Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Marcel Francisci : "Adapter nos structures à la réalité de la Corse"
1 photo disponible

Marcel Francisci : "Adapter nos structures à la réalité de la Corse"


Calvi

Par

Le 26 Septembre 2018


- Vous ambitionnez de regrouper les adhérents Les Républicains de Corse en une structure unique. Comment en justifiez-vous la nécessité ?
- Après les municipales de 2014 qui nous ont été favorables en Corse, j’ai acquis l’idée que la reconquête de la CdC nécessiterait de changer notre façon de travailler. L’idée de départ est que les élus et les électeurs corses de la droite et du centre ne se connaissent pas ou peu entre eux, ne se rencontrent pas ou peu et surtout ne réfléchissent pas ensemble à bâtir un projet et une organisation dignes de convaincre les Corses de notre volonté de résoudre leurs difficultés. Du coup, beaucoup d’élus et de militants se sont résignés et repliés sur leur base. Résultat : en 2015, ma famille politique, dont la plupart de ses cadres ne se parlaient plus, s’est divisée aux départementales, aux territoriales et cela, les électeurs ne nous l’ont pas pardonné en nous sanctionnant de nouveau en décembre 2017. Personnellement, je ne suis pas masochiste et je me vois mal attendre chaque scrutin comme la chronique d’une défaite annoncée. Donc oui, il faut une Fédération LR de Corse, oui il faut disposer d’un(e) Président(e) élu(e) directement par les militants pour donner du poids à ses décisions, d’un Secrétaire Territorial qui garantira l’animation militante du Cap à Bonifacio, oui il faut une instance locale où peuvent se réunir les élus, les cadres et les représentants des adhérents pour définir la ligne politique et parler d’une même voix sur les sujets qui touchent au quotidien des Corses. Assez de division, assez d’aventures personnelles, assez de postures, l’heure est au travail et à l’action !


- Dans le communiqué présentant cette annonce, vous évoquez les municipales de 2020 et les Territoriales. Jugez-vous que les Européennes qui s’approchent constituent une consultation secondaire ?
- En aucun cas. Je ne fais que tirer les conséquences du changement de mode de scrutin (liste nationale) et du poids électoral relatif de la Corse. De plus, nos fédérations n’ont pas de compétences statutaires vis-à-vis de la constitution de la liste. Quoi qu’il en soit, nouvelle illustration, si nous avions une Fédération de Corse, elle pourrait proposer (pourquoi pas au terme d’un vote ?) son candidat pour représenter la Corse sur la liste LR. Il pourrait se prévaloir de cette légitimité, de cette investiture, ce n’est pas rien. Dans le passé, nous n’avons jamais tiré dans le même sens et cela nous a valu en 20 ans de figurer à des places en position non éligible !


- Vous serez sans surprise réélu à la tête des Républicains de Corse-du-Sud. Ce mandat est-il important pour vous ?
- Les adhérents LR ont entre leur main une partie du destin de notre famille politique. Ce sont eux qui décideront ou pas de me réélire largement le 13 octobre prochain. Aux quelques 400 électeurs je propose de renouer avec la victoire en nous réorganisant autour d’une nouvelle génération de femmes et d’hommes engagés dans les municipalités, dans le domaine associatif ou socio-professionnel, etc., une nouvelle génération qui portera cette Fédération de Corse. Pendant 12 ans, j’ai toujours eu à cœur de faire émerger des personnalités parce que je les estimais dignes de représenter les Corses. C’est en cela que présider une fédération est important, accompagner et soutenir les talents. J’en retire une vraie fierté.

 

« On peut tout me reprocher, sauf un manque de cohérence »

 

- Vous affirmez être en mesure de convaincre Laurent Wauquiez du bien fondé de votre démarche. Mais LR en Corse n’auraient-ils pas intérêt à s’autonomiser par rapport à un parti nationalement en perte de vitesse et à un leader- les sondages le montrent- qui peine à convaincre ?
- Entendons-nous bien. Pour mettre sur pieds la Fédération de Corse, faire élire ses responsables par les adhérents, la doter d’instances locales qui décident de sa ligne politique, qui désignent ses candidats, en un mot, qui fonctionnent de manière autonome, il faut l’accord de Laurent Wauquiez. C’est lui qui nous donnera les moyens de notre nécessaire émancipation. Depuis son élection, je lui ai parlé plusieurs fois du projet de fédération unique et il est sur ma ligne. Il a parfaitement compris que c’est la condition pour LR de continuer à être présents en Corse. Sans mon engagement, LR est menacé au mieux de dilution au pire de disparition. Adapter nos structures à la réalité de la Corse c’est assurer une forme de pérennité aux Républicains chez nous.


