Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Ajaccio : Stéphane Sbraggia explique pourquoi le dossier « Fond de baie » ne pouvait aboutir !
1 photo disponible

Ajaccio : Stéphane Sbraggia explique pourquoi le dossier « Fond de baie » ne pouvait aboutir !


Calvi

Par

Le 22 Août 2018


"Il est vrai que l’aménagement du fond de baie constitue un enjeu urbain stratégique majeur pour la ville d’Ajaccio. Il est également vrai que la propriété foncière est détenue quasi exclusivement par une collectivité (la CdC) autre que la ville qui est la première concernée par l’aménagement de cet espace. Mais par-delà ces deux réalités que chacun connait, il importe de comprendre qu’un tel projet impose avant tout une capacité à projeter précisément les transformations urbaines que l’on juge fondamentales pour l’avenir de la ville" précise, d'emblée, Stéphane Sbraggia.

Cette capacité à se projeter dans l’avenir, en d’autres termes cette capacité à construire son projet urbain, n’existait pas sur le territoire au moment où les collectivités et institutions locales ont commencé à se poser la question du réaménagement du fond de baie : « De fait, ce dossier a été abordé dans le passé comme la juxtaposition de préoccupations spécifiques souvent portées par un acteur unique et sans vision globale partagée » poursuit Stéphane Sbraggia. "La CCI s’intéressait au projet fond de baie à travers ses projets de délocalisation portuaire. La Collectivité de Corse, pour l’essentiel autour de son chemin de fer et de son devenir. La ville, à travers la problématique de la circulation et de l’urticante question de désengorgement de son entrée Est, carrefour du Mercure compris. En clair, le grand absent de ce dossier était bien à l’époque la définition de l’ambition urbaine que l’on souhaitait donner à la transformation de cet espace. Des arbitrages politiques sont le socle indispensable à la construction d’un projet de cette ampleur".

Au cœur de ces arbitrages se situent, pour le 1er adjoint ajaccien, des questions aussi importantes que :
"- Le fond de baie doit-il devenir un front de mer ou, pour le dire autrement, cet espace doit-il être un morceau de ville à part entière ou au contraire une frange industrielle liée à l’exploitation portuaire ?
- La gare Abbatucci qui, comme toutes les gares historiques, se situe en cœur de ville, doit-elle être délocalisée à l’entrée de la ville et si oui, quelles conséquences devra-on assumer ?
- Les grands quartiers sociaux, dits quartiers « politiques de la ville », doivent-ils, à l’occasion de cette reconquête du front de mer, retrouver un accès, une connexion à celle-ci, ou sont-ils condamnés à rester séparés de l’eau par des infrastructures juxtaposées qui font la part belle à la seule automobile ?
- Doit-on considérer que la solution au désengorgement de la ville passe inéluctablement par l’augmentation de la taille des tuyaux à voitures ou au contraire par l’émergence des transports collectifs et des modes actifs ?"

" Ces quelques illustrations montrent à minima deux choses. Tout d’abord, il ne peut y avoir sur le projet de reconquête urbaine du front de mer d’Ajaccio qu’un seul pilote, et c’est la Ville, car il s’agit d’urbanisme et non pas de voirie ou encore de développement économique même si ces dimensions doivent y trouver leur place. Par ailleurs, il ne saurait y avoir d’avancée réelle sur un tel dossier sans une capacité préalable d’expression d’un projet urbain. Dès lors, l’aménagement devient un moyen au service d’une vision et non pas une fin en soi". Or, estime Stéphane Sbraggia, " Ne disposant pas de cette vision, les tentatives précédentes ont forcément avorté, y compris après que la Collectivité de Corse ait lancé un concours et financé des professionnels dont le travail techniquement aussi bon soit-il, avait le handicap rédhibitoire ne se fonder sur aucune prospective urbaine politique assumée".

