Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Européennes: "Pensà l'Avvene" rejoint Jean Lassalle et son mouvement "Résistons"
1 photo disponible

Européennes: "Pensà l'Avvene" rejoint Jean Lassalle et son mouvement "Résistons"


Calvi

Par

Le 07 Mars 2019


Le communiqué du Groupe de réflexion Pensà l'Avvene:

"Le 29 janvier 1790, Pasquale Paoli, Père de la nation Corse, écrivait dans une de ses correspondances :

« Je préfère de loin l’union avec les autres Provinces françaises à une libre indépendance. Nous sommes plus assurés de notre liberté en union avec les autres provinces et l’habit est plus large »

Nous pensons, qu’aujourd’hui, le point nodal de toutes les revendications d’émancipations passe par l’imposition au système global (local, national et européen) du droit à la reconnaissance mutuelle des diversités nationales et des singularités. Processus que rencontrent par définition la plupart des Etats de l’Union-Européenne.

Lors de nos différentes rencontres citoyennes, permettant un rapprochement entre la société civile et les insulaires (les Scontri (conférences-débats) et les Universités Populaires en association avec le cercle de réflexion Presenza Paolina ), nous avons pu observer que l’enjeu n'est plus d’établir des formes de reconnaissance juridiques classiques, permanentes ou figées dans le temps, mais au contraire de s’assurer que la démocratie régionale constitutionnelle demeure ouverte aux différents projets actuels d’émancipation.

Nous sommes persuadés que la réponse au problème de reconnaissance ne se trouve plus sur la voie habituelle d’une confrontation ou d’un bras de fer avec le pouvoir central, mais plutôt par l’élaboration d’actions politiques permettant de porter les questions de reconnaissance des diversités et des minorités nationales au cœur des sociétés démocratiques.

Aujourd’hui, les exemples Catalan, Ecossais et accessoirement Corse, montrent clairement que les questions inhérentes au droit à l’autodétermination suivent ce changement d’échelle de sens. Cette dynamique d’émancipation passe par l’obligation fonctionnelle des États modernes de devenir le lieu de rapports égalitaires avec, et entre, les citoyens dans leurs diversités. C’est tout simplement une réponse légitime aux besoins des minorités nationales et/ou des nations minoritaires et cette politique de la reconnaissance mutuelle doit se comprendre comme une activité permanente de réduction des tensions et des conflits.

De sorte, que sur les plans du local, du national et du global, cette question de la diversité est devenue une caractéristique permanente de la modernité politique des Etats et de fait elle ne peut se concrétiser que par le dialogue, la reconnaissance mutuelle et l’altérité.

Cette reconnaissance du local est encore à faire respecter dans une Union européenne dominée par l’esprit technocratique et la dictature des Etats nations comme l’a montré l’absence de réactions appropriées de Bruxelles face à la répression disproportionnée face aux aspirations des Catalans à plus d’indépendance.

Nous pensons que ce phénomène du droit à la reconnaissance mutuelle des diversités doit se généraliser dans l’espace européen, il peut même être intrinsèquement lié à des questions relatives au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et à plus de démocratie locale et démocratie délibérative. D’ailleurs, n’est-ce pas le cadre actuel de la question Catalane ? Et surtout, n’est-ce pas, la configuration qu’offrent, depuis 2017 en Corse, les 57% de votes pour l’unicité du nationalisme institutionnel ? N’est-ce pas aussi l’enjeu pour l’Union européenne, dominée aujourd’hui par la « locomotive » allemande qui impose son rythme à des pays du Sud qui ont une autre façon de concevoir leur développement et dirigée depuis Bruxelles avec des pays d’Europe centrale qui ne sont pas prêts à accepter les diktats qui ressemblent comme deux gouttes d’eau à ce qu’ils recevaient depuis Moscou ?

En France, les anciens mécanismes de reconnaissance des diversités mis en place par les institutions de l’Etat décentralisé ont atteint leur limite institutionnelle. Dès lors, nous pensons qu’une lutte pour la reconnaissance mutuelle des diversités européennes, pourrait être une réponse à la question Corse. Cette reconnaissance mutuelle doit être portée par un fédéralisme institutionnel et politique, dont les deux axes seraient :

- la citoyenneté locale et la solidarité inter-régionale

- les principes de subsidiarité et la sauvegarde des identités locales périphériques.

Ces deux axes permettraient d’atteindre un plus grand degré de démocratie locale et une plus grande reconnaissance des identités régionales.

Cette réorientation est de plus en plus perceptible dans l’idée d’une Europe des territoires rapprochant le local au global, et elle nous paraît, à Pensà l’Avvene, être la seule clé pour la corse de demain.

