Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Le nationalisme confirmé dans le pouvoir absolu
1 photo disponible

Le nationalisme confirmé dans le pouvoir absolu


Calvi

Par

Le 11 Décembre 2017


A l'ouverture des bureau de vote, les mêmes questions se posaient à travers la Corse. Quelle allait être l'ampleur de la victoire annoncée de la coalition nationaliste ? Comment allaient se hiérarchiser les listes des trois opposants qui avaient survécu au naufrage ?

Du fait de la restriction dans les choix par rapport au premier tour, les scores augmentent mathématiquement, quel que soit le niveau de l'abstention, si celle-ci reste dans les limites du raisonnable.

En comparaison avec dimanche dernier, cette abstention s'est encore accrue : 48,3% contre 46,9% ; le fait qu'elle touche l'ensemble des composantes de la classe politique rend inapproprié un quelconque procès en invalidité.

La météo mettait en garde contre un risque de submersion. C'est ce qui s'est passé, avec des écarts jamais atteints dans une élection territoriale. Elle est révolue l'époque où la droite comme la gauche donnaient des gages aux nationalistes pour en faire une force d'appoint et les utiliser contre des hochets ou des promesses. Elles leur ont ainsi, peu à peu, donné une légitimité républicaine dont les bénéficiaires ont su profiter, avec l'appui d'une grande partie de la jeunesse.

Lorsque les forces traditionnelles ont joué à se faire peur – et à nous faire peur – il était déjà trop tard. Les nationalistes avaient entrepris leur marche inexorable vers le pouvoir, en apaisant opportunément leur discours et en ne revendiquant que le lancement de négociations statutaires, ce qui affaiblissait toute diabolisation.

Les militants, dans leur optimisme, étaient gourmands ; ils se donnaient bien 60% des suffrages, soit un écrasement électoral équivalant encore plus au pouvoir absolu. Cet appétit dévorant a failli se concrétiser. La coalition Pè a Corsica atteint 56,46 %, ce qui reste énorme. La première assemblée de Corse, celle de 1982, était ingouvernable. La nouvelle sera surgouvernée, avec un satisfecit donné par les citoyens de l'île à la gestion sortante, traduit dans le mandat de poursuivre.

On pensait que la droite allait s'imposer une réaction positive et solliciter ce qui lui reste de forces vives, ne serait-ce que pour clarifier les choses en son sein dans une sorte de compétition entre ses deux composantes. Cela fut tenté, mais avec un résultat qui aurait pu être meilleur. La télévision régionale rendait compte des ambiances. Le moins que l'on puisse dire est qu'elles étaient contrastées, et que ce contraste valait tous les commentaires : Bastia en liesse, Porto Vecchio et Ajaccio en demi-deuil, malgré l'anniversaire de Laurent Marcangeli... La droite accusait le coup, en voyant se profiler dans un horizon pas si lointain des municipales inquiétantes, même si on trouve quelque consolation en répétant que chaque élection a sa logique. Il existe chez les libéraux une forme de résignation qui devra vite s'estomper. Il leur faudra incarner une opposition vigilante et surtout présente, ce que dans un passé proche elle n'a pas su faire.

Attitude positive ou stratégie de rupture?
Un nouveau chantier s'impose désormais à Jean-Martin Mondoloni (18,29%), à commencer pas cimenter un mouvement que les circonstances et les rivalités ont fissuré. Autour de lui (intronisé leader même si les deux groupes gardent leur identité propre) et de Valérie Bozzi, les énergies doivent se ressouder. Dans cette famille, c'est bien connu, lorsque cela va mal, on se rejette les responsabilités les uns sur les autres, on accuse en vrac mairies, départements, choix des candidats, angle de campagne, tout y passe... La droite, si elle veut repartir sur des bases saines, doit s'épargner ces péripéties inutiles. Elle a trois ans pour préparer une réplique digne de ce nom, sur le fil de son corsisme républicain, entre attitude positive sur tel ou tel dossier et stratégie de rupture. Dans l'opposition aussi, Jean-Charles Orsucci – longtemps au coude à coude avec Valérie Bozzi dans le dépouillement avant de la devancer d'un souffle (12,67 contre 12,57) - représentera la majorité présidentielle. Il pourra à ce titre rendre compte « en haut » de ce qui se passe dans l'île, prendre du poids si Emmanuel Macron s'intéresse enfin à cette portion de territoire ; même si le maire de Bonifacio préfère pour l'instant s'orienter vers une position sociale et humaniste, laissée vacante par la gauche absente.

