Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Déchets : Pas de déblocage du site de Prunelli, la Comcom fait volte-face !
1 photo disponible

Déchets : Pas de déblocage du site de Prunelli, la Comcom fait volte-face !


Calvi

Par

Le 23 Août 2018


C’est un cafouillage ! Lundi, la réunion entre toutes les parties prenantes – Comcom, Etat, Région, Syvadec, Collectif citoyen, avait abouti à un accord de principe : celui d’examiner attentivement, pour ne pas dire favorablement dans les limites du possible, les revendications des élus communautaires du Fiumorbu, ce qu’ils appelaient « un projet de territoire » pour en compenser les carences béantes. Mardi, une réunion intra-communautaire permettait de dégrossir les besoins et d’établir des axes prioritaires : la santé, la défense contre les incendies, le schéma routier et un certain nombre d’aménagements, y compris culturels. La liste de propositions aurait du être peaufinée ce mercredi et soumise, dans l’après-midi, avec une méthode et un échéancier, à l’Exécutif territorial et à l’Etat. Les élus attendant une réponse dans la soirée pour décider du déblocage ou non de la situation. C’est du moins ce qui était prévu. Mais mercredi, les choses sont allées tout autrement.

Refus de compensations !
Dans l’après-midi, les élus communautaires se sont, de nouveau, réunis. Mais, là, étrangement, il n’a plus du tout été question de liste, ni de propositions, ni de compensations, mot de toute façon récusé par les élus locaux. « Nous avons décidé, d’une part, de laisser la STOC bloquée. D’autre part, nous avons rejeté, comme nous l’avons fait les trois précédentes années, le principe de la compensation. Donc, nous n’avons pas de projet à présenter en échange d’un enfouissement d’ordures ménagères sur notre territoire. Nous ne voulons pas en présenter. Le territoire a des besoins. Il a des projets dont une partie est formulée, mais ils doivent trouver une réponse indépendamment de la problématique des déchets. Enfin, nous sommes dans l’attente d’éclaircissements sur la durée de vie du site actuel de la STOC dans le cadre du Plan déchets qui sera présenté par la région. Sa durée de vie sera-t-elle conforme ou pas à celle qui était prévue ? Va-t-on la raccourcir ? Elle était prévue pour dix ans. En pratiquant de la surexploitation, il est probable qu’on réduira sa durée de vie », explique Louis Cesari, président de la ComCom Fiumorbu-Castellu.

Une question en suspens
Que s’est-il passé entre la veille et le lendemain ? Difficile à dire, mais l’une des réponses pourrait très bien être contenue dans cette dernière question « posée à personne en particulier », même pas au Syvadec ! « La question est certainement intégrée dans le plan Déchets et nous attendons une réponse d’où qu’elle vienne. Notre territoire a un site d’enfouissement en son sein dont il tire un avantage en matière de coûts d’enfouissement », poursuit Louis Cesari. S’il n’est plus question de compensations, pourquoi continuer à bloquer le site ? « On ne bloque pas le site ! Ce n’est pas un mouvement d’humeur ! C’est la quatrième année qu’on nous sollicite ! Le site a accueilli à ce jour les 43 000 tonnes pour lesquelles il a été conçu. La production d’ordures ménagères du territoire communautaire correspond à 5% ou 10% des volumes enfouis, tout le reste vient du reste de la Corse. Ce que nous bloquons, c’est la sur-utilisation du site, pas le site en lui-même, conformément à la délibération que nous avons prise il y a 10 mois. En septembre 2017, nous avons décidé que la 3ème année d’augmentation de la capacité du site serait la dernière. La décision prise lundi est programmée depuis 10 mois ».

