Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Comité de massif de Corse : Un plan de 187 millions € pour revitaliser l’intérieur
1 photo disponible

Comité de massif de Corse : Un plan de 187 millions € pour revitaliser l’intérieur


Calvi

Par

Le 31 Octobre 2017


- Quel était l’objet de cette réunion ?
- Nous avons réuni un Comité de massif à Cuzzà pour présenter à ses membres le règlement des aides et le processus d’instruction des dossiers pour mettre en œuvre le Schéma d’aménagement, de développement et de protection de la montagne corse. Un Comité technique, composé de fonctionnaires de la CTC (Collectivité territoriale de Corse) et des agences et offices, instruira les dossiers. Une Commission permanente de 18 membres titulaires et 13 suppléants a été désignée et se réunira, lundi prochain, dans la foulée du Comité technique. Elle donnera son avis sur les premiers projets, avant leur passage en Conseil exécutif. Nous avons, également, présenté les critères d’éligibilité des actions dans le cadre des grandes mesures du Schéma avec des taux d’intervention variant de 50% à 90%, nonobstant les autres financements que peuvent obtenir les porteurs de projets. Nous avons fait un focus sur le volet Infrastructures de transports internes du plan pluriannuel d’investissements (PPI) voté par l’Assemblée de Corse au printemps dernier. Enfin, nous avons assisté à la présentation de « Cuzzà, smart village ».

- Quels dossiers seront examinés, lundi, par la Commission permanente ?
- Il s’agit d’une dizaine de dossiers arrivés à maturation. Par exemple, l’électrification du site de Bavella pour 300 000 € ou la réhabilitation d’une partie du sentier de transhumance de Caprunale, de Falasorma au Niolu pour 500 000 €. Nous avons désigné le Comité de pilotage pour la mise en œuvre du Centre de formation des métiers de la montagne, qui est un des grands projets prévus par le Schéma, et du plan de formation avec l’identification des besoins. L’idée est de proposer une formation, à la fois, professionnelle et continue, mais aussi de créer le lien avec les étudiants en STAPS et les agriculteurs désireux de se diversifier en termes d’activités de pleine nature, ou de se former à la gestion d’entreprise de ce type. Le plan de formation sera triennal, renouvelable et pourrait être financé par le FSE (Fonds social européen). Les lieux de formation et d’activités seront localisés dans l’intérieur. Quelques sites sont, aujourd’hui, en réflexion à ce sujet .
- De quoi a-t-il été question concernant les infrastructures de transports internes ?
- Nous avons insisté sur le volet des routes secondaires départementalisées qui sera transféré au 1er janvier à la Collectivité unie de Corse. 45 millions € par an seront mobilisés sur 10 ans pour la politique d’entretien, de réparation et d’investissements de ce réseau. 60 % de cette somme seront dévolus à la conservation des routes existantes et 40 % à des nouveaux projets dans une vision intermodale avec le réseau ferré. 25 millions € seront consacrés, comme prévus, pour réparer les dégâts causés par les intempéries sur les routes de Haute-Corse. L’objectif est d’avoir un schéma routier plus détaillé sur le réseau secondaire en termes de priorisation de projets avec une mise en œuvre effective d’ici à quelques mois.

- Pourquoi un tel montant pour la conservation des routes ?
- On s’est rendu compte que la dégradation des réseaux routiers, notamment après les intempéries, était souvent due à un mauvais entretien durant les dix premières années de leur mise en place. Si pendant cette période, aucune politique de conservation et d’entretien annuel n’est menée avec notamment l’édification d’ouvrages hydrauliques, le réseau se dégrade de manière forte et naturelle. En cas d’intempéries, la dégradation peut rapidement devenir radicale. Certains endroits, par exemple, ne nécessitent pas d’enrobé, on peut mettre un enduit plus robuste et moins cher, assorti d’ouvrages hydrauliques pour évacuer l’eau des orages. L’idée est de faire très attention, de faire du sur-mesure pour avoir des réseaux fonctionnels dans les territoires de l’intérieur.

