Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

LDH-Corsica : « Les procédures contre le refus de prélèvement ADN et le Fijait sont inquiétantes »
1 photo disponible

LDH-Corsica : « Les procédures contre le refus de prélèvement ADN et le Fijait sont inquiétantes »


Calvi

Par

Le 12 Octobre 2017


- Pourquoi avez-vous rencontré le procureur général ?
- Pour l’interpeller sur le climat de tensions qui s’enchainent. D’abord, la multiplication, depuis plusieurs mois, des arrestations, des interpellations et des gardes-à-vue concernant des jeunes, dont la plus grande partie n’a jamais eu maille à partir avec la police et la justice. Voire même des détentions provisoires de mineurs. Nous avons rappelé la garde-à-vue récente d’un mineur de 14 ans qui a suscité de la part de son établissement scolaire une réaction vive. Nous avons, ensuite, évoqué le positionnement régulier, à l’entrée d’un établissement à Corte, de forces de l’ordre, ce qui crée des situations de tension. La première rencontre des jeunes avec la justice se fait dans des conditions complètement contestables. Tout cela est très inquiétant ! Nous avons fait remonter l’incompréhension de la jeunesse.

- De quelle manière ?
- Nous avons dit que cette incompréhension creusait le fossé entre la jeunesse et les institutions concernées. Nous avons longuement insisté sur un contexte inquiétant causé par la conjonction de deux contestations vives contre, à la fois, le prélèvement ADN et le Fijait (Fichier judiciaire national automatisé des auteurs d'infractions terroristes). Des procédures sont en cours contre dix jeunes qui ont été mis en garde-à-vue, à qui on a demandé le prélèvement ADN et qui l’ont refusé. C’est la conséquence directe de la multiplicité des gardes-à-vue ! Sans cette multiplicité, il n’y aurait pas eu multiplicité de demande de prélèvement ADN, donc multiplicité de refus et multiplicité de procès ! A cela s’ajoutent quatre procès entre octobre et novembre de personnes qui refusent de répondre aux obligations du Fijait. Nous sommes très inquiets, tout en étant conscients que la justice est dans son rôle qui est de faire respecter la loi.

- Quel problème, selon vous, pose le Fijait ?
- Le problème n’est pas judiciaire, mais politique ! C’est le problème d’une loi qui s’inscrit dans d’autres lois dont les répercutions absolument inacceptables aggravent le climat social. Nous avons dit au procureur général que nous comprenions tout à fait l’indignation des députés nationalistes lors du débat sur la nouvelle loi antiterroriste. Cet enchainement de lois est fait pour lutter contre un terrorisme responsable de massacre de masse, d’actes de barbarie et de fanatisme religieux… les Corses ne peuvent pas être confondus avec ces gens-là ! La LDH a toujours été opposée à toute action clandestine, mais on ne peut pas comparer ces actions avec les actions des djihadistes. On n’est pas sur des fanatismes religieux ! On n’est pas sur des massacres de masse ! On n’est pas sur un mépris total de la vie ! Le Fijait permet cette confusion. La loi inclut des militants nationalistes qui ont purgé leur peine. Nous avons beaucoup insisté sur le mécanisme de rétroactivité qui est fondamentalement opposé aux principes de l’Etat de droit.

- Concernant la loi antiterroriste, avez-vous apporté votre aide aux trois députés nationalistes ?
- Oui ! Au mois de juin, la LDH avait envoyé une lettre aux quatre députés de Corse pour les alerter sur le danger de cette loi. Lorsque s’est enclenché le débat à l’Assemblée nationale, les trois députés nationalistes ont sollicité la LDH pour lui demander son avis. Nous leur avons envoyé un argumentaire en concluant clairement que cette loi n’était pas, pour nous, à-priori amendable et qu’il ne fallait pas la voter. L’échange a été intéressant. La LDH a apprécié que les trois députés nationalistes s’en soient nourris. Elle se félicite qu’ils aient voté contre et qu’aucun député corse n’a voté la loi.