Pas de déblocage
Dans ce cas, le blocage était-il définitif ou suspendu à la question de la durée de vie du site ? « La question a été posée. Nous verrons bien si la réponse est de nature à faire changer d’avis le bureau de la Comcom ». Et la suite ? Quel est l’agenda ? « Il n’y a pas de prévision de réunion. Nous n’avons pas donné de rendez-vous à une date ultérieure ». Rejetez-vous la demande de l’Etat et de la région d’augmenter le volume de stockage à 60 000 tonnes sur 3 ans ? « Oui ! ». Donc situation bloquée ! Un vote a eu lieu à ce sujet. Aucun élu communautaire n’a voté le déblocage du site, à l’exception de Saveriu Luciani qui a la double casquette de faire partie de l’Exécutif régional. Il a tenté de lever les verrous. En vain ! « J’ai proposé d’ici à dix jours une rencontre avec le Conseil Exécutif, une réunion avec le Syvadec et l’Etat, pour parler d’un plan d’accompagnement territorial. J’ai également proposé de faire poser par les cinq élus issus du territoire à l’Assemblée de Corse, une question orale à Gilles Simeoni pour obtenir un engagement sur ce plan d’action. Tout le monde était d’accord sur ce point. C’était une avancée positive et une proposition de déblocage ». Mais les élus communautaires ont finalement refusé la main tendue de l’Exécutif, s’arcboutant apparemment sur la question surgie inopinément de l’avenir de la STOC qui dépend du Syvadec. Dans ce cas, à quoi rimait la réunion de lundi ? Et qu’est-ce qui a réellement fait basculer la donne initiale ?

N.M.



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Le plan d'urbanisme de Cauro annulé par le tribunal administratif de Bastia

Le 15 Mars 2019

Après trois recours déposés par l’Etat, l’association U Levante et un particulier contre le PLU (plan local d’urbanisme) de Cauro, ce 14 mars, par deux jugements le tribunal administratif de Bastia a annulé pour irrégularité la délibération du conseil municipal ayant approuvé le document le 28 novembre 2017.

Radio Calvi Le député Michel Castellani met en garde le gouvernement contre sa politique à l’égard de la Corse

Le 15 Mars 2019

Pas contents les députés corses après le vote, dans la nuit de mardi à mercredi, à l’Assemblée nationale, de la loi créant une Agence nationale de cohésion des territoires. Une agence, perçue par les trois députés nationalistes et leurs collègues du groupe Libertés & Territoires, mais aussi par de nombreux députés, comme une complication supplémentaire à l'usine à gaz administrative actuelle. Ils l’accusent, sous couvert de décentralisation, de donner un pouvoir trop important au préfet au détriment des élus locaux des collectivités à financer, de placer le représentant de l’Etat comme référent unique ! Suite au rejet des amendements de l’opposition, le député de Bastia, Michel Castellani, a interpellé fermement la ministre, Jacqueline Gourault, pour la mettre en garde contre la politique du gouvernement à l'égard de la Corse.

Radio Calvi Un nouveau cas de violences conjugales à l'Ile-Rousse: l'auteur interpellé et condamné

Le 15 Mars 2019

Un homme soupçonné de menaces de mort et d'appels malveillants envers son ex-concubine a été interpellé en début de semaine, placé en garde à vue, présenté au parquet et placé en détention provisoire, avant de répondre de ses actes ce jeudi devant le Tribunal où il était jugé en comparution immédiate. Il a été condamné à 18 mois de prison avec sursis, 5 ans de mise à l'épreuve et obligation de soins.

Radio Calvi 14 Mars 2011-14 Mars 2019 : CNI a passé le cap des 8 ans !

Le 15 Mars 2019

Cela fait 8 ans à présent que Corse net Infos, auquel on préfère désormais l'acronyme CNI, signe de son ancrage dans la vie quotidienne de l'île, délivre en permanence sur internet son flot de nouvelles - bonnes ou mauvaises - à un cercle de lecteurs fidèles qui ne cesse de s'élargir. Aujourd'hui devenu incontournable, notre pure player ne cesse d'avancer sur la voie empruntée un jour du mois de Mars 2011, le 14 très précisément.

Radio Calvi Un Via Crucis "revisité" par le Svegliu Calvese

Le 14 Mars 2019

Dans le cadre d'une représentation "revisitée" de Via Crucis, l'association du Svegliu Calvese vous invite à la rejoindre les samedi 16 et dimanche 17 mars, à partir de 17 heures à la Poudrière, pour une première réunion d'information

Radio Calvi
Autres actualités :