Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Ajaccio : Le 6 février 1998, l’assassinat de Claude Erignac
1 photo disponible

Ajaccio : Le 6 février 1998, l’assassinat de Claude Erignac


Calvi

Par

Le 07 Février 2019


Josiane Chevalier, préfète de la Corse, a rappelé cette phrase du Pasteur Martin Luther King que l’ancien préfet Claude Erignac gardait précieusement dans son bureau du Palais Lantivy. C'est sous cet olivier que la préfète de Corse a rappelé ce triste jour du 6 février 1998 :
« Cette place où il y a 21 ans, le préfet Claude Erignac a été lâchement assassiné pour ce qu’il représentait, l’Etat, et pour ce qu’il incarnait, la République. S’en prendre à un préfet, c’est bien s’en prendre à l’Etat et à nos institutions. C’est vouloir frapper la République en plein cœur. Nul ne doit avoir le droit de donner la mort à un homme et, par cette folie meurtrière, plonger les siens, sa famille, ses proches dans une souffrance indicible.
La préfète de Corse a rappelé qu’elle se trouvait sur ce lieu pour la première et éprouvait beaucoup d’émotion :
« Je veux rendre un hommage vibrant et sincère à Claude Erignac, ce serviteur de l’Etat au parcours exemplaire qui avait mis tout son talent au service de cette île qu’il aimait tant. Nous sommes rassemblés 21 ans après pour faire œuvre de mémoire, pour espérer que cette violence est désormais définitivement derrière nous, pour conforter la voie de l’apaisement et croire en l’avenir de cette île au sein de la République.»

Sur place, Bianca Fazi, Conseillère Exécutive, en charge de la santé et du social et représentant le président du Conseil Exécutif Gilles Simeoni :
« Nous sommes dans une logique d’apaisement. Nous avons toujours été dans cette logique, depuis plusieurs années. Moi pour autant, je n’oublie pas que des personnes ont été jugées et ont payé ce qu’elles ont fait. Ils l’ont d’ailleurs reconnu. Je pense que ces personnes-là ont le droit de revenir en Corse et d’être dans une prison en Corse, comme l’indique la loi française… »

Dans un communiqué, Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse, a confirmé la participation du conseil exécutif à la commémoration. Un moyen, notamment, « d’assumer la responsabilité historique qui a été confiée aux élus de la majorité territoriale par le suffrage universel.»
Il affirme également que cette présence ne saurait « valoir quitus pour la logique de vengeance d’État appliquée, au détriment du droit aux hommes condamnés pour leur participation à l’assassinat du préfet Erignac, ni pour le mépris avec lequel il a été répondu jusqu’à aujourd’hui à notre volonté réaffirmé de dialogue et au choix démocratiquement exprimé par les Corses. »
J. F.



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Ladies Open Calvi - Eaux de Zilia : Les tirages au sort dimanche

Le 05 Avril 2019

Le 1er Ladies Open Calvi - Eaux de Zilia passe la surmultipliée avec l'accueil des joueuses qui vont participer à cet Open de tennis féminin, au cœur de la pinède de Calvi. Dimanche 7 avril à 18 heures, tirage au sort pour le tableau des qualifications et pour le tableau final
 

Radio Calvi Les établissements de plage de L'Ile-Rousse se mettent aux normes

Le 05 Avril 2019

A quelques jours de l'ouverture de la saison estivale, les quatre premiers établissements de la plage de L'Ile-Rousse, contraints de se mettre aux normes en fonction du "Décret Plage", s'activent à reconstruire et à jouir pleinement d'une autorisation d'occupation temporaire du Domaine Public qui leur a été accordée pour une période de deux ans.

Radio Calvi "Les Corses méritent mieux que des guerres de tranchées"

Le 05 Avril 2019

Pour Emmanuel Macron, le désir de paix manifesté par les Nationalistes doit passer par un examen de conscience.

Radio Calvi La "boîte à outils" du Président Macron

Le 05 Avril 2019

Une rafale de questions portant surtout sur le rural, et des réponses sur le thème : l'Etat fait, mais il ne fait pas tout.

Radio Calvi Cuzzà : Emmanuel Macron face au cri de désespoir des maires du rural

Le 05 Avril 2019

Près d’une centaine de maires ont rencontré le président de la République, Emmanuel Macron, à Cozzano pour la dernière étape du grand débat national qui a duré près de 6 heures. Un face à face sans tabou, parfois abrupt, avec des maires qui ont sorti tout ce qu’ils avaient sur le cœur, leurs peurs, leurs craintes, leurs désespoirs et leurs maigres espoirs, sans fioritures, ni illusion. Des doléances sans surprise qui ont parfois trouvé des débuts de réponses concrètes chez un chef de l’Etat qui s’est voulu très pragmatique. Tout en se retranchant derrière sa feuille de route délivrée en février 2018 à l’Alb’Oru, les grandes réformes nationales et en se défaussant au passage sur la collectivité territoriale.

Radio Calvi
Autres actualités :