Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Territoriales : La liste « Andà per dumane » en ordre de marche
1 photo disponible

Territoriales : La liste « Andà per dumane » en ordre de marche


Calvi

Par

Le 28 Novembre 2017


Il est 18h30 dans la salle Prestige située à l’étage au Palais des Congrès d’Ajaccio. Un à un, les membres de la liste « Andà per Dumane » arrivent. On aperçoit des élus anciens ou récents, notamment François Casasoprana, ancien conseiller départemental et élu de la municipalité, José-Pierre Mozziconacci, maire d’Olmeto, ou Barthélémy Leca, maire de Serriera. Et même des personnes de la société civile, comme Roger Miniconi… D’autres élus, qui apportent leur soutien, sont également présents comme Jean-Baptiste Luccioni, maire de Pietrosella.
18h45 : La salle se remplit et le public s'impatiente. Puis, arrivent les trois leaders de la liste, Jean-Charles Orsucci, François Orlandi et Catherine Riera. A leurs côtés, leurs colistiers, entre jeunesse et expérience pour employer un terme sportif : Jean-Marc Ettori, président du FC Tours et chef d’entreprise, Marie Josée Joly, présidente de l’association France Alzheimer, Antoine Poli (CCI2B), Marie-Hélène Padovani, conseillère municipale de San Martinu di Lota, Marie Luccioni, étudiante et fille de Jean-Baptiste, et Claire Ciccolini, directrice de BGE Corse. A six jours du premier tour, le maire de Bonifacio a incontestablement voulu marquer un grand coup en invitant Christophe Castaner, délégué général de LREM. Le représentant du gouvernement est très attendu. Peu avant 19 heures, il arrive, ovationné par le public. La sono diffuse « Changer la vie » de Jean-Jacques Goldman en guise de préambule. Le meeting peut commencer. Il durera près de deux heures….
Un meeting bien mené, mais où l’on n’aura rien appris de nouveau. Dans la salle, quelques bandera déployées ici et là. Contre le mur, une autre, plus grande : « En Marche, in Marchja », histoire de miser sur le bilinguisme. Il s’agit, pour Jean-Charles Orsucci de poursuivre sur la voie tracée ces derniers mois et de prendre en compte quelques revendications pour lesquelles il s’est déjà battu. François Casasoprana, l’un des « régionaux » de l’étape, ouvre les débats. Martelant l’émergence « d’un nouveau monde politique ancré dans des valeurs auxquelles je crois », il présente la démarche d’ « Andà per dumane » comme « une transformation que les gens appellent de leurs vœux » en affirmant « Oui à l’autonomie de la Corse dans la République ! ». A sa suite, François Orlandi, président du Conseil Départemental de la Haute-Corse, évoque « un mouvement jeune et ambitieux. Cette démarche est faite pour entendre et accompagner tous les territoires. C’’est l’esprit de LREM. Nos valeurs sont des valeurs humanistes et de progrès. Nous allons entrer dans une ère nouvelle avec la collectivité unique. Il y aura une seule autorité, sans partage. Nous souhaitions avoir cette capacité à peser pour équilibrer les débats. Car il y aura des risques de dérive. » Seconde sur la liste, Catherine Riera lui emboite le pas dans un style plus décontracté mais avec beaucoup de conviction. « Je m’appuie sur mon engagement professionnel et associatif en défendant, comme chacun le sait, une cause majeure : la santé publique. C’est une tâche immense qui nous attend, celle d’une émancipation à travers trois axes fondamentaux : libérer, investir, protéger. Apporter un peu plus d’humanité dans mon territoire… »…

Le challenge Macroniste
Jean-Charles Orsucci enchaîne sur un discours rodé sur le danger nationaliste : « Nous sommes favorables à plus d'autonomie de la Corse dans la République. Mais l'autonomie, point final ! Pour nous, l'indépendance est clairement une ligne de fracture ! ... A-t-on le droit en Corse de ne pas être indépendantiste ? Existe-t-il un espace entre l'indépendance et une France jacobine ? Poser la question c'est y répondre ! ». Et la nécessité de réunir les listes de droite et de gauche pour les contrer : « Lorsque la gauche et la droite servent de marche pied aux nationalistes, elles sont progressistes et vertueuses. Lorsqu'elles s'y opposent, elle redeviennent archaïques et perverses. Où est la cohérence ? Qui peut donner des leçons ? ». Pour lui, ce n'est pas un reniement : « Je ne renie rien de ce que j'ai été. Je suis un socialiste, autonomiste convaincu comme le disait Claude Olivesi. Un social-démocrate, un Rocardien dans l'âme, fier d'avoir eu son soutien en 2015 ! ... Je suis Européen, Français et Corse. J'ai un triple patriotisme. Je suis fier de Fred Scamaroni et de Jean Moulin, de Paoli et de De Gaulle, de Simone Veil et de Marie Curie ! ». Il estime être le mieux placé pour réussir « l'émancipation sociale, culturelle et économique de la Corse », pour discuter avec le gouvernement et « rétablir le rapport de confiance avec l'État. Mais croyez vous que ce rapport de confiance peut être établi lorsqu'on parle de la France comme d'un pays ami ? ... Nous sommes convaincus que si, demain, j'ai l'honneur d'être Président de l'Exécutif, dans cette France que l'on veut girondine, nous relèverons le challenge que nous a assigné le candidat Macron ».