- Parmi les raisons qui poussent à l’instauration d’une fédération unique, la création d’une force rassemblée pour les Territoriales. Comment comptez-vous lutter contre le pessimisme ambiant et les fêlures qui se sont fait sentir dans vos rangs après les récents échecs ?
- On peut tout me reprocher sauf un manque de cohérence. L’organisation administrative de l’île a changé, toutes les formations politiques insulaires l’ont anticipé. Seul LR conserve jusqu’à maintenant une référence départementale, pourquoi faire ? Préparer les élections cantonales, il n’y en a plus. Les élections législatives ? En 2022, il ne restera que deux circonscriptions ! Avec l’obligation pour les candidats de faire campagne ensemble s’ils veulent s’en sortir. Donc, la modernité c’est une Fédération de Corse. Cette Fédération n’est pas une fin en soi, juste un outil pour enjamber, comme vous le dites, le « pessimisme et les fêlures » qui caractérisent notre famille politique. Encore que je ne ressente pas de défaitisme chez tout le monde. Nous avons des ressources humaines importantes, des élus, des jeunes, des actifs qui croient en une alternative. L’heure de l’évaluation, des résultats et des bilans sonne pour tout le monde. A nous de mobiliser celles et ceux qui pensent qu’il existe un autre chemin pour la Corse.


- Il semble de plus en plus que le maire d’Ajaccio ait la tentation de se démarquer des Républicains. Qu’avez-vous à dire là-dessus ?
- Il ne s’agit pas d’une tentation mais d’une décision affirmée et assumée. Ma première réaction a été de le regretter. Dès 2008 je suis allé chercher Laurent pour les municipales, en 2011, l’UMP, sur ma proposition, l’a investi (contre l’avis de tous les Conseillers généraux) dans le 1er canton d’Ajaccio et dans la 1ère circonscription législative (contre la génération en place) avec le succès que vous connaissez. Que dire également du soutien sans faille que j’ai, que nous avons apporté à Laurent lors des municipales de 2014 puis de 2015 ! Nous avons un passé commun et jusqu’à son départ j’ai pensé que nous avions aussi un avenir. Il existe une droite et un centre légitimistes dans cette belle ville d’Ajaccio avec lesquels il faut compter. Et ce, depuis toujours !



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Bastia : Succès pour la "2ème rencontre en conscience"

Le 15 Octobre 2018

Tout au long de ce week-end s’est déroulée à la salle polyvalente de Lupino à Bastia, la 2ème rencontre en conscience organisée par l’association « La clé d’or »*.

Radio Calvi Un forum aérien francophone à Porticcio pour faire face au numérique et à la formation

Le 15 Octobre 2018

À l’occasion de la 125e Assemblée Générale de l’Association des Transporteurs Aériens Francophones (ATAF), soixante-dix représentants de compagnies aériennes et de partenaires issus du monde de l’aéronautique francophone, se sont retrouvés à l’hôtel Sofitel de Porticcio pour un forum de deux jours axé sur deux thèmes : le numérique, facteur d’efficacité et sécurité pour les transporteurs aériens et la modernisation du transport aérien et l’impact des nouveaux appareils sur le transport aérien africain.

Radio Calvi Record de participation pour la marche bleue des CCAS de Lumiu et Montegrossu

Le 15 Octobre 2018

Comme chaque année, à l'occasion de la semaine bleue*, les CCAS de Lumiu et Montegrossu ont communément organisé une belle marche familiale.

Radio Calvi Une filtration haute qualité pour le carburant de la station-service de Galeria

Le 15 Octobre 2018

La station Energia Suprana, enseigne du groupe Ferrandi qui a ouvert ses portes au début de la saison 2018 à Galeria, distribue un carburant "bright and clear"* .

Radio Calvi Collision maritime au large du Cap : La pollution s'estompe

Le 15 Octobre 2018

Les avions antipollution qui ont survolé dimanche la zone où le navire-roulier tunisien est entrée en collisiob avec le porte-conteneurs chypriote, n'ont plus e détecté de plaques significatives de carburant épais en mer.

Radio Calvi
Autres actualités :