Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Territoriales : La liste « Andà per dumane » en ordre de marche
1 photo disponible

Territoriales : La liste « Andà per dumane » en ordre de marche


Calvi

Par

Le 28 Novembre 2017


Il est 18h30 dans la salle Prestige située à l’étage au Palais des Congrès d’Ajaccio. Un à un, les membres de la liste « Andà per Dumane » arrivent. On aperçoit des élus anciens ou récents, notamment François Casasoprana, ancien conseiller départemental et élu de la municipalité, José-Pierre Mozziconacci, maire d’Olmeto, ou Barthélémy Leca, maire de Serriera. Et même des personnes de la société civile, comme Roger Miniconi… D’autres élus, qui apportent leur soutien, sont également présents comme Jean-Baptiste Luccioni, maire de Pietrosella.
18h45 : La salle se remplit et le public s'impatiente. Puis, arrivent les trois leaders de la liste, Jean-Charles Orsucci, François Orlandi et Catherine Riera. A leurs côtés, leurs colistiers, entre jeunesse et expérience pour employer un terme sportif : Jean-Marc Ettori, président du FC Tours et chef d’entreprise, Marie Josée Joly, présidente de l’association France Alzheimer, Antoine Poli (CCI2B), Marie-Hélène Padovani, conseillère municipale de San Martinu di Lota, Marie Luccioni, étudiante et fille de Jean-Baptiste, et Claire Ciccolini, directrice de BGE Corse. A six jours du premier tour, le maire de Bonifacio a incontestablement voulu marquer un grand coup en invitant Christophe Castaner, délégué général de LREM. Le représentant du gouvernement est très attendu. Peu avant 19 heures, il arrive, ovationné par le public. La sono diffuse « Changer la vie » de Jean-Jacques Goldman en guise de préambule. Le meeting peut commencer. Il durera près de deux heures….
Un meeting bien mené, mais où l’on n’aura rien appris de nouveau. Dans la salle, quelques bandera déployées ici et là. Contre le mur, une autre, plus grande : « En Marche, in Marchja », histoire de miser sur le bilinguisme. Il s’agit, pour Jean-Charles Orsucci de poursuivre sur la voie tracée ces derniers mois et de prendre en compte quelques revendications pour lesquelles il s’est déjà battu. François Casasoprana, l’un des « régionaux » de l’étape, ouvre les débats. Martelant l’émergence « d’un nouveau monde politique ancré dans des valeurs auxquelles je crois », il présente la démarche d’ « Andà per dumane » comme « une transformation que les gens appellent de leurs vœux » en affirmant « Oui à l’autonomie de la Corse dans la République ! ». A sa suite, François Orlandi, président du Conseil Départemental de la Haute-Corse, évoque « un mouvement jeune et ambitieux. Cette démarche est faite pour entendre et accompagner tous les territoires. C’’est l’esprit de LREM. Nos valeurs sont des valeurs humanistes et de progrès. Nous allons entrer dans une ère nouvelle avec la collectivité unique. Il y aura une seule autorité, sans partage. Nous souhaitions avoir cette capacité à peser pour équilibrer les débats. Car il y aura des risques de dérive. » Seconde sur la liste, Catherine Riera lui emboite le pas dans un style plus décontracté mais avec beaucoup de conviction. « Je m’appuie sur mon engagement professionnel et associatif en défendant, comme chacun le sait, une cause majeure : la santé publique. C’est une tâche immense qui nous attend, celle d’une émancipation à travers trois axes fondamentaux : libérer, investir, protéger. Apporter un peu plus d’humanité dans mon territoire… »…

Le challenge Macroniste
Jean-Charles Orsucci enchaîne sur un discours rodé sur le danger nationaliste : « Nous sommes favorables à plus d'autonomie de la Corse dans la République. Mais l'autonomie, point final ! Pour nous, l'indépendance est clairement une ligne de fracture ! ... A-t-on le droit en Corse de ne pas être indépendantiste ? Existe-t-il un espace entre l'indépendance et une France jacobine ? Poser la question c'est y répondre ! ». Et la nécessité de réunir les listes de droite et de gauche pour les contrer : « Lorsque la gauche et la droite servent de marche pied aux nationalistes, elles sont progressistes et vertueuses. Lorsqu'elles s'y opposent, elle redeviennent archaïques et perverses. Où est la cohérence ? Qui peut donner des leçons ? ». Pour lui, ce n'est pas un reniement : « Je ne renie rien de ce que j'ai été. Je suis un socialiste, autonomiste convaincu comme le disait Claude Olivesi. Un social-démocrate, un Rocardien dans l'âme, fier d'avoir eu son soutien en 2015 ! ... Je suis Européen, Français et Corse. J'ai un triple patriotisme. Je suis fier de Fred Scamaroni et de Jean Moulin, de Paoli et de De Gaulle, de Simone Veil et de Marie Curie ! ». Il estime être le mieux placé pour réussir « l'émancipation sociale, culturelle et économique de la Corse », pour discuter avec le gouvernement et « rétablir le rapport de confiance avec l'État. Mais croyez vous que ce rapport de confiance peut être établi lorsqu'on parle de la France comme d'un pays ami ? ... Nous sommes convaincus que si, demain, j'ai l'honneur d'être Président de l'Exécutif, dans cette France que l'on veut girondine, nous relèverons le challenge que nous a assigné le candidat Macron ».

