Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Jean-Christophe Angelini : « Femu a Corsica est le premier parti politique de Corse »
1 photo disponible

Jean-Christophe Angelini : « Femu a Corsica est le premier parti politique de Corse »


Calvi

Par

Le 18 Octobre 2017


- Quel est l’enjeu de la concrétisation du parti Femu a Corsica ?
- L’enjeu est, à la fois, fondamental et ancien. Fondamental parce qu’il était temps que notre parti ait véritablement un cadre d’expression unitaire. Femu était, pour l’essentiel, une coalition électorale qui fonctionnait, depuis quelques temps déjà, comme un mouvement ou un parti. Il était temps que nous le formalisions pour avoir un parti en ordre de marche, qui soit au carrefour du parti de militants pour impliquer le plus grand nombre, et du parti de gouvernement pour irriguer l’action de la majorité territoriale, plus particulièrement celle du Conseil exécutif. C’est désormais chose faite ! Avec le vote des statuts, de la motion d’orientation politique et de la charte éthique, nous disposons de textes fondamentaux qui ont été, pour l’essentiel, validés à l’unanimité. C’est un moment très important, d’autant que 1500 personnes au moins y ont participé ! La participation massive et la validation populaire, donnent un moment de démocratie et un moment fondateur tout à fait uniques.

- Pourquoi avoir reporté, après les territoriales, la désignation du président et du bureau. Les sujets qui fâchent sont-ils toujours en suspens ?
- Il n’y a pas de sujets qui fâchent, mais des sujets qui, - c’est vrai ! -, continuent de faire débat. La proximité des élections territoriales commande d’agir de cette manière-là. Si les élections n’avaient pas été si proches, nous aurions naturellement poussé tous les débats à leur terme. Nous les avons, donc, scindé en deux temps. Premier temps : valider des principes. Second temps : désigner démocratiquement des équipes lors de l’assemblée générale statutaire de 2018. Entre temps, nous avons besoin de faire émerger des talents parmi les très nombreuses personnes qui nous ont rejoint aujourd’hui, des gens capables, non de militer des années encore, mais de rejoindre, très tôt, nos instances. Cet élément me paraît fondamental. Pour toutes ces raisons-là, il fallait temporiser. Des débats continuent d’exister entre nous, mais avec la volonté d’être efficaces très tôt et d’affronter sereinement l’échéance électorale qui a été avancée au 3 décembre.

- Vous aviez lancé un appel à l’ouverture qui semble avoir été entendu. Pouvez-vous quantifier l’apport de forces nouvelles à l’intérieur de Femu ?
- Quantifier, c’est difficile, surtout quand il y a autant de monde. Je crois que la règle des trois tiers, que nous avons appliquée à la constitution de la coordination provisoire, a été effectivement respectée : un tiers de PNC, un tiers d’Inseme, et un tiers représentant la diversité de partis. Lors du congrès, j’ai vu de nombreux militants du PNC ou d’Inseme, et autant issus de la société civile, des mouvements locaux… Egalement des personnes qui nous ont rejoints au fil des années, ou même depuis les dernières élections législatives, et qui ont adhéré pour la première fois.
- L’enjeu immédiat est la constitution de la liste Pè a Corsica. Appliquerez-vous la règle des tiers ou gardez-vous les quotas de la liste de 2015 ?
- Comme je l’ai dit au sortir de l’assemblée générale du PNC, il est évident qu’on ne peut plus raisonner en termes de contingent, comme c’était le cas par le passé. Il n’y a plus de contingent Inseme, PNC ou Chjama. Il y a un contingent Femu. Le curseur a changé. Il s’agit, aujourd’hui, de trouver un équilibre, non plus entre le PNC et Inseme, mais entre les entrants et les sortants, les territoires sous-représentés et ceux sur-représentés, les compétences dont nous avons besoin et celles qui existent déjà et, bien sûr, nos partenaires de Corsica Libera et les candidats issus de Femu.

- A moins de deux mois des territoriales, quel message, ce congrès vous renvoie-t-il ?
- Il nous renvoie un message fondamental qui est celui de l’élan populaire. Il n’y a pas de démarche politique, pas de message électoral, sans validation populaire. Avant l’expression des urnes, il y a l’expression militante, l’expression du peuple partout où elle se manifeste au plan syndical, associatif… Tenir un congrès constitutif avec 1500 personnes, c’est impossible pour tout autre parti politique que le nôtre en Corse ! Il n’y a que le courant nationaliste, que nous représentons, qui est clairement en capacité de le faire et d’afficher une telle énergie et une telle dynamique dans ce qui n’est pas un meeting, ni même la présentation de la liste ! C’était seulement la constitution formelle de Femu. Elle était, certes, attendue depuis longtemps parce qu’il y a un fil ancien de dialogue, de message, d’engagement… Je n’ose imaginer ce qui se passera quand, avec Corsica Libera et beaucoup d’autres encore, nous présenterons la liste et le projet politique auquel nous voulons nous adosser.
- N’y-a-t-il pas urgence à présenter la liste ?
- C’est une affaire de dix ou quinze jours, nous sommes en train de la finaliser. Le fait que le 1er tour ait été avancé nous oblige à agir plus vite, mais nous sommes dans les mêmes délais que nous avions, de toute façon, prévus et qui sont, globalement, les mêmes que ceux de 2015, à savoir une présentation de la liste fin octobre.