- Qu’est-ce que la LDH reproche à cette loi ?
- Dans toute loi d’exception, - et celle-ci est particulièrement grave puisqu’elle consiste à banaliser l’état d’urgence dans le droit commun -, deux dimensions jouent. D’un côté, on accorde systématiquement un pouvoir exorbitant à l’administration et à l’Exécutif au détriment de l’autorité judiciaire qui est tenue à distance. On marginalise le juge, garant des libertés. De l’autre côté, cette loi est construite sur des concepts complètement flous qui sont la porte ouverte à l’arbitraire. On met en place un dispositif législatif qui est basé sur l’insécurité judiciaire de par les concepts qu’il utilise.

- Quels concepts ?
- Des concepts qui consistent à dire qu’à partir simplement de comportements qui seraient suspects, on pourra, par exemple, tenir en résidence des personnes ou leur interdire l’accès à certains lieux. Or, dans un Etat de droit, la justice cherche les responsabilités sur des faits commis et juge sur des éléments précis et probants. Là, on dit : cette personne a un comportement et des relations qui nous semblent suspects, elle est, donc, forcément dangereuse. Nous avons une mémoire de cela en Corse !

- Dans un Etat de droit, le droit prime sur l’Etat. Avec cette loi, est-ce l’Etat qui prime sur le droit ?
- Exactement ! On est dans la construction d’un Etat de police et, donc, on tourne le dos à l’Etat de droit. Quand on donne des pouvoirs exorbitants au ministre de l’intérieur et aux préfets, qu’on confond police administrative et police judiciaire, on confond une police qui doit maintenir l’ordre avec une police qui, sous l’autorité d’un juge, récolte des éléments d’élucidation d’un crime, et cherche la vérité et les responsabilités. On confond les deux polices au détriment de celle placée sous le contrôle d’un juge. C’est inacceptable ! Il faut que les gens le comprennent ! Un gouvernement par la peur a toujours été dangereux pour les libertés et la démocratie ! Il ne faut pas perdre le cap de l’Etat de droit ! Le juge doit être prédominant sur tout autre chose. Les concepts flous, c’est extrêmement grave ! On en a l’habitude en Corse !

- Pouvez-vous préciser ?
- Oui ! On rentre dans une société du soupçon, voire même dans un Etat du soupçon. Il ne faut pas oublier ce que la Corse a vécu, au lendemain de l’assassinat du préfet Claude Erignac. Si une personne en côtoyait une autre plus ou moins suspectée de quelque chose, de fait tout son réseau d’amis et de famille était suspecté. Des familles entières ont été complètement prises dans la mécanisme de l’anti-terrorisme, certaines d’entre-elles ont même été détruites. Qu’est-ce cela signifie : « des comportements qui poseraient problème » ? Un soupçon juste étayé par les notes blanches des services de renseignement dont il est très difficile de valider les informations ! Ce travail de police de renseignement sert à mettre en place des procédures particulièrement attentatoires au droit. Par exemple : la rétention administrative, les atteintes à la liberté d’aller et venir, l’accès à certaines zones géographiques, la zone géographique elle-même, tout cela est très mal défini dans le temps. Ces concepts flous amènent une logique de soupçon sur quasiment tout le monde !

- Que vous a répondu le procureur ?
- Il a été très à l’écoute. Il a partagé notre inquiétude vis-à-vis de certaines choses qui se passent dans la société corse. Il a admis que le climat était lourd. Ce qui est certain, c’est qu’alors que notre lettre initiale était très critique, il nous a rencontré, il a dialogué avec nous, il a envie de mieux comprendre et de ne pas rentrer dans un processus qui enchaînerait plus de tensions. Il considère que lorsque la LDH demande à le voir, elle est dans son mandat. Sans confondre les responsabilités, nous avons rencontré, il y a quelques semaines, le Préfet de Corse sur les mêmes problématiques. Nous interpellons les représentants de l’Etat, en espérant qu’ils fassent remonter comme il se doit la position de la LDH, qui est, en général, une interlocutrice entendue par les pouvoirs publics. Il faut espérer qu’aujourd’hui, elle le sera !