Quant aux titulaires du pouvoir, leurs responsabilités sont à la mesure de leur succès ; ils devront, conscients de l'attente qui s'est manifestée, mener de front une double démarche : d'abord essuyer les plâtres de la collectivité unique, avec ce que cela suppose de tâtonnements et de difficultés de gestion, en mettant l'accent, pour faire taire les critiques, sur le pluralisme démocratique ; ensuite – et cela a déjà été entrepris – relancer un dialogue avec l’État pour lui demander de prendre en compte la réalité nouvelle dans l'appréciation des demandes formulées par les élus. Même ceux qui ne sont pas nationalistes ne comprendraient pas que cette situation historique inédite reste sans réaction à Paris.



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Trois enfants sauvés de la noyade par leurs parents et un témoin à Calvi

Le 18 Octobre 2018

Trois enfants de nationalité Suisse ont été sauvés de la noyade ce mercredi après-midi dans la baie de Calvi par leurs parents et un autre adulte ainsi que par les pompiers sauveteurs côtiers de Calvi.

Radio Calvi Assemblée nationale : Les députés nationalistes corses créent un groupe parlementaire Libertés et Territoires

Le 18 Octobre 2018

Ils avaient engagé les discussions dès leur investiture à l’Assemblée nationale en juin 2017. Ils n’en ont jamais démordu depuis, travaillant sans relâche à surmonter les obstacles pour obtenir le quota minimum de 15 élus. Les trois députés nationalistes corses viennent de gagner leur pari en annonçant, mercredi matin, au Palais Bourbon, avec 13 de leurs collègues, la création d’un groupe parlementaire « Libertés et territoires », regroupant 16 personnalités progressistes de diverses sensibilités (UDI, Radicaux, Ecologie, LREM), notamment Charles De Courson. Un groupe fondé sur trois piliers : des valeurs communes, la prise en compte de la voix des territoires et le respect de la liberté. La déclaration politique réclame, entre autres, l’autonomie pleine et entière de la Corse. Une indéniable victoire politique pour les Nationalistes corses. Explications, pour Corse Net Infos, de Jean-Félix Acquaviva, député de la circonscription de Corte-Balagne.

Radio Calvi "A Dumanda" pour A Festa di a lingua le jeudi 18 octobre à Calvi

Le 17 Octobre 2018

U ghjovi u 18 ottobre à 7 ore di sera à a Pulveira, "U Svegliu Calvese" prisenta "A Dumanda" d'Anton Checkhov, traduttu in corsu da l'attelli di "U svegliu calvese" sott'a dirizzione d'André Markowicz cù Marie-Paule Franceschetti, Henri Olmeta è François Canava. Misa in scena: Orlando Forioso

Radio Calvi Accident de la circulation à l'Ile-Rousse : deux blessés

Le 17 Octobre 2018

Un accident de la circulation s'est produit ce matin à 9h05, à hauteur du Centre de radiologie, route de Calvi à l'Ile-Rousse.
Les pompiers du Centre de secours de l'Ile-Rousse sont intervenus alors que la circulation était régulée par les Gendarmes de la Brigade de Lisula. On dénombre deux blessés légers évacués vers le Centre Hospitalier Calvi-Balagne.

Radio Calvi Six ans après son assassinat : L’hommage à Antoine Sollacaro

Le 17 Octobre 2018

Ténor du barreau corse, Antoine Sollacaro a été exécuté par deux hommes à moto dans une station-service de la route des sanguinaires. Six ans après, les avocats du barreau d'Ajaccio, magistrats et personnels du tribunal étaient réunis dans l’une des salles pour lui rendre hommage

Radio Calvi
Autres actualités :