Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Assemblée de Corse : « Per l’Avvene » dénonce le refus de Jean-Guy Talamoni de se rendre à Matignon
1 photo disponible

Assemblée de Corse : « Per l’Avvene » dénonce le refus de Jean-Guy Talamoni de se rendre à Matignon


Calvi

Par

Le 29 Juin 2018


- Quel est l’objet de votre colère ?
- Non ! Ce n’est pas une colère ! C’est simplement un état de fait ! Nous considérons que la politique de la chaise vide pratiquée par le président de l’Assemblée de Corse, qui est invité à une réunion très importante à Matignon, est un mauvais signal. D’abord, d’un point de vue opérationnel. Ce dont il est question, ce n’est pas de savoir si les militants d’une idéologie ou d’une autre peuvent y trouver leur compte. Ce qui est important, pour nous, c’est de considérer que les Corses, à terme, seront perdants dans ce partenariat qui n’arrive pas à se construire entre la Collectivité et l’Etat. C’est un vrai problème !

- Pourquoi ?
- La posture du président de l’Assemblée vient aggraver cette difficulté relationnelle entre deux partenaires. La question n’est pas de savoir si l’un est dominant et l’autre dominé. La question est de considérer qu’à un moment donné, les affaires de la Corse ne peuvent avancer que si les deux parties s’inscrivent dans un partenariat respectueux. Ce n’est pas le cas aujourd’hui ! Le deuxième problème, que cette absence pose, est d’ordre démocratique. Nous considérons que le président de l’Assemblée, lorsqu’il se rend à Paris, est, de fait, le représentant de l’Assemblée, et donc le représentant de toutes les diversités. Qu’il s’y rende en chef de la majorité, c’est son problème, mais qu’il ne s’y rende pas, c’est un problème plus grave encore dans la mesure où nous ne sommes pas représentés.

- N’êtes-vous pas conviés à Matignon ?
- Non ! Le président de l’Assemblée et le président de l’Exécutif sont invités. Nous n’avons rien à dire contre cette formule, dès lors que l’Assemblée est représentée à travers son président. Du moment que celui-ci n’y va pas, nous nous sommes adressés au Premier Ministre en disant que cette absence est un manquement grave au fait démocratique et qu’il faut, à ce moment-là, compenser en invitant l’ensemble des sensibilités à cette réunion. Les présidents de groupe pourront, ainsi, faire part de leurs options, de leurs choix, de leurs inquiétudes, peut-être de leur désarroi, sur les sujets qui engagent aujourd’hui la Collectivité de Corse et l’Etat.

- Vous pointez des problèmes de méthode des deux côtés. Pouvez-vous préciser ?
- Nous considérons aussi, par ailleurs, que le ballet de ministres en Corse, aujourd’hui, n’est peut-être pas la formule la plus adaptée. Il faut ramener la situation à tout simplement une relation féconde entre le président de l’Exécutif et Mme la Préfète qui m’a l’air bien armée, plutôt bien bâtie dans sa façon de travailler et dans sa volonté de faire avancer les choses. C’est de cela aussi qu’il aurait pu être question dans cette réunion.

- Camille de Rocca Serra tacle la méthode gouvernementale, bien différente de celle des précédents statuts. Partagez-vous sa critique ?
- A chaque époque, sa méthode ! La question n’est pas de savoir si c’était mieux hier, aujourd’hui ou demain. La question est de savoir si ces méthodes portent leurs fruits. Je ne pense pas que les Corses, aujourd’hui, trouvent leur compte et que la politique de la chaise vide fasse avancer les choses. Il appartient, aussi, à l’Etat de constater que la succession des ministres n’est pas la politique la mieux adaptée. Mais, il convient tout simplement d’en parler.

- Discuter avec ce gouvernement n’est-il pas compliqué, et pas seulement pour la Corse ? Il suffit d’écouter les autres régions…
- Contrairement aux autres régions, nous avons la chance d’être invités à Matignon ! Je pense que si les autres présidents de région étaient invités à Matignon, ne serait-ce que pour définir un cadre méthodologique, ne serait-ce que pour évoquer précisément certaines difficultés, ils s’y rendraient ! Pour nous, phénomène aggravant, on peut ne pas être satisfait, mais on ne se rend pas à l’invitation du Premier ministre pour dire éventuellement qu’on n’est pas content. Cela pose un problème. Le temps est venu, pour l’une et l’autre des parties, de tirer les conclusions de cette situation dégradée et de créer les conditions pour en sortir.

Propos recueillis par Nicole MARI



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Le sanctuaire de Lavasina prépare la fête du 8 septembre

Le 07 Septembre 2018

Les 7 et 8 septembre le sanctuaire de Lavasina est en fête. Mais alors que célèbre t-on ? Pourquoi ce lieu est-il si réputé en Corse ? Le père Magdeleine et CNI répondent à vos interrogations.

Radio Calvi "Studio Ballet" de Furiani : Rencontre avec Tiphaine Appelhans et Simon Ripert danseurs au ballet Preljocaj

Le 07 Septembre 2018

Il y a une dizaine de jours, Tiphaine Appelhans et Simon Ripert, deux danseurs expérimentés ont donné des cours lors d'un stage au studio Ballet de Furiani... CNI est parti à leur rencontre pour comprendre les enjeux contemporains du monde de la danse.

Radio Calvi Le collège de Calvi obtient gain de cause

Le 07 Septembre 2018

Mercredi, l'équipe pédagogique du collège de Calvi était montée au créneau à la suite de la suppression du demi poste de conseiller principal d'éducation (CPE), réduisant ainsi l'effectif à un seul pour 500 élèves.

Radio Calvi Mouvement de grève et blocage des cours au collège Pasquale Paoli de Lisula

Le 07 Septembre 2018

Le personnel du collège de Lisula est en grève depuis jeudi matin, suite à la suppression d'un poste d'adjoint administratif d'intendance.
 

Radio Calvi Bastia : Le président de l’Assemblée de Corse et le maire de la ville au plus près de la rentrée scolaire…

Le 07 Septembre 2018

A l’occasion de la rentrée scolaire ce jeudi 6 septembre, le président de l’Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, le maire de Bastia, Pierre Savelli, leurs directeurs de cabinet respectifs et Ivana Polisini, ajointe à l'éducation, se sont rendus dans plusieurs établissements : école Venturi en centre ville, école Georges-Charpak à Toga et collège de Montesoro dans les quartiers sud.

Radio Calvi
Autres actualités :