Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Antoine Ciosi : L'ultimu giru démarre aux Folies Bergère
1 photo disponible

Antoine Ciosi : L'ultimu giru démarre aux Folies Bergère


Calvi

Par

Le 28 Juillet 2017


Bon pied, bon œil, toujours le même souci de la recherche de la perfection lorsqu'il s'exprime, comme il aime à le faire, en Corse., où lorsqu'il écrit comme aujourd'hui quelques belles pages qui ont, elles aussi, une bonne part de succès : les années passent sans avoir de prise sur Antoine Ciosi.
Le visage est certes buriné par le temps mais à Corbara, en Balagne, dans son jardin presque suspendu au-dessus de la mer, en discourant avec le maître des lieux, on prend mieux la mesure de la stature d'Antoine Ciosi.
Ce n'est pas seulement une voix..Un amoureux de la Corse. De sa terre. De ses traditions et de sa langue.
C'est aussi un homme de valeur et de valeurs comme notre terre sait encore, et heureusement, en recèler.
Qui à 86 ans fait toujours référence à ses parents qui ont connu la misère, à sa mère - fille de meunier à Venzolasca - et à son père, - communiste ind'è l'anima de l'Ocagnano -, mais qui, un jour, n'a pas résisté au plaisir d'acheter, sur le marché de Bastia, une statue de Saint Antoine pour l'offrir à son fils !
Oui il a 86 ans Antoine Ciosi mais il ne "traîne pas encore les pieds".
La passion est toujours là. Elle est aussi forte que celle qui l'animait tout jeune quand il se mettait, quand il le pouvait, à l'écoute de l'unique station de radio qui était accessible à l'époque.
"Je reproduisais ce que j'entendais au Mulinu " sans rien connaître ni du chant ni du solfège.
Cela ce sera pour plus tard sur Paris, une fois qu'il se sera produit sur la scène estivale de l'Empire de Bastia où un commerçant de Venzolasca, amateur de bel canto, l'avait encouragé à se produire.
A Paris, ce fut longtemps la "bohème" pour Antoine Ciosi.
"J'ai fait trois ans d'opérette à Mogador. Il fallait bien manger" explique le Casincais qui pensait voir son horizon s'éclaircir ce jour de 1963 où l'on vint le chercher pour participer au festival de la chanson corse.
Une soirée à l'Olympia à laquelle Antoine Ciosi a participé avec un sacré atout dans sa manche : "Paese spentu" signé Ghjuvanni Giocanti de Zuani et Vincente Orsini de Bastia, un texte qu'il avait perdu de vue avant de le retrouver au moment opportun.
"J'y suis allé confiant. Parce que je savais que cette chanson allait faire son effet, à l'inverse de celles portées par les 18 autres participants à la soirée".
Et "Paese spentu" a fait son effet.
"Sò un paisanu è u mo paese si more. Aghju da cantavi u mio "Paese Spentu" dit-il d'abord en Corse puis en Français à l'assistance, conséquente, de l'Olympia au premier rang desquels avaient pris place de nombreuses vedettes comme Alain Delon et Romy Schneider
Et Antoine Ciosi a donné tout ce qu'il pouvait.
"Ce soir-là j'ai ressenti en moi l'émotion que je n'avais plus ressentie depuis mon départ de U Mulinu de Venzolasca."
Et la salle a adhéré applaudissant, debout, la prestation d'Antoine Ciosi qui décide, dès lors, de chanter la… Corse


Mais point d'envol pour Antoine Ciosi.
Ce n'était pas encore l'heure. En effet, malgré le contrat signé avec Barclay, "Paese Spentu" ne décolla pas.
Le sillon était pourtant tracé. Dany Revel et Martine Lorenzi allait le creuser avec "Le Prisonnier".
Souvenez-vous ?
Sò imprigiunattu
E Mamma si nè more
Perduna, mio Mamma
Di fà ti tantu male

Et dans la foulée, les frères Vincenti proposaient Tragulinu.
O Dumè, t'arricordi da quellu tragulinu ?
Porti li to settant'anni
Cume fiori di castagni
Tragulinu...


Deux titres qui, à la faveur de l'avènement du juke-box, ont déferlé sur toute la Corse, l'Italie, la Suisse, l'Espagne etc.
Cette fois la carrière d'Antoine Ciosi était bel et bien lancée.
Suivent alors plus de vingt 33 tours et autant de 45 : "Sons et lumières de la Corse"en 1973 , "Corsica Nostra"en 1975, "Corsica Sempre Corsa" et "I Canti di a libertà", qui soulèvent l'enthousiasme tant à l'Odéon de Marseille que sur la place Foch d'Ajaccio "où il y a eu une osmose différente de celle ressentie lors d'un tour de chant. Ce fut un engouement étonnant et un bonheur parfait parce que j'étais dans mon élément" commente aujourd'hui Antoine Ciosi.
Et les titres - des frères Vincenti, de Tintin Pasqualini, de Marfisi, de Francescu Pinelli - et les galas se sont succédé sans discontinuer. En Corse. Et sur le Continent. Avec, pour chacun de ces rendez-vous, des anecdotes que notre interlocuteur fait revivre en collant à sa voix grave de conteur, les images des scènes qu'il vous narre…


Un jour Antoine Ciosi décida de les coucher sur une feuille de papier : l'écrivain, qui sommeillait depuis longtemps sous le chanteur, ne tarda pas à se révéler.
Il a d'abord écrit "Notes et chansons" avec le seul souci que certaines de ces chansons et de ces textes, dont il s'est fait l'interprète ne meurent pas. Pour qu'elles s'inscrivent dans la mémoire.
Et il a pris goût à l'écriture Antoine Ciosi. La vie de sa mère, restée veuve très jeune avec 7 enfants à élever, l'a inspiré. En tout cas il a voulu témoigner de sa vie exemplaire dans "Una Mamma". Il y a eu aussi "Une odeur de figuiers sauvages" publié chez Albin Michel, "Le chemin des sources" ou bien encore "Chants d'une terre". Et le tout dernier "A Stella di Musè Namani " qui raconte la vie extraordinaire d'un "destockeur" dans l'habillement, originaire d'Ascu.