Stéphane Sbraggia conclut qu'il faut "se donner les chances d’aboutir sur ce dossier de manière efficace et durable. Cela nous semble devoir nécessiter de choisir et d’argumenter autour des postulats de base suivants :
- Traiter cet aménagement comme un aménagement urbain dont seule la ville doit être le pilote, ce qui n’exclue pas bien sûr, une gouvernance élargie aux autres partenaires institutionnels, mais sans se tromper dans l’ordre des prérogatives.
- Accepter l’idée simple que l’aspect stratégique de ce lieu imposera de faire des choix dans les usages qu’il devra supporter. Tout compromis trop poussé finit souvent en compromission. Des choix devront donc être faits.
- Dans l’intitulé même, et ceci n’est pas un détail, savoir si l’on parle d’un espace ouvert vers la mer et donc d’un front de mer ou au contraire d’un fond de baie donc d’un espace marin refermé vers la terre.
- Accepter d’y privilégier le partage et le passage ou au contraire le refermer sur lui- même pour des raisons de risques, de sécurité industrielle…
- Accepter d’en faire un nœud routier de communication ou au contraire une esplanade déjà urbaine dans laquelle la voiture perd ses droits.
- En faire le support d’un corridor vert en cœur de ville ou une autoroute urbaine".
 



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Diana Saliceti ouvre les 31èmes Musicales de Bastia

Le 21 Novembre 2018

L'équipe des Musicales de Bastia, rassemblée autour de Raoul Locatelli, et la Corsica Ferries, représentée par Roland Ferrari son responsable commercial, ont reçu lundi à bord du Mega Express Four, à quai au port de Bastia, les partenaires de la manifestation et la presse avant les trois coups qui seront donnés ce mercredi soir à 20h30 à l'Alb'Oru avec le concert, prometteur, de Diana Saliceti. Une manifestation dont a eu un aperçu en avant-première avec justement Diana Saliceti, Alcaz puis Glenn Arzel et Claire Nivard après les traditionnels mots de bienvenue de Roland Ferrari pour la Corsica Ferries, de Raoul Locatelli pour les Musicales et de Mattea Lacave pour la municipalité de Bastia et avant un repas offert par la compagnie maritime. Images d'ambiance de cette matinée qui s'est déroulée dans une ambiance de chaude cordialité.

Radio Calvi Manifestations des infirmiers à Ajaccio : « Nous sommes les grands oubliés du plan santé ! »

Le 21 Novembre 2018

Les infirmiers libéraux étaient appelés à manifester ce mardi 20 novembre partout en France. Ils déplorent d'être "les grands oubliés" du Plan Santé d'Emmanuel Macron.
A Ajaccio, comme à Bastia, plusieurs dizaines de professionnels se sont donnés rendez-vous devant les locaux de la Préfecture pour manifester la colère de toute la profession.

Radio Calvi Josiane Chevalier : "L'exportation des déchets est une mauvaise solution et de surcroît très coûteuse"

Le 21 Novembre 2018

En visite mardi matin à Calvi, Josiane Chevalier, préfète de Corse a fait le point sur la réunion concernant la crise des déchets qui s'est déroulée lundi à Corte qui s'est terminée très tardivement et qui, au bout de 11 heures, a donné lieu à bien des désaccords.

Radio Calvi Sartene-Valinco : 9 personnes en garde à vue après les agressions à domicile

Le 21 Novembre 2018

Neuf personnes sont en garde à vue à la suite des agressions à domicile commises au mois de Septembre à Sartene et Fozzano indique le procureur de la République d'Ajaccio.

Radio Calvi Transports ajacciens : FO et le STC dénoncent des disfonctionnements et trop d'embauches

Le 20 Novembre 2018

Les deux syndicats se sont réunis afin de dénoncer des disfonctionnements dans la SPL Muvitarra qui gère les transports en commun de la CAPA. Trop d’embauches, entre autres, selon eux, par rapport à un déficit trop important et sans justification au regard des transports pour les usagers qui n’ont pas augmenté.

Radio Calvi
Autres actualités :