- Vous n’êtes pas encore en campagne ?
- Non ! Pas encore ! Deux éléments nous confortent. Le premier est le bilan de la majorité territoriale que nous avons hâte de défendre devant les électeurs. Le second est le congrès constitutif. Le reste est à écrire, qu’il s’agisse de la campagne ou des dispositions qui nous permettront de vivre politiquement dans le cadre de Femu entre le moment présent et l’assemblée générale statutaire de 2018 qui désignera formellement nos instances, composera physiquement nos équipes et qui, pour une durée reconsidérée annuellement, fixera le cap et donnera aux Corses l’envie de s’engager à nos côtés.

- Quand comptez-vous entrer réellement en campagne?
- A la présentation de la liste. Pas avant ! Nous devions ce temps aux militants qui, depuis 2010, pour ne pas dire 2008, attendent l’avènement de Femu. Nous avons toujours dit, y compris le 29 juillet, que nous ne rentrerions pas en campagne sans avoir formalisé structurellement la création du parti. Aujourd’hui, le parti existe, le PNC et Inseme sont effacés, nous sommes tous désormais militants d'un même parti. Femu devient le parti nationaliste que la Corse attendait, le premier parti politique de Corse ! Nous sommes en mouvement. Le moment de présentation de la liste marquera, massivement et démocratiquement, notre entrée de campagne pour, je l’espère, une victoire, le 10 décembre prochain.

Propos recueillis par Nicole MARI.
 



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Soirée au profit du Centre Musical "U Timpanu" à Calvi

Le 09 Novembre 2018

Le samedi 10 novembre au Village Vacances "La Balagne" à Calvi sera organisé une soirée au profit du Centre Musical de "U Timpanu"

Radio Calvi Collectivité de Corse et SFR : La fibre pour tous les Corses dans 5 ans

Le 09 Novembre 2018

Comme cela a été décidé, c’est SFR qui sera en charge du déploiement de la fibre optique en Corse. Les collectivités territoriales ont attribué la DSP à l’opérateur au carré rouge qui est en train de mettre en œuvre un plan ambitieux de raccordement au sein de l’île. SFR a 5 ans pour déployer 170 000 prises FTTH en Corse. La convention a été signée jeudisoir à la Collectivité de Corse entre Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif et Alain Weill, PDG de Altice-France pour SFR-Collectivités

Radio Calvi L'Ile-Rousse : Jean-Paul Beneteau a "rejoint le Panthéon des grands serviteurs du Service Public"

Le 09 Novembre 2018

Les obsèques du commandant Jean-Paul Beneteau, pompier professionnel (er), victime de la tempête Adrian, le 29 octobre dernier ont été célébrées ce jeudi matin à L'Ile-Rousse en présence de la grande famille des pompiers de Corse-du-Sud et de Haute-Corse et près d'un millier de personnes dont le président de l'Exécutif de Corse et de nombreux élus

Radio Calvi Qui sont les soldats de Corse morts pour la France durant la Première Guerre Mondiale ?

Le 09 Novembre 2018

Ces 11 395 Poilus (et civils), Corses de sang ou de sol, sont morts durant la Première Guerre Mondiale, reconnus "Mort pour la France" et/ou figurant sur un Monument aux Morts en Corse. Si l'on rajoute les 145 qui ne répondent pas à ces 2 critères on obtient un total de 11 540 tués. Dans sa Cronica di a Corsica Orsu Ghjuvanni Caporossi a réalisé un travail considérable avec l'aide du site du ministère de la Défense, les archives départementales de la Corse-du-Sud, du site http://www.memorialgenweb.org/ et de l'ouvrage "Du deuil à la mémoire, les monuments aux morts de la Corse (Guerre de 1914-1918)" de Georges Ravis-Giordani et Jean-Paul Pellegrinetti (Editions Albiana, 2011). Nous en avons extraits ses conclusions mais sa Cronica, qui a nécessité un travail considérable, est à lire absolument.

Radio Calvi La flamme du Soldat Inconnu à Bastia

Le 09 Novembre 2018

vLa flamme du soldat inconnu, qui brûle pour l'éternité sous l'Arc de Triomphe, est parti mardi, à l'initiative de l'Union nationale du sport scolaire (UNSS), en direction de tous les territoires. Dans le cadre du centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918, la Haute-Corse et Bastia l'ont réceptionnée jeudi matin. Pour la circonstance après que la flamme soit arrivée à bon port, avec la délégation qui était montée jusqu'à Paris pour la prélever, un relais intergénérationnel a été organisé sur la place Saint-Nicolas avec des élèves de CM2 de l'école Venturi, du collège Vinciguerra et du Lycée Jeanne d’Arc et des militaires de la sécurité civile en collaboration, bien sûr, avec l’Office national des anciens combattants, l, l’USEP, les CPCD et CPC EPS etc. Nathalie Constantini, directrice nationale de l'USS explique pourquoi elle a tant tenu à ce que la Flamme du Soldat Inconnu passe par Bastia. Un résumé en vidéo et en images de la matinée de jeudi sur la place Saint-Nicolas.

Radio Calvi
Autres actualités :