Mais Antoine Ciosi chanteur est toujours là. Avec notamment "Bastia" et sa participation à "Mezzu Mezzu" avec Patrick Fiori.
Et il va être plus que jamais là à compter du 28 Novembre prochain.
On va le voir sur la scène des Folies Bergère. Mais pas seulement. Bastia et Ajaccio figureront encore à son programme.
"Je n'aurai jamais imaginé à mes débuts être encore là, à chanter à 86 ans. Je considère qu'un artiste doit se retirer quand il commence à traîner les pieds. Cela ne m'est pas encore arrivé. Il est vrai que J'ai eu la chance de conserver ma voix et la passion. Cela ne m'a pas empêché de lever le pied à compter de 80 ans, comme je l'avais décidé. Aujourd'hui c'est cet Ultimu giru qu'Antoine Ciosi a décidé d'effectuer".


Mais il ne sera pas seul sur scène. "Je n'aime pas les one man show. Je serai entouré de beaucoup d'amis. D'invités de marque. Pour donner à la soirée, placée sous le signe de l'amitié, un véritable air de fête"
Puis, au terme de son "ultimu giru" - c'est décidé aussi - il passera a "fiacula - le flambeau" - à deux jeunes talents corses.
L'un est celui qu'affiche depuis quelques semaines, avec succès, une jeune femme qui ne cesse de s'affirmer.
L'autre - un jeune casincais - qui, à la voix d'or, chante Antoine Ciosi à merveille.

Vous savez quoi ? Nous avons hâte d'y être !
Et vous ?
----
Le 28 Novembre aux Folies Bergère.
Réservations : 0892 681 650
www.foliesbergere.com
www.antoine-ciosi.com



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Festa di a scienza per tutti in l'Isula Rossa

Le 20 Octobre 2017

A l'initiative du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, du 6 au 22 octobre sur l’ensemble de la Corse se déroulera la fête de la science. A l'Isula Rossa, cette journée sera consacrée à la famille et se déroulera place Paoli le samedi 21 octobre

 

Radio Calvi Reprise au Centre de distribution du courrier à la Poste de l'Isula Rossa

Le 20 Octobre 2017

Comme prévu, à la suite du protocole d'accord intervenu mercredi, le personnel gréviste de la Poste de l'Isula Rossa, réuni en assemblée générale ce jeudi matin, a voté pour la reprise du travail.

Radio Calvi Plaine orientale : Le site naturel de Terrenzana, joyau méconnu, aménagé et ouvert au public

Le 20 Octobre 2017

C’est l’accès à un paysage exceptionnel surplombant les étangs de Diana et de Terrenzana sur la commune de Tallone en Plaine Orientale que le conservatoire du littoral a inauguré, jeudi matin, en présence de tous les acteurs du territoire. Jusque là confidentiel et d’accès malaisé, le site naturel de Terrenzana a été aménagé entre mer et maquis grâce à la création de sentiers, d’un belvédère, d’une cabane, de zones de stationnement et de signalétique, et est désormais ouvert au public. Cette mise en valeur, qui a bénéficié de financements européens via l’Agence du tourisme de la Corse (ATC), répond à un triple objectif de préservation environnementale, de tourisme vert et de développement durable.
 

Radio Calvi Corte : Plus de 400 élèves célèbrent la Fête de la Science

Le 20 Octobre 2017

Relayée en Corse par la Collectivité Territoriale de Corse, le Rectorat de l’Académie de la Corse, les deux Conseils départementaux, les Collectivités locales et la DRRT, coordonnée par le CPIE – A Rinascita, Coordination régionale de la CSTI en Corse, « La Fête de la Science » est une manifestation nationale, gratuite et conviviale dont le but premier est de susciter la rencontre entre le public et les chercheurs. Ce jeudi, pour la sixième année, la coordination régionale a consacré une journée réservée aux scolaires sur le campus Grimaldi de l’Université de Corse, à Corte. A cette occasion, les 411 élèves concernés par cette journée exceptionnelle ont pu y découvrir des expériences, des animations et ateliers scientifiques de chercheurs de l’Université mais également d’autres associations, entreprises et organismes de Recherche de Corse. Les explications d'Antoine Ferracci, président du CPIE A Rinascita
 

Radio Calvi Le port d'Ajaccio a reçu près 10 000 croisiéristes jeudi !

Le 20 Octobre 2017

Par cette journée d'arrière saison très chaude et ensoleillée, le port d'Ajaccio a reçu ce jeudi quatre navires de croisières. Le port d’Ajaccio et ses rues ont connu une effervescence peu commune aujourd’hui. Pas moins de quatre navires de croisière : le Royal Princess de 7h à 19h (3604 personnes), le MSC Orchestra de 12h à 19 (3600 personnes), le TUI Discovery de 8h à 18h00 (2074 personnes) et le Royal Clipper de 14h à 22h (246 personnes) ont amené vers Ajaccio près de 10 000 croisiéristes.

Radio Calvi
Autres actualités :