Intervenant en fin de meeting, Christophe Castaner conclut en réitérant le soutien de Paris et de son mouvement : « Je crois en la France qui réunit, qui n'a pas peur de ses enfants. La Corse est un enfant de la République. Vous avez inventé, ici, la démocratie ! Avec vous, nous devons reconnaître les spécificités de la Corse dans la République ! ». Si l'enjeu pour les Marcheurs locaux est d'arriver en tête des listes de l'opposition au soir du 1er tour, l'enjeu pour les Marcheurs nationaux, c'est de faire capoter les Nationalistes au 2nd tour. Mais, pour les uns comme les autres, il reste encore à faire beaucoup de chemin...
 



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Soirée au profit du Centre Musical "U Timpanu" à Calvi

Le 09 Novembre 2018

Le samedi 10 novembre au Village Vacances "La Balagne" à Calvi sera organisé une soirée au profit du Centre Musical de "U Timpanu"

Radio Calvi Collectivité de Corse et SFR : La fibre pour tous les Corses dans 5 ans

Le 09 Novembre 2018

Comme cela a été décidé, c’est SFR qui sera en charge du déploiement de la fibre optique en Corse. Les collectivités territoriales ont attribué la DSP à l’opérateur au carré rouge qui est en train de mettre en œuvre un plan ambitieux de raccordement au sein de l’île. SFR a 5 ans pour déployer 170 000 prises FTTH en Corse. La convention a été signée jeudisoir à la Collectivité de Corse entre Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif et Alain Weill, PDG de Altice-France pour SFR-Collectivités

Radio Calvi L'Ile-Rousse : Jean-Paul Beneteau a "rejoint le Panthéon des grands serviteurs du Service Public"

Le 09 Novembre 2018

Les obsèques du commandant Jean-Paul Beneteau, pompier professionnel (er), victime de la tempête Adrian, le 29 octobre dernier ont été célébrées ce jeudi matin à L'Ile-Rousse en présence de la grande famille des pompiers de Corse-du-Sud et de Haute-Corse et près d'un millier de personnes dont le président de l'Exécutif de Corse et de nombreux élus

Radio Calvi Qui sont les soldats de Corse morts pour la France durant la Première Guerre Mondiale ?

Le 09 Novembre 2018

Ces 11 395 Poilus (et civils), Corses de sang ou de sol, sont morts durant la Première Guerre Mondiale, reconnus "Mort pour la France" et/ou figurant sur un Monument aux Morts en Corse. Si l'on rajoute les 145 qui ne répondent pas à ces 2 critères on obtient un total de 11 540 tués. Dans sa Cronica di a Corsica Orsu Ghjuvanni Caporossi a réalisé un travail considérable avec l'aide du site du ministère de la Défense, les archives départementales de la Corse-du-Sud, du site http://www.memorialgenweb.org/ et de l'ouvrage "Du deuil à la mémoire, les monuments aux morts de la Corse (Guerre de 1914-1918)" de Georges Ravis-Giordani et Jean-Paul Pellegrinetti (Editions Albiana, 2011). Nous en avons extraits ses conclusions mais sa Cronica, qui a nécessité un travail considérable, est à lire absolument.

Radio Calvi La flamme du Soldat Inconnu à Bastia

Le 09 Novembre 2018

vLa flamme du soldat inconnu, qui brûle pour l'éternité sous l'Arc de Triomphe, est parti mardi, à l'initiative de l'Union nationale du sport scolaire (UNSS), en direction de tous les territoires. Dans le cadre du centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918, la Haute-Corse et Bastia l'ont réceptionnée jeudi matin. Pour la circonstance après que la flamme soit arrivée à bon port, avec la délégation qui était montée jusqu'à Paris pour la prélever, un relais intergénérationnel a été organisé sur la place Saint-Nicolas avec des élèves de CM2 de l'école Venturi, du collège Vinciguerra et du Lycée Jeanne d’Arc et des militaires de la sécurité civile en collaboration, bien sûr, avec l’Office national des anciens combattants, l, l’USEP, les CPCD et CPC EPS etc. Nathalie Constantini, directrice nationale de l'USS explique pourquoi elle a tant tenu à ce que la Flamme du Soldat Inconnu passe par Bastia. Un résumé en vidéo et en images de la matinée de jeudi sur la place Saint-Nicolas.

Radio Calvi
Autres actualités :