- Qu’est-ce qui est concrètement prévu ?
- Nous avons proposé une nouvelle politique routière en termes de classement d’itinéraires. Il s’agit de dénommer les itinéraires selon leur usage afin d’adapter les politiques de conservation et d’investissements. Par exemple, le classement d’itinéraires interdépartementaux tels que l’itinéraire Fium’Orbu – Haut-Taravo – Purticcia, ou des itinéraires transversaux tels que Portivecchju – Zonza – Sartè, importants en termes de désenclavement. Egalement des itinéraires qui désenclavent les vallées de montagne, comme les vallées du Niolu ou du Bozziu.

- Quels nouveaux projets pourrait rapidement voir le jour ?
- Des projets de désenclavement de zones. Par exemple, un projet entre Monte et le col de Casabianca à partir d’une piste qui existe depuis le début du 20ème siècle et qui pourrait ramener La Porta à 20 minutes de Casamozza. Une enveloppe de 25 millions est affectée à des projets immédiats, dans les trois ans, dans des zones touchées par les intempéries, comme la Casaluna ou le Boziu où des ponts ont été emportés. Ensuite, nous procéderons à un toilettage des projets des départements qui seront re-hiérarchisés. Des projets en cours, hors intempéries, vont, grâce au financement du PPI (Plan pluriannuel d’investissements), se poursuivre dans le Giussani, le Boziu ou encore dans la région de Campile.
- Après le réseau routier, quelle est l’autre priorité ?
- Le Schéma Montagne pose, également, comme priorités : le numérique, la santé et l’éducation. Une réunion est prévue d’ici peu avec la préfecture concernant le numérique. Il s’agit de s’accorder sur la gouvernance décisionnelle concernant l’installation de pylônes de téléphonie mobile pour résorber les zones blanches et mettre la 4G sur l’ensemble du massif. Le Schéma fixe l’objectif prévisionnel de 80 pylônes à l’horizon de 7 ans. Grâce aux fonds Massifs qui proviennent notamment du reliquat de notre enveloppe de continuité territoriale, la CTC mobilise 50% d’aides. Un pylône coûtant environ 120 000 €, nous attendons de l’Etat qu’il fournisse les 50% restants, comme prévu dans le cadre de la plateforme France Mobile. En complément du Schéma d’aménagement numérique voté par l’Assemblée de Corse, le Schéma Montagne intervient en plus-value et finance 150 kilomètres de fibre dans les endroits les plus enclavés, ainsi qu’un bouquet satellitaire pour avoir du très haut débit dans les bergeries, les refuges du GR20 et des foyers ruraux référencés. C’est ce que nous appellons les « hubs territoriaux numériques ».

- Que comptez-vous faire concernant la santé ?
- Nous avons évoqué les dérogations et les futures réunions avec l’ARS (Agence régionale de santé), qui est membre du Comité de Massif, concernant la question des déserts médicaux. L’idée est d’adapter le projet de santé à la réalité de l’île-montagne qu’est la Corse. Un volet du Schéma prévoit des investissements en maisons de santé et cabinets secondaires, mais il faut adapter les moyens de fonctionnement pour l’ouverture d’un certain nombre de services, comme les Urgences. Nous avons arraché des moyens dérogatoires pour doper la politique de Massif, notamment la remise à niveau de la Corse en termes de fonds national d’aménagement du territoire (FNADT). Si on compare la Corse à des massifs équivalents comme le Jura ou les Vosges, on s’aperçoit que l’Etat contribue, pour ces derniers, en cofinancement à hauteur de 13 ou 14 millions €, alors que la Corse ne reçoit que 150 000 € chaque année.

- Que demandez-vous exactement ?
- Nous demanderons, dans le projet de loi de finances, la mise à niveau progressive des contributions FNADT pour la Corse pour avoir une quote-part de l’Etat correspondant à un Schéma digne de ce nom. Nous devons, aussi, adapter les politiques fiscales à la réalité de la Corse d’ici à 2019, demander notamment une zone fiscale de montagne à l’image des zones franches rurales que réclament certains territoires ruraux et de montagne français.

