Warning: mysql_connect() [function.mysql-connect]: Host 'citypass.fr' is blocked because of many connection errors; unblock with 'mysqladmin flush-hosts' in /home/radiocal/www/connexion.php on line 18
Radio Calvi Citadelle 91.7 fm
Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

André d'Oriano : " Le décret plage de 2006 va à l'encontre des intérêts économiques de la Corse"
1 photo disponible

André d'Oriano : " Le décret plage de 2006 va à l'encontre des intérêts économiques de la Corse"


Calvi

Par

Le 12 Janvier 2018


- Après la manifestation du 13 avril 2017, vous aviez convenu avec le préfet de Haute-Corse, la présidente de l’ATC et le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Haute-Corse d’avoir une réunion en vue d’apporter rapidement des solutions aux problématiques des exploitants d’établissements de Plage. Qu’en est – il à ce jour ?
-Pour le moment, nous en sommes toujours au même point. La période de réserve pré-électorale étant passée nous réitérons notre demande et demandons au préfet d’organiser cette fameuse réunion en présence des élus (CTC, ATC, CCI, COMCOM). N’oublions pas que nous sommes à moins d’un an de l’échéance fixée par le Décret plage de 2006.


- Quelle est la position du décret Plage de 2006 face au PADDUC ?
- Il est évident que le PADDUC doit être revisité pour tous les établissements de plage, sans appliquer de différence de zones. La Corse est la seule région de France à avoir élaboré son PADDUC . Je précise que cela a été demandé par l’Etat lui-même afin que la Corse prenne en main la gestion de son territoire….
Alors pourquoi l’Etat oppose t- il un frein à la gestion de ce territoire par un Décret plage qui va à l’encontre des intérêts économiques de la Corse ?"


- A quels changements pensez – vous concernant le PADDUC ?
- Il est nécessaire de poser un cadre et de définir les règles concernant tous les établissements de plage situés sur le Domaine Public Maritime en tenant compte absolument de la spécificité de notre île et de son littoral qui compte quand même 1000 KM de côtes. Les établissements de plage représentent une attractivité certaine et incontestable pour le tourisme en Corse qui a grandement besoin d’être soutenu, d’autant plus que les « locaux « constituent le premier vivier de touristes en toute saison et sont fortement demandeurs."

 

- Pensez-vous que la Collectivité Unique de Corse puisse être un allié pour préserver les établissements de plage et les emplois qui en dépendent ?
- Oui je le pense très sincèrement car je vous rappelle qu’un vote quasi unanime de l’Assemblée de Corse au mois de mars 2017 s’est prononcé en faveur de l’ouverture des établissements de plage situés en zone urbaine à l’année, dans le cadre d’une politique de tourisme en toute saison.
Vous pouvez d’ailleurs constater que l’Etat ne s’est toujours pas manifesté suite à ce vote.
J'ajouterais que le président Gilles Siméoni est très attentif à ce dossier et que "Nanette" Maupertuis, Présidente de l'Agence de Tourisme, en charge de celui-ci est favorable à un développement.


- L’Etat vous demande de détruire vos établissements au plus tard le 31 décembre de cette année. Quelles sont les conditions de mise en œuvre ?
- C’est très simple : on nous demande de provisionner le montant des frais liés à cette destruction… Nous sommes contraints à une ouverture de 6 mois sur 12 et on veut nous obliger à bloquer de l’argent pendant un an. De quoi vit – on ?
Au préjudice financier vient s’ajouter le préjudice moral. Comment peut-on demander à un chef d’entreprise, à un commerçant, de détruire sciemment son outil de travail et ainsi mettre en péril des emplois et l’avenir de sa famille ?
Dans ces conditions, comment peut – on répondre aux exigences de qualité, sécurité, hygiène et protection de l’environnement ? Malgré tout c’est ce que nous nous employons à faire chaque jour !.


- Aujourd’hui les AOT sont délivrées pour une période d’un an. En conséquence les banques répondent-elles favorablement à vos demandes de financement ?
- Absolument pas. Nous sommes donc dans l’obligation de demander des AOT de 18 ans, ce qui nous permettrait de nous projeter dans l’avenir sereinement, de pouvoir travailler et investir comme tout chef d’entreprise.


- Votre conclusion
- Des solutions autres que celles imposées par l'Etat existent. J'insiste à cet effet sur la nécessité de cette réunion que nous avions convenu suite à la manifestation du 13 avril dernier avec le préfet et en présence de toutes les parties concernées. Il y a urgence.

 



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Borgu : Flashé à 163 km/h et positif au cannabis

Le 12 Décembre 2018

Un automobiliste qui circulait à 163 km/h sur la route territoriale 11 a été flashé puis intercepté par la brigade gendarmerie motocycliste de Borgu. Le contrôle salivaire auquel il a été soumis peu après a révélé qu'il roulait sous l'emprise produits stupéfiants, du cannabis notamment rapporte la gendarmerie de Corse qui lance, dans le même temps, un message aux conducteurs sur les dangers de la conduite sous stupéfiants sur sa page Facebook

Radio Calvi Strasbourg : 2 morts et 11 blessés à proximité du Marché de Noêl

Le 12 Décembre 2018

Une fusillade a eu lieu mardi soir à proximité du Marché de Noël de Strasbourg. Un premier bilan faisait état de 2 morts et de 11 blessés dont 7 en urgence absolue. L'auteur qui a été identifié était fiché S et devait être interpellé ce mardi pour une tentative d' homicide commise au mois d'Août.

Radio Calvi Bastia : Un professionnel de santé décède au centre hospitalier à la suite d'une infection invasive à méningocoque

Le 12 Décembre 2018

Un cas d’infection invasive à méningocoque de groupe B a été signalé à l’Agence Régionale de Santé de Corse ce mardi 11 décembre 2018. "Le patient, professionnel de santé qui effectuait un remplacement à l’hôpital de Bastia, est malheureusement décédé" indique dans un communiqué l'Agence régionale de Santé

Radio Calvi Franck Maraninchi, propriétaire du "Mar a Beach" : "je jette l'éponge"

Le 12 Décembre 2018

Exclusif. Franck Maraninchi, propriétaire de l'établissement "Mar a Beach", plage de l'Aghja, à la sortie sud de Calvi à annoncé ce soir à CNI qu'il jetait l'éponge et qu'il allait lui-même faire intervenir les engins pour démolir l'établissement d'ici la fin de ce mois ou au plus tard en début d'année prochaine.

Radio Calvi Bastia : L’ovalie en devenir à Volpajo

Le 11 Décembre 2018

Lundi matin a été posée la première pierre de la future tribune du stade de Volpajo à Furiani, un stade entièrement dédié au rugby et plus particulièrement au club de Bastia XV.

Radio Calvi
Autres actualités :