Pourtant à la lecture des différents communiqués des groupes insulaires d’émancipation, il semble, que l’alternative proposée aux électeurs corses, est : soit le vote pour la confédération R&PS (qui semble des plus désunis aujourd’hui) avec Europe Ecologie les Verts , soit, faute d’une liste proposant un fédéralisme des régions, l’abstention pure et simple.

Ce positionnement politique revêt un intérêt particulier sur le plan local, dans la mesure où l'espace du pouvoir Corse qui hier se voyait confisqué, peut-être plus encore qu'ailleurs en Europe, par des entrepreneurs politique qui usèrent et abusèrent du rapport clientélaire pour asseoir une domination sans partage sur la société insulaire, a été récupéré en 2015 par les mêmes forces d’émancipations insulaires.
Le philosophe Cornélius Castoriadis expliquait « qu’une société autonome ne peut être instaurée que par l'activité autonome de la collectivité », nous sommes persuadés que la société insulaire dispose, depuis la victoire de Per a Corsica en 2015, de tous les outils et toutes les représentations politiques pour réussir ce changement d’époque.

Aussi nous proposons aux citoyens insulaires qui ne se reconnaissent pas, comme beaucoup, dans la démarche biaisée de R&PS, d’éviter l’abstention. Bien que justifiée sur le plan idéologique, nous pensons que l’abstention pour cette élection ne peut être comparée à un vote sanction.

Aussi, si vous vous ne retrouvez pas dans les discours idéologiques proposés pour cette élection Européenne, nous voulions vous rappeler que la Corse au-delà de l’idéologie nationalitaire et régionaliste à des valeurs fortement enracinées que nous retrouvons dans nos comportements quotidiens. Dont la plus marquée est le fait que la communauté insulaire est traditionnellement rurale et ancrée dans nos petits territoires respectifs. C’est de cette ruralité qu’émerge totalement ou en partie notre identité première. Le fait d’être Corse et citoyen européen. L’authenticité des Corses réside donc dans son rapport au local et au territoire, c’est-à-dire au rural.

Faute de véritable compétition des forces d’émancipation, c'est désormais aux insulaires eux-mêmes, et ce dans tous les domaines de leur vie quotidienne, de prendre en mains leur destin en choisissant le vote utile : le vote qui engage à œuvrer à plus de démocratie locale et à refonder un projet européen de nations libres au sein des quels le territoire et la ruralité seraient les clés de voute. Dans cette perspective, nous soutiendrions une initiative du député béarnais Jean Lassalle et de son mouvement « Résistons » pour constituer une liste européenne susceptible de correspondre aux valeurs profondes du peuple Corse".



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Flux Vision : l’offre « big data » d’Orange s’étend à la Communauté de Communes Ile-Rousse-Balagne

Le 21 Novembre 2019

 

Lionel Mortini, président de la Communauté de Communes de l'Ile-Rousse-Balagne a signé ce mercredi 20 novembre, au salon des maires et des collectivités locales à Paris un contrat Flux Vision avec l'opérateur Orange. Cet outil indispensable pour l'Office Intercommunal de Tourisme permet d’évaluer la fréquentation globale d’un site, d’identifier les moments de forte affluence, de connaître les durées de visites, d’analyser les déplacements et la provenance des visiteurs.

Radio Calvi Munticellu : Joseph Mattei candidat à sa propre succession "à la tête d’une équipe partiellement renouvelée"

Le 21 Novembre 2019

Lors d'un point presse, Joseph Mattei a annoncé ce mercredi qu'il serait à nouveau candidat aux élections municipales de 2020

Radio Calvi La Poste : vers un consensus à Bastia Cap

Le 21 Novembre 2019

La grève se poursuit à Bastia Cap mais les négociations qui se sont poursuivies tout au long de la journée de mercredi ont permis aux grévistes et aux représentants de la direction de La Poste d'entamer un processus susceptible d'engager les conditions d'une reprise. Quand ? On l'ignore. Les négociations butent toujours sur les conditions de sortie de grève

Radio Calvi Bastia : Top départ pour les animations de Noël

Le 21 Novembre 2019

Jeudi soir, le maire de Bastia Pierre Savelli et son adjointe à l’animation Lina Piperi, ont donné le coup d’envoi des animations de Noël avec l’illumination de la Place Saint Nicolas et des rues avoisinantes.

Radio Calvi Toujours des excès de vitesse sur les routes de Haute-Corse

Le 21 Novembre 2019

C'est parce que les vitesses excessives sont la cause principale des accidents graves de la circulation routière en Haute-Corse que l'escadron départemental de la Sécurité routière se multiplie sur les routes du Nord de l'île. Et preuve de l'indiscipline et de l'inconscience de certains automobilistes, l'EDSR2B rentre rarement bredouille.

Radio Calvi
Autres actualités :