- L’Exécutif territorial a fait du développement de l’intérieur son cheval de bataille. Combien de temps vous donnez-vous pour obtenir des résultats concrets ?
- Nous nous sommes donnés 7 ans, la durée totale du Schéma. Si on peut aller plus vite dans le numérique et la téléphonie, on le fera pour éviter une fracture territoriale trop grande. L’objectif est d’obtenir un résultat global de changement radical.

Propos recueillis par Nicole MARI.

 



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Soirée au profit du Centre Musical "U Timpanu" à Calvi

Le 09 Novembre 2018

Le samedi 10 novembre au Village Vacances "La Balagne" à Calvi sera organisé une soirée au profit du Centre Musical de "U Timpanu"

Radio Calvi Collectivité de Corse et SFR : La fibre pour tous les Corses dans 5 ans

Le 09 Novembre 2018

Comme cela a été décidé, c’est SFR qui sera en charge du déploiement de la fibre optique en Corse. Les collectivités territoriales ont attribué la DSP à l’opérateur au carré rouge qui est en train de mettre en œuvre un plan ambitieux de raccordement au sein de l’île. SFR a 5 ans pour déployer 170 000 prises FTTH en Corse. La convention a été signée jeudisoir à la Collectivité de Corse entre Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif et Alain Weill, PDG de Altice-France pour SFR-Collectivités

Radio Calvi L'Ile-Rousse : Jean-Paul Beneteau a "rejoint le Panthéon des grands serviteurs du Service Public"

Le 09 Novembre 2018

Les obsèques du commandant Jean-Paul Beneteau, pompier professionnel (er), victime de la tempête Adrian, le 29 octobre dernier ont été célébrées ce jeudi matin à L'Ile-Rousse en présence de la grande famille des pompiers de Corse-du-Sud et de Haute-Corse et près d'un millier de personnes dont le président de l'Exécutif de Corse et de nombreux élus

Radio Calvi Qui sont les soldats de Corse morts pour la France durant la Première Guerre Mondiale ?

Le 09 Novembre 2018

Ces 11 395 Poilus (et civils), Corses de sang ou de sol, sont morts durant la Première Guerre Mondiale, reconnus "Mort pour la France" et/ou figurant sur un Monument aux Morts en Corse. Si l'on rajoute les 145 qui ne répondent pas à ces 2 critères on obtient un total de 11 540 tués. Dans sa Cronica di a Corsica Orsu Ghjuvanni Caporossi a réalisé un travail considérable avec l'aide du site du ministère de la Défense, les archives départementales de la Corse-du-Sud, du site http://www.memorialgenweb.org/ et de l'ouvrage "Du deuil à la mémoire, les monuments aux morts de la Corse (Guerre de 1914-1918)" de Georges Ravis-Giordani et Jean-Paul Pellegrinetti (Editions Albiana, 2011). Nous en avons extraits ses conclusions mais sa Cronica, qui a nécessité un travail considérable, est à lire absolument.

Radio Calvi La flamme du Soldat Inconnu à Bastia

Le 09 Novembre 2018

vLa flamme du soldat inconnu, qui brûle pour l'éternité sous l'Arc de Triomphe, est parti mardi, à l'initiative de l'Union nationale du sport scolaire (UNSS), en direction de tous les territoires. Dans le cadre du centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918, la Haute-Corse et Bastia l'ont réceptionnée jeudi matin. Pour la circonstance après que la flamme soit arrivée à bon port, avec la délégation qui était montée jusqu'à Paris pour la prélever, un relais intergénérationnel a été organisé sur la place Saint-Nicolas avec des élèves de CM2 de l'école Venturi, du collège Vinciguerra et du Lycée Jeanne d’Arc et des militaires de la sécurité civile en collaboration, bien sûr, avec l’Office national des anciens combattants, l, l’USEP, les CPCD et CPC EPS etc. Nathalie Constantini, directrice nationale de l'USS explique pourquoi elle a tant tenu à ce que la Flamme du Soldat Inconnu passe par Bastia. Un résumé en vidéo et en images de la matinée de jeudi sur la place Saint-Nicolas.

Radio Calvi
Autres actualités :