Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Domaine du château du Prince Pierre : L'exploitant déterminé à rester
1 photo disponible

Domaine du château du Prince Pierre : L'exploitant déterminé à rester


Calvi

Par

Le 27 Juillet 2017


Dans un communiqué paru sur CNI, Laétitia Simeoni, au nom de l'association « Luzzipeu Falasorma » qui regroupe l’ensemble des agriculteurs des deux vallées de la microrégion de Balagne, faisait part d'un projet de vente du Domaine de 87 hectares où se trouve les ruines du château du Prince Pierre, commune de Calenzana.
Une vente qui, selon les dires de l'association, suscitait de leur part de gros soupçons de spéculation.
L'association appelait au rassemblement ce mercredi 26 juillet à 9h30 pour s'opposer à ce projet.


Toujours sur CNI, Jean_Raphael et Jean-Vincent Grisoli concernés par ce projet d'acquisition du Domaine ont répondu dans la plus grande clarté aux propos de l'association. Des propos qu'ils ont jugé mensongers et ont fait part dans le détail de ce projet.
"Issus d'une famille Balanine, nous étions, depuis plus de 2 ans, à la recherche de terres en Balagna pour y développer un projet viticole et agricole de qualité. Jean-Vincent envisageait avec passion et depuis plusieurs années de créer son exploitation viticole sur sa terre de Corse. Nous avons prospecté et effectué des recherches pour apprendre en juillet 2016 que le domaine du Prince Pierre, sur la commune de Calenzana, était à vendre. Il s’agissait alors d’une opportunité inespérée, compte tenu que notre maison familiale se situe à 2 km du lieu" soulignaient-ils avant d'expliquer les différentes étapes de leur démarche.
A la suite de cette intervention et celle du député de la Corse Jean-Félix Acquaviva ou encore de la Chambre d'Agriculture, la tension palpable ces derniers jours, était légèrement retombée mais la détermination était la même..


Mercredi matin, ils étaient environ 200 autour de l'éleveur Jean-Christophe Savelli directement concerné par cette affaire:
" Je suis installé ici depuis 1998, j'ai repris l'exploitation de mon beau-père qui existe depuis les années 40. J'ai fait une demande auprès de la commune pour avoir des baux et je suis allé voir, à l'époque, le gérant de la SCI du Prince Pierre et je lui ai demandé si il voulait bien me faire des baux. Il m'a répondu que ce n'était pas possible car le domaine était mis à la vente mais, en revanche, il me donnait son accord verbal pour exploiter les terres tant que celles-ci ne seraient pas vendues. Sur ce, à plusieurs reprises j'ai fait la demande au niveau de la SAFER pour que je puisse acheter à un tarif expertisé. demande rejetée. J'ai essayé de faire intervenir pour le droit de préemption au niveau du conservatoire du littoral.
Sur cette exploitation j'ai beaucoup investi: 80 hectares de clôture, du démaquisage, sans compter le travail que tout cela peut représenter. Aujourd'hui, je me retrouve donc confronté à un problème que tous les bergers et agriculteurs peuvent connaître. Je m'interroge sur l'authenticité de ce projet : comment on peut classer un agriculteur dans une zone classée N et Zone naturelle, sachant qu'en zone N on ne peut rien faire ? Comment peut-on permettre ça. ? J'ajoute que c'est une zone N, sans eau, sans électricité, sans compter qu'il faudra construire des hangars pour le matériel...
Ils peuvent toujours demander une modification de la zone à la mairie concernée, mais celle-ci ne peut se faire que dans l'intérêt général et non pour un intérêt privé.
Pour ma part j'ai toujours essayé de travailler dans la légalité et dans les normes. Je sais qu'il y a des contraintes que j'ai toujours acceptées" alors que certains s'arrogent le pouvoir sans comprendre.
Toutes ces questions restent aujourd'hui sans réponses mais je ne céderai pas et j'espère avoir votre soutien et celui des syndicat. La solution pour moi serait que ces terrains appartiennent au Domaine public avec un droit de préemption . Il y a une bâtisse proche de la plage qui attise les convoitises . Merci à tous pour votre soutien"