Intervenant en fin de meeting, Christophe Castaner conclut en réitérant le soutien de Paris et de son mouvement : « Je crois en la France qui réunit, qui n'a pas peur de ses enfants. La Corse est un enfant de la République. Vous avez inventé, ici, la démocratie ! Avec vous, nous devons reconnaître les spécificités de la Corse dans la République ! ». Si l'enjeu pour les Marcheurs locaux est d'arriver en tête des listes de l'opposition au soir du 1er tour, l'enjeu pour les Marcheurs nationaux, c'est de faire capoter les Nationalistes au 2nd tour. Mais, pour les uns comme les autres, il reste encore à faire beaucoup de chemin...
 



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Ajaccio : Professeur agressé au lycée Fesch, le recteur condamne

Le 20 Février 2018

Un professeur a été agressé verbalement, et bousculé, lundi au lycée Fesch par un parent d'élève ce lundi dans une salle de cours de l'établissement.Ses collègues et le rectorat, qui indique que l'acte donnera lieu à plainte, lui ont apporté leur soutien
 

Radio Calvi Ajaccio : Quartier du Finosello et orientations budgétaires au menu du conseil municipal

Le 20 Février 2018

La séance du conseil municipal d'Ajaccio de lundi soir était assez réduite en dossiers mais volumineuse en ambitions. Au cœur du débat, le quartier du Finosello, son avenir avec l’ANRU et en interface avec les quartiers Cannes-Salines, un espace en friche où se situait l’ancien collège détruit par un incendie et une véritable opportunité pour la ville, à savoir la reconquête de ce quartier pour créer un véritable renouvellement urbain et de décloisonnement des quartiers engagés par l’ANRU. On y verra de superbes logements, des services, des commerces et le futur conservatoire de musique Henri Tomasi. Majorité et opposition abondent dans le même sens
 

Radio Calvi 40 ans après Bastia redevient ville de départ du Tour de Corse automobile

Le 20 Février 2018

Lundi a été présenté dans les locaux de la CTC, le Tour de Corse Automobile 2018. Pour cette 61ème édition qui se déroulera du 5 au 8 avril, les organisateurs ont totalement modifié cette épreuve avec un départ de Bastia (ce qui ne c’était plus vu depuis 40 ans !) et des retours dans le Cap Corse ainsi que le Cortenais, avant de rejoindre Ajaccio où sera jugée l’arrivée dimanche midi. A noter que pour une durée de deux ans, la compagnie maritime régionale corse Corsica Linea est devenue partenaire titre de l’épreuve. En s’associant à la compagnie de navigation, la quatrième manche du Championnat du Monde des Rallyes est ainsi devenue le « CORSICA linea – Tour de Corse ».
 

Radio Calvi Cap Corse : Une unité mobile de dessalement d’eau de mer pour pallier la pénurie d’eau

Le 20 Février 2018

Le Cap Corse manque d’eau ! La réserve de Rogliano est vide, il ne reste plus, en ce mois de février, que 9 000 m3 d’eau. Le manque récurrent de ressources, la faiblesse des précipitations, l’absence de neige et le réchauffement climatique ont aggravé une situation toujours très tendue. De quoi alarmer le maire de Rogliano, ainsi que ceux des communes voisines, Meria, Tomino ou Ersa, qui craignent pour la saison estivale. Ils ont alerté l’Office d’équipement hydraulique de la Corse (OEHC) qui a réuni tous les acteurs, lundi matin, à la capitainerie de Macinaggio pour trouver une solution en urgence. Le principe de la location ou de l’achat d’une unité mobile de dessalement d’eau de mer a été acté. Une nouvelle réunion est prévue la semaine prochaine concernant le financement. Explications, pour Corse Net Infos, de Saveriu Luciani, conseiller exécutif et président de l’Office d’équipement hydraulique de la Corse (OEHC). Et le soulagement de Patrice Quilici, maire de Rogliano.
 

Radio Calvi Lucciana : Chez Walter, on manque de foot

Le 19 Février 2018

Hôtel habituellement réservé par la très grande majorité des équipes professionnelles de football venant affronter le Sporting Club de Bastia jusqu’à l’été dernier, l’établissement Chez Walter, situé à Lucciana, a vu les choses changer avec la relégation du SBC en National 3. Regrettable pour le gérant Pierre-Louis Collovigh, passionné de ballon rond.
 

Radio Calvi
Autres actualités :