Propos recueillis par Nicole MARI.

500 € d'amende requis
Le procureur de la République de Bastia a requis 500 euros d'amende. La défense de Jean-Marc Dominici a plaidé la relaxe. Le jugement a été mis en délibéré au 21 novembre.

 



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Ajaccio : Professeur agressé au lycée Fesch, le recteur condamne

Le 20 Février 2018

Un professeur a été agressé verbalement, et bousculé, lundi au lycée Fesch par un parent d'élève ce lundi dans une salle de cours de l'établissement.Ses collègues et le rectorat, qui indique que l'acte donnera lieu à plainte, lui ont apporté leur soutien
 

Radio Calvi Ajaccio : Quartier du Finosello et orientations budgétaires au menu du conseil municipal

Le 20 Février 2018

La séance du conseil municipal d'Ajaccio de lundi soir était assez réduite en dossiers mais volumineuse en ambitions. Au cœur du débat, le quartier du Finosello, son avenir avec l’ANRU et en interface avec les quartiers Cannes-Salines, un espace en friche où se situait l’ancien collège détruit par un incendie et une véritable opportunité pour la ville, à savoir la reconquête de ce quartier pour créer un véritable renouvellement urbain et de décloisonnement des quartiers engagés par l’ANRU. On y verra de superbes logements, des services, des commerces et le futur conservatoire de musique Henri Tomasi. Majorité et opposition abondent dans le même sens
 

Radio Calvi 40 ans après Bastia redevient ville de départ du Tour de Corse automobile

Le 20 Février 2018

Lundi a été présenté dans les locaux de la CTC, le Tour de Corse Automobile 2018. Pour cette 61ème édition qui se déroulera du 5 au 8 avril, les organisateurs ont totalement modifié cette épreuve avec un départ de Bastia (ce qui ne c’était plus vu depuis 40 ans !) et des retours dans le Cap Corse ainsi que le Cortenais, avant de rejoindre Ajaccio où sera jugée l’arrivée dimanche midi. A noter que pour une durée de deux ans, la compagnie maritime régionale corse Corsica Linea est devenue partenaire titre de l’épreuve. En s’associant à la compagnie de navigation, la quatrième manche du Championnat du Monde des Rallyes est ainsi devenue le « CORSICA linea – Tour de Corse ».
 

Radio Calvi Cap Corse : Une unité mobile de dessalement d’eau de mer pour pallier la pénurie d’eau

Le 20 Février 2018

Le Cap Corse manque d’eau ! La réserve de Rogliano est vide, il ne reste plus, en ce mois de février, que 9 000 m3 d’eau. Le manque récurrent de ressources, la faiblesse des précipitations, l’absence de neige et le réchauffement climatique ont aggravé une situation toujours très tendue. De quoi alarmer le maire de Rogliano, ainsi que ceux des communes voisines, Meria, Tomino ou Ersa, qui craignent pour la saison estivale. Ils ont alerté l’Office d’équipement hydraulique de la Corse (OEHC) qui a réuni tous les acteurs, lundi matin, à la capitainerie de Macinaggio pour trouver une solution en urgence. Le principe de la location ou de l’achat d’une unité mobile de dessalement d’eau de mer a été acté. Une nouvelle réunion est prévue la semaine prochaine concernant le financement. Explications, pour Corse Net Infos, de Saveriu Luciani, conseiller exécutif et président de l’Office d’équipement hydraulique de la Corse (OEHC). Et le soulagement de Patrice Quilici, maire de Rogliano.
 

Radio Calvi Lucciana : Chez Walter, on manque de foot

Le 19 Février 2018

Hôtel habituellement réservé par la très grande majorité des équipes professionnelles de football venant affronter le Sporting Club de Bastia jusqu’à l’été dernier, l’établissement Chez Walter, situé à Lucciana, a vu les choses changer avec la relégation du SBC en National 3. Regrettable pour le gérant Pierre-Louis Collovigh, passionné de ballon rond.
 

Radio Calvi
Autres actualités :