Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Assemblée de Corse : la tension monte entre la majorité nationaliste et l'État
1 photo disponible

Assemblée de Corse : la tension monte entre la majorité nationaliste et l'État


Calvi

Par

Le 24 Mai 2019


 

“Guérilla politique”, ce sont les mots qui raisonnaient au travers des couloirs de la Collectivité durant ce premier jour de session de l’Assemblée de Corse. Le président de l'exécutif a durement attaqué l’attitude de l’État face à la situation de tensions que connaît l’île ces derniers temps. Meurtres à répétition, incendies, attentats, AOT pour Gilles Simeoni ce climat nécessite de l’apaisement et la reprise de dialogue entre l'Etat et la collectivité.

 

On est en train de construire une situation dangereuse

 

“Depuis quelques mois, on peut noter la fluctuation d’actes criminels grave, (...) Entre 2015 et 2017, il n’y avait plus d’espace politique, ni sociétal pour ce type de dérives. On est en train de construire en Corse une situation explosive, une situation dangereuse, qui va échapper ou qui risque d’échapper à tout contrôle” a lancé le président depuis l’hémicycle de l’Assemblée de Corse.

 

La réponse de deux groupes d'opposition de l’Assemblée, Per l’Avvene et La Corse dans la République, qui s’inquiètent de la montée des tensions entre les nationalistes et la préfète de Corse, n'ont pas tardé à arriver “On voit bien que la majorité aujourd’hui qui rame dans ses projets et dans la construction d’une collectivité unique se décharge totalement sur une faute de l’Etat dans tous les domaines” estime Valérie Bozzi, présidente du groupe La Corse dans la République.

 

« ESA, AOT, déchets, contentieux sur la DSP très haut débit, rejet du calendrier scolaire : autant de dossiers cruciaux en situation d’échec sur lesquels l’Exécutif cherche à faire diversion en rejetant la faute sur l’Etat. Ce processus de radicalisation politique et rhétorique, émanant de la majorité territoriale, est alarmant et stérile alors que nous avons besoin d’un partenariat fécond et serein. Des solutions existent sur tous ces sujets, notamment l’impérieuse nécessité de réviser le PADDUC pour parvenir à un document opérationnel et applicable. »

 

La critique est appuyée par Jean-Martin Mondoloni, président du groupe Per l’avvene à l’Assemblée de Corse : “ ‘Recours scandaleux’, ‘guérilla’, ‘déclaration de guerre’, ‘volonté néfaste’, ‘dérive funeste’, ‘croisade’, ‘offensive’, couronnée par je cite : ‘un assassinat politique’. Je pense que ces mots percutent dans l’opinion “. “Notre camp c'est pas celui de l'état ou de la CdC mais celui de la Corse (...) et est ce que la Corse va tirer des bénéfices de cette situation ? Bien sur que non.”

 

 

Pour Jean Charles Orsucci il est opportun d’apaiser les esprits du côté de la majorité, comme du côté de l’État.

L’annulation du marché remporté par SFR

Une de raison de la hausse de tension remonte à samedi dernier quand l'Etat a déposé un recours contre le contrat entre la Collectivité de Corse et SFR pour l'installation de la fibre en Corse. Une décision qualifiée de «déclaration de guerre» par Gilles Simeoni,

Le 8 novembre dernier, Gilles Simeoni signait alors la convention de déploiement de la fibre optique avec le PDG du groupe Alice, propriétaire de SFR. Ce contrat de 327 millions d’euros, dont 52 millions d’euros issues de subventions publiques avait pour but d’installer la fibre sur tout le territoire d’ici 2023. Quelques semaines plus tard, le dossier tombe entre les mains de la justice pour soupçon de favoritisme. Les enquêteurs s'interrogeaient sur la capacité de SFR à mener à bien les travaux ainsi que sur "la présence de proches du pouvoir politique au sein de certaines sociétés sous-traitantes locales auxquelles SFR a fait appel". Les investigations visaient notamment d'éventuelles "contreparties" et de possibles "pressions".

«J'ai déféré, le tribunal éclairera sur la légalité. Je n'ai rien à ajouter», a simplement déclaré la Préfète de Corse, Josiane Chevalier, à un quotidien local mais sans préciser les raisons de ce recours. Contacté par l'AFP, Gilles Simeoni a assuré «aller sereinement devant le tribunal administratif» de Bastia, considérant ce recours comme «une décision exclusivement politique, une déclaration de guerre contre le conseil exécutif et la majorité territoriale».

Affaire à suivre au vu de la suite de la session du 24 mai.



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Open international de Squash à l'ILe-Rousse: les quarts en début de soirée ce mercredi

Le 26 Juin 2019

Les Balanins Noëlie Marchetti et Adrien Guidoni sont toujours en course, Antonin Romieu cède logiquement face à Thierry Lincou

Radio Calvi Canicule : La Corse reste placée en alerte jaune

Le 26 Juin 2019

La vigilance météorologique de niveau jaune avec situation météorologique à surveiller pour le phénomène de canicule est prolongée et perdurera jusqu’au jeudi 27 juin 2019 à 16h au moins.
Les températures minimales sont proches de 22 à 25 degrés en bord de mer et 19 à 21 degrés dans l’intérieur. Ces températures remontent en journée pour atteindre régulièrement 34 à 37 degrés.
Le niveau 2 du plan canicule « Avertissement chaleur » est maintenu.

Radio Calvi Un syndicat d'hôteliers, restaurateurs et plagistes pour défendre la Balagne

Le 26 Juin 2019

Une soixantaine d'hôteliers, restaurateurs et plagistes, réunis en fin d'après-midi ce mardi 25 juin à l'Hôtel Regina à Calvi, ont décidé de créer un nouveau syndicat non pas pour être dans la critique mais dans l'action. Il est temps d'agir.
 

Radio Calvi Les socioprofessionnels corses au préfet des Bouches-du-Rhône : "Stop aux entraves à la liberté de circulation et d'approvisionnement"

Le 26 Juin 2019

Le MEDEF Corse, l'UMIH Corse, la CPME Corse, l'U2P Corse, le Syndicat des Transporteurs de Corse, la Chambre de Métiers et de l'Artisanat de la Haute-Corse et la Chambre de Commerce et d'Industrie de Bastia et de la Haute-Corse interpellent dans un courrier rendu public mardi après-midi Pierre Dartout, préfet des Bouches-du-Rhône pour lui demander les mesures qu'ils comptent prendre pour mettre fin au blocage de " l'ensemble des navires du service public entre le Continent et la Corse bloqués à quai au port de Marseille"

Radio Calvi Didier Guillaume : « Je suis venu dire aux Corses : Prenez-vous en mains ! Vous avez tout pour réussir ! »

Le 26 Juin 2019

Le ministre de l’agriculture et de l’alimentation, Didier Guillaume, est en déplacement en Corse pour deux jours. Il a débuté son marathon en Haute-Corse par la plateforme Stella Mare spécialisée en ingénierie écologique marine et littorale, avant de se rendre sur le chantier du futur pôle Viande et du futur siège des Chambres d’agriculture à Vescovato. La filière élevage a occupé l’essentiel du menu de l’après-midi avec les visites de la coopérative Corsia du domaine de Casabianda à Aleria, du site de l’ODARC à Altiani et l’exploitation de Philippe Flori à Riventosa. Mercredi, la visite se poursuivra en Corse du Sud à Sarrola et Azilone sur le même thème. Didier Guillaume a expliqué, à Corse Net Infos, qu’il était venu pour changer de méthode et dire aux agriculteurs corses de se prendre en mains !
 

Radio Calvi
Autres actualités :