Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Leaders territoriaux : Ne pas se laisser prendre au piège d'un dialogue interminable avec l'Etat
1 photo disponible

Leaders territoriaux : Ne pas se laisser prendre au piège d'un dialogue interminable avec l'Etat


Calvi

Par

Le 10 Janvier 2018


Le Président de la République se présente comme un homme très occupé, et force est de reconnaître que, selon l'expression consacrée, « il occupe bien la fonction », loin de l'agitation frénétique ou de la mollesse de ses deux prédécesseurs. Ces dernières semaines marquées par la trêve des fêtes, de sa visite à Yuan Meng, le bébé panda, à son accueil à l’Élysée d'Erdogan, le boucher d'Istanbul, Emmanuel Macron n'aura pourtant pas eu le temps de dire ce qu'il pensait de la situation nouvelle que connaît la Corse.
Désintérêt ou prudence, chacun jugera. Dès le lendemain de l'élection, quelques uns de ses proches s'étaient exprimés, et on doit avouer qu'on a failli avoir peur. Les propos s'inscrivaient entre l'arrogance du Gaulois, l'autoritarisme du colon, la condescendance du « civilisé », la méconnaissance et le rejet viscéral qui caractérisent l'opinion publique ordinaire et nombre de médias dès qu'il s'agit de la Corse.

Mais qu'importe. Les élus de la collectivité fraîchement intronisés, une fois posées les balises de leurs revendications fondamentales, ont compris qu'il ne fallait rien précipiter, l'impatience étant souvent mauvaise conseillère en politique.

De plus, la nomination de Jacqueline Gourault comme Madame Corse (même si les principaux intéressés à la tête de la région l'ont apprise par la presse et ont signalé cette impolitesse) était un signe intéressant. D'une façon ou d'une autre, au fil des mois, il allait se passer quelque chose dans le cadre des attentes spécifiques portées en avant dès la campagne électorale. Visiblement, Madame Corse n'est pas là que pour prendre la température locale et en référer à l'étage au dessus... Du côté insulaire comme de celui de l’État on prône le dialogue, un dialogue républicain, ouvert et transparent, des mots vides et redondants pour les jeunes générations, qui n'ont pas connu le dialogue ni transparent, ni ouvert, ni républicain qui a caractérisé un temps les échanges entre l'île et le pouvoir central.

On va donc se parler cartes sur tables, pour passer de l'acquis institutionnel au projet constitutionnel. Même si c'est le gouvernement qui a organisé le scrutin faisant de l'île une région test, il n'est pas dit que, pour peser les arguments insulaires, il ne se réfère qu'au résultat sorti des urnes – voir ce qui se passe pour l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes... Le danger, pour les porte-parole de la Corse, serait de se laisser entraîner dans un bras de fer interminable avec Paris, ce qui pourrait laisser penser à la population qu'ils font passer au second plan leur tâche sur place, qui n'est rien moins que le redressement de l'île à travers la mise en place et le fonctionnement d'un système inédit.

D'ores et déjà, le gouvernement a posé ses limites, sur la coofficialité, sur le statut de résident. Mais il nuance ses affirmations, en évoquant la révision constitutionnelle prévue où l'on pourrait réserver un strapontin à la Corse avec qui sait, peut-être des surprises. S'il entrouvre des portes, il n'en possède que la moitié des clefs, le Sénat détenant le reste.
Les circonstances historiques sont pour l'instant favorables aux élus insulaires, portés par une vague de confiance sans précédent. Mais ils risquent de perdre une part de leur crédit en feuilletonnant dans un échange virtuel dont les fruits apparaîtraient comme sans cesse différés. Dans la partie qui se joue, l'habileté de l’État serait de prendre son temps, de restreindre la donne au champ du symbolique, de l'idéologique pur, par nature improductif.
 



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Inauguration ce jeudi de la patinoire de L'Ile-Rousse

Le 06 Décembre 2018

C'est ce jeudi 6 décembre à 19 heures que sera inaugurée à L'Ile-Rousse la première patinoire et son village de Noël, en présence de plusieurs personnalités du monde dub spectacle et spécialistes de glisse

Radio Calvi Noël avant l’heure pour les enfants du service de Pédiatrie de l’Hôpital d’Ajaccio

Le 06 Décembre 2018


À l’initiative de Naïma Nouri, épouse de l’attaquant de l’ACA, et en partenariat avec toutes les composantes du club, une quinzaine d’enfants du service de Pédiatrie de l’Hôpital de la Miséricorde ont passé, ce mercredi après-midi, un moment chaleureux autour de la magie de Noël. Avec un goûter et une remise de cadeaux…
 

Radio Calvi Ajaccio : Un nouveau look pour la boutique Orange

Le 06 Décembre 2018

Orange a ainsi redonné un look à sa boutique du cœur de ville. Mercredi en fin de matinée, à l’occasion de l’inauguration, André Martin, directeur régional d’Orange Corse a accueilli la préfète de région Josiane Chevalier dans le nouveau Smart Store du cours Napoléon, en présence de Jean-Christophe Angelini, président de l’ADEC, Marie-Antoinette Santoni-Brunelli, vice-présidente de la CAPA et Pierre Pugliesi, adjoint au maire

Radio Calvi Nanette Maupertuis : « La coopération transfrontalière maritime doit rester aux mains des régions »

Le 06 Décembre 2018

La coopération territoriale européenne, notamment le fameux programme Interreg Marittimo dont bénéficie la Corse, pourrait être remise en cause, sous sa forme actuelle, par le projet de budget post-2020 de l'Union européenne (UE). La défense de ce dossier majeur, qui pèse près de 9,6 milliards €, est un enjeu essentiel pour les régions d’Europe qui y sont très attachées. Lors de la session plénière du Comité européen des régions (COR) qui se tient ces 5 et 6 décembre à Bruxelles et qui a adopté une série d’avis sur la politique de cohésion, la représentante de la Collectivité de Corse (CDC), Nanette Maupertuis, conseillère exécutive en charge des affaires européennes, présidente de l'Agence du tourisme et membre du COR, a présenté un avis sur le futur de cette coopération transfrontalière. Un avis adopté à une très large majorité (342 pour sur 350 votants). Elle explique, à Corse Net Infos, les enjeux et les inquiétudes qui pèsent sur ces programmes et dévoile les solutions qu’elle propose.

Radio Calvi Arnaud Girard avait disparu le 8 octobre : Un homme a avoué le meurtre

Le 06 Décembre 2018

Mercredi matin, un corps a été découvert sur la route de Figari. Est-ce celui d’Arnaud Girard, 35 ans, qui n'avait plus donné signe de vie depuis le 8 octobre dernier ? Il pourrait en effet s’agir de celui du disparu de Sartène mais le cadavre n'a pas été identifié. Cela dit, un homme de 45 ans a été placé en garde à vue mardi soir à Sartène et avoué le crime. Il s'agit d'une connaissance de la victime

Radio Calvi
Autres actualités :