" Il est tout a fait normal que nous soyons auprès de Jean-Christophe et de sa famille comme nous avons pu l'être auprès d'autres agriculteurs, d'autres gens qui travaillent cette terre. Ce n'est pas une question de symbole encore une fois, même si ceux-ci sont importants" soulignait pour sa part Nanette Maupertuis, membre de l'exécutif de Corse.
Les bergers il y en a toujours eu sur ces terres. La question de l'agriculture est fondamentale parce que sortir des produits de ces terres sont des efforts colossaux.
J'ajouterai que dans les périodes de sécheresse comme c'est le cas en ce moment les agriculteurs et les bergers en particulier jouent un rôle important. Une terre cultivée c'est une pare-feu.
Aujourd'hui, il y a une famille qui vit sur ces terres, qui y était effectivement avec l'accord du propriétaire et qui a tout fait pour y travailler en toute légalité.
Aujourd'hui, il est nécessaire de se mobiliser et de tout mettre en œuvre pour que Jean-Christophe puisse continuer à exercer".
A 12 heures, le rassemblement prenait fin mais la mobilisation restait forte.
 



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Fouilles à nu à la maison d'arrêt d’Ajaccio : Un "traitement indigne et dégradant" pour les familles des détenus

Le 17 Novembre 2017

Maître Julien Pinelli du barreau d’Aix en Provence, Maître Eric Barbolosi du barreau de Paris et Jean-François Casalta bâtonnier au barreau d’Ajaccio,, ont fait part jeudi, lors d’une conférence de presse tenue en présence de Jean-Guy Talamoni, d’un incident qualifié de "grave" qui s’est déroulé le 6 novembre au sein de la maison d’arrêt d’Ajaccio : une fouille à nu d’une jeune femme et d’un nourrisson venus visiter un membre de leur famille.
 

Radio Calvi Transfert de l’Office HLM à la Capa : "Cette tambouille n’a pas lieu d’être" estime Laurent Marcangeli

Le 17 Novembre 2017

Laurent Marcangeli a ouvert la séance du Conseil communautaire en s’exprimant au sujet des réactions de Gilles Simeoni, lues le matin dans la presse, assurant que, dans d’autres circonstances, il ne se serait pas exprimé davantage. Le président de la CAPA a donc tenu à s’expliquer sur la procédure suivie face aux élus. Ces propos n’ont pas été au goût de l’élu nationaliste Jean Biancucci qui a fini par quitter la salle après un vif échange.

Radio Calvi A peine 13% de déchets d’activités de soins à risques infectieux récupérés en Corse !

Le 17 Novembre 2017

DASTRI, éco-organisme à vocation sanitaire, a dévoilé, jeudi, le taux de collecte des DASRI perforants (déchets d’activités de soins à risques infectieux) en Corse. Il s’établit à 13 % au 3ème trimestre 2017. Un pourcentage faible qui doit s’améliorer.
 

Radio Calvi Soirée de l'eau le 17 novembre au Complexe Sportif Calvi-Balagne

Le 16 Novembre 2017

La traditionnelle soirée de l'eau organisée par le Complexe Sportif Calvi-Balagne aura lieu le vendredi 17 novembre 2017 à partir de 17 heures. Au programme: parcours aquatique, aquagym géant et démonstration de natation synchronisée

Radio Calvi Loris Cornacchia, chef cuisinier de l'hôtel-restaurant"Chez Charles" à Lumio distingué

Le 16 Novembre 2017

Le très réputé guide gastronomique Gault&Millau vient de dévoiler son palmarès 2018. Parmi les lauréats, le chef cuisinier Loris Cornacchia à la tête du restaurant gastronomique "Le Grand Oggi" de l'Hôtel **** "Chez Charles" à Lumio élu jeune talent 2018 pour la région Corse
 

Radio Calvi
Autres actualités :