un projet qui tienne la route, nous n’y sommes pour rien ! Depuis mon arrivée à la présidence de l’Exécutif, j’ai essayé d’y remédier. Un exemple : en deux ans, 2/3 des investissements routiers ont été affectés à la région ajaccienne pour justement rééquilibrer les réalisations.

- Quelle suite donnerez-vous à cette évaluation ?
- Toujours dans le même état d’esprit, en tant que président de l’Exécutif, je veux mettre les dossiers en état afin que ceux qui arriveront aux responsabilités au 1er janvier 2018 disposent d’instruments efficaces d’aide à la décision. Ces outils leur permettront d’agir rapidement, sans perdre de temps dans le cadre de la nouvelle collectivité de Corse. Ensuite, nous devons préparer la discussion qui interviendra lors du prochain face à face entre le gouvernement et l’Etat. Puisque l’objectif assigné au PEI n’a pas été atteint, y compris dans des domaines qui étaient visés comme dans les autres, nous allons demander des instruments financiers de mise à niveau. Enfin et avant tout, notre objectif est de corriger le tir pour bien programmer les 400 millions € qui restent à programmer. Ce n’est pas rien !

- C’est-à-dire ?
- Sur les 2 milliards € prévus depuis 2002, environ 1,6 milliard € a été programmé, mais seulement 800 millions € ont été réalisés. Comme il n’y avait pas de contrôle régulier de l’utilisation de ces fonds, j’ai proposé à l’Etat de faire, tous les mois, un point sur les opérations en cours en établissant une liste principale et une liste complémentaire. Sur la liste principale, figurent les opérations présentées comme mûres par les porteurs de projets. S’ils ne les engagent pas comme ils le devraient, nous les mettons en demeure de respecter le calendrier. Au bout de deux mises en demeure, le porteur de projets perd les financements et est remplacé par un autre porteur de projets qui figure en tête de la liste complémentaire. Mais, même de cette façon, nous n’arriverons pas à respecter ce délai de deux ans !

- Est-ce la raison pour laquelle vous avez fait voter le principe d’une nouvelle demande de prorogation ?
- Oui ! La quatrième convention, qui a débuté en 2016, correspond à la prorogation de deux ans accordée par Manuel Valls sous le précédent gouvernement. J’ai demandé que la date de fin de programmation du PEI soit repoussée du 31 décembre 2018 au 31 décembre 2020. Non pas pour ralentir, mais pour réussir à tout faire ! Il reste 400 millions € à programmer sur 14 mois ! Nous n’en avons programmé que 81 millions. Même en boostant tout le monde, nous ne réussirons pas à programmer la totalité du reliquat. On risque, donc, le dégagement d’office ! L’Assemblée de Corse m’a donné mandat à l’unanimité pour négocier ce délai.

- Pourquoi avez-vous décidé d’envoyer le rapport aux maires ?
- Souvent les maires des petites communes n’ont pas de moyens d’ingénierie, ils n’ont donc pas le recul et l’analyse nécessaire concernant le PEI. Ce rapport important peut les aider à s’approprier cet outil financier qui a dysfonctionné et nous permettre de réfléchir ensemble pour la suite.

Propos recueillis par Nicole MARI.
 



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Ajaccio : Professeur agressé au lycée Fesch, le recteur condamne

Le 20 Février 2018

Un professeur a été agressé verbalement, et bousculé, lundi au lycée Fesch par un parent d'élève ce lundi dans une salle de cours de l'établissement.Ses collègues et le rectorat, qui indique que l'acte donnera lieu à plainte, lui ont apporté leur soutien
 

Radio Calvi Ajaccio : Quartier du Finosello et orientations budgétaires au menu du conseil municipal

Le 20 Février 2018

La séance du conseil municipal d'Ajaccio de lundi soir était assez réduite en dossiers mais volumineuse en ambitions. Au cœur du débat, le quartier du Finosello, son avenir avec l’ANRU et en interface avec les quartiers Cannes-Salines, un espace en friche où se situait l’ancien collège détruit par un incendie et une véritable opportunité pour la ville, à savoir la reconquête de ce quartier pour créer un véritable renouvellement urbain et de décloisonnement des quartiers engagés par l’ANRU. On y verra de superbes logements, des services, des commerces et le futur conservatoire de musique Henri Tomasi. Majorité et opposition abondent dans le même sens
 

Radio Calvi 40 ans après Bastia redevient ville de départ du Tour de Corse automobile

Le 20 Février 2018

Lundi a été présenté dans les locaux de la CTC, le Tour de Corse Automobile 2018. Pour cette 61ème édition qui se déroulera du 5 au 8 avril, les organisateurs ont totalement modifié cette épreuve avec un départ de Bastia (ce qui ne c’était plus vu depuis 40 ans !) et des retours dans le Cap Corse ainsi que le Cortenais, avant de rejoindre Ajaccio où sera jugée l’arrivée dimanche midi. A noter que pour une durée de deux ans, la compagnie maritime régionale corse Corsica Linea est devenue partenaire titre de l’épreuve. En s’associant à la compagnie de navigation, la quatrième manche du Championnat du Monde des Rallyes est ainsi devenue le « CORSICA linea – Tour de Corse ».
 

Radio Calvi Cap Corse : Une unité mobile de dessalement d’eau de mer pour pallier la pénurie d’eau

Le 20 Février 2018

Le Cap Corse manque d’eau ! La réserve de Rogliano est vide, il ne reste plus, en ce mois de février, que 9 000 m3 d’eau. Le manque récurrent de ressources, la faiblesse des précipitations, l’absence de neige et le réchauffement climatique ont aggravé une situation toujours très tendue. De quoi alarmer le maire de Rogliano, ainsi que ceux des communes voisines, Meria, Tomino ou Ersa, qui craignent pour la saison estivale. Ils ont alerté l’Office d’équipement hydraulique de la Corse (OEHC) qui a réuni tous les acteurs, lundi matin, à la capitainerie de Macinaggio pour trouver une solution en urgence. Le principe de la location ou de l’achat d’une unité mobile de dessalement d’eau de mer a été acté. Une nouvelle réunion est prévue la semaine prochaine concernant le financement. Explications, pour Corse Net Infos, de Saveriu Luciani, conseiller exécutif et président de l’Office d’équipement hydraulique de la Corse (OEHC). Et le soulagement de Patrice Quilici, maire de Rogliano.
 

Radio Calvi Lucciana : Chez Walter, on manque de foot

Le 19 Février 2018

Hôtel habituellement réservé par la très grande majorité des équipes professionnelles de football venant affronter le Sporting Club de Bastia jusqu’à l’été dernier, l’établissement Chez Walter, situé à Lucciana, a vu les choses changer avec la relégation du SBC en National 3. Regrettable pour le gérant Pierre-Louis Collovigh, passionné de ballon rond.
 

Radio Calvi
Autres actualités :