Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

La Collectivité de Corse préempte un terrain de 3,3 hectares sur l’île de Cavallo
1 photo disponible

La Collectivité de Corse préempte un terrain de 3,3 hectares sur l’île de Cavallo


Calvi

Par

Le 29 Août 2018


Gilles Simeoni avait débarqué en 2010 sur l’île de Cavallo en tant que simple militant nationaliste, leader d’Inseme per a Corsica, pour y planter, avec d’autres militants d’Inseme, le drapeau corse. Une manière très symbolique d’affirmer que l’îlot, privatisé par des sociétés immobilières en majeure partie italiennes, appartenait à la Corse et que la Corse, en tant qu’entité politique, devait y reprendre pied. Huit ans plus tard, il le met en œuvre en tant que président du Conseil exécutif de la Collectivité de Corse. Il vient d’utiliser, comme la loi le lui permet, le droit de préemption récupéré le 1er janvier 2018 par la fusion de la Collectivité de Corse avec l’ancien Conseil départemental de Corse du Sud qui le détenait sur les espaces naturels sensibles dont l’île de Cavallo fait partie. Aussi, depuis le début d’année, la Collectivité de Corse recevait-elle les notifications d’acquisitions et les examinait-elle avec attention, sachant que le droit de préemption ne peut s’exercer que sur la valorisation desdits espaces naturels sensibles.

Un restaurant en sus
L’occasion se présente avec une notification sur une parcelle de 3,3 hectares mise en vente par une société italienne avec comme acquéreur une société ajaccienne de promotion immobilière dont le gérant est Antoine Perrino, déjà présent sur l’îlot. Cette notification est une DIA (Déclaration d'intention d'aliéner), formalité imposée à tout propriétaire qui souhaite vendre un bien immobilier situé sur une zone où une collectivité publique peut exercer un droit de préemption. Elle définit les conditions de la vente, en particulier le prix. Celle de Cavallo mentionne, également, la présence sur le terrain en question de bergeries en ruine sur une parcelle d’environ 500 mètres carrés. Le hic est que la photo-satellite du lieu ne révèle aucune bergerie, ni ruine, mais la présence d’un bâtiment neuf ou rénové qui, vérifications faites notamment sur Internet, s’avère un restaurant dénommé « La Ferme » qui existe depuis un certain temps et que la société ajaccienne exploite déjà.

Un droit en cascade
Le droit de préemption de la Collectivité de Corse est un droit en cascade, par substitution. Si la région ne l’exerce pas, le Conservatoire du Littoral peut, en second lieu, l’exercer. S’il ne le fait pas, la commune, en l’occurrence celle de Bonifacio, peut le faire. Si aucune des trois entités ne réagit, l’acquéreur devient propriétaire. Ce droit s’exerce dans des conditions particulières. Le préempteur ne peut pas visiter les lieux et ses demandes d’informations complémentaires ne prorogent pas le délai de deux mois dont il dispose. Ni le Conservatoire du littoral, ni la commune de Bonifacio n’ayant souhaité préempter, la Collectivité de Corse décide de faire jouer son droit sur ce bien estimé à 2 millions € par les Domaines. Elle se retrouve, donc, en position de force pour l’acquérir, sauf si le propriétaire décide de le retirer de la vente. Elle doit, néanmoins, faire valider cet achat par l’Assemblée de Corse, ce qui ne devrait poser aucun problème vu que les Nationalistes y détiennent la majorité absolue.

Un acte symbolique
L’ensemble du Conseil exécutif et de la majorité territoriale a, d’ailleurs, totalement approuvé la décision de président de l’Exécutif. Il est vrai que cet acte est, par essence, éminemment symbolique et politique et s’inscrit dans le droit fil d’un combat de plusieurs décennies. Les Nationalistes ont toujours fait de Cavaddu le porte-drapeau de la spéculation immobilière, de la dépossession des Corses de leur terre, et même de l’extra-territorialité. Il était, donc, très difficile à Gilles Simeoni et aux membres de la majorité de laisser filer une telle occasion de réaffirmer que la puissance publique corse reprend pied à Cavallo. Contacté par nos soins, le président du Conseil exécutif n’a pas souhaité s’exprimer pour le moment, mais a indiqué qu’il le ferait de façon complète ultérieurement.

N.M.



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Calvi : La Chapelle de Notre Dame de la Serra se refait une beauté

Le 09 Décembre 2019

Des travaux de restauration des objets d’arts contenus dans la chapelle de Notre-Dame de la Serra à Calvi ont été confiés au Centre de Conservation et de Restauration du Patrimoine Corse.

Radio Calvi Météo : avis de vent violent pour ce lundi, la Corse en vigilance jaune

Le 09 Décembre 2019

Annoncés ce dimanche par les services de Météo France, les vents violents arrivent sur la Corse dès ce lundi matin. La région est placée en alerte jaune pour ce paramètre à partir de 9 heures et pour la journée de lundi.
Une vigilance jaune aux orages a également été émise pour le département de la Corse du Sud dès 12 heures.

Radio Calvi Aiacciu festighjeghja l'ottu di dicembre

Le 09 Décembre 2019

Più di cinquanta militanti "Pà Aiacciu" si sò ritruvati davanti à a statula di Pasquale Paoli, vicinu à a citadella d'Aiacciu per un umaggiu à l'ottu di dicembre chì simbulizeghja a festa di a Nazione

Radio Calvi Bastia Coworking, the end. La fin, amère, d’une belle aventure

Le 09 Décembre 2019

Il y a sept ans quand le BCW a ouvert ses portes le mot coworking était encore inconnu du grand public bastias. Même si ailleurs ce concept, qui associe entraide, collaboration et partage, était déjà très exploité, en Corse cela restait limité.
Son fondateur a eu l'audace de créer, rue du Castagnu, un premier espace de coworking auquel ont adhéré des nombreux esprits créatifs insulaires à la recherche de modèles de travail alternatifs et des bureaux partagés pour déployer leurs ailes .
Les années sont passées, les BCW a demenagé un peu plus loin, Rue Carbuccia, et, cela a été une réussite pour de nombreux entrepreneurs en herbe.
Malgré le succès, la fermeture, définitive, le 30 novembre dernier.
En effet, ce lieu, qui a été une réelle opportunité pour les coworkers de faire vivre leurs projets "en mettant en commun ressources matérielles et matières grises, via les différents talents présents au sein de l'espace" fonctionnait sans un seul centime d'argent public.

Le post qu'on vous propose de lire ci après vaut la peine d'être lu car son auteur, avec beaucoup d'élégance, soulève de questions intéressantes.

Pourquoi le BCW a fonctionné sans subventions publiques alors que "pendant ce temps des salons se portent très bien, et les start-ups pseudo-fantastiques ou leur filiales thématiques dont on essaie de nous faire gober qu'elles révolutionneront l'écosystème insulaire nagent avec opulence dans l'argent public ?"

Radio Calvi Coup d'envoi de "Natale in Calvi"

Le 06 Décembre 2019

Le coup d'envoi de "Natale in Calvi" été donné symboliquement ce jeudi soir par le maire Ange Santini, entouré de plusieurs élus. Durant un mois, les visiteurs pourront s'adonner aux joies de la glisse avec la patinoire ou encore profiter du village de Noël avec ses chalets, sans oublier le Family Park dédié aux enfants

Radio Calvi
Autres actualités :