Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Livres : L'édition corse en clair-obscur
1 photo disponible

Livres : L'édition corse en clair-obscur


Calvi

Par

Le 21 Septembre 2017


- Vous êtes éditeur depuis longtemps Cette profession est-elle économiquement porteuse en Corse ? On peut penser qu'elle rencontre des difficultés...
- Je suis éditeur depuis quarante ans, avec des hauts et des bas. Cette profession n’est pas - économiquement - viable en Corse, tout comme ailleurs quand il s’agit de petites structures comme la mienne. Nous souffrons d'un lectorat restreint – c’est une réalité démographique d’une part - mais également qui se raréfie avec le temps ; les jeunes ne lisent plus ; internet et autres médias les détournent du livre ; même le numérique ne les touche pas …. De plus, les difficultés pour assumer une diffusion continentale et une bonne distribution sont grandes : rentabilité nulle à cause des quantités trop faibles ; poids des frais de transport ; coût de location des dépôts et des loyers ; retours des invendus…

- Comme toute activité culturelle, l'édition insulaire perçoit des aides de la CTC. Sont-elles suffisantes et en bénéficiez-vous ?
- Ces aides existent, elles sont importantes mais souvent mal réparties. Par facilité, l’administration se décharge sur une seule structure – l’association des éditeurs – qui ne représente pas tous les éditeurs, loin de là. Ceux qui n’ont font pas partie sont ainsi exclus de l’aide régionale. Ainsi, étant dans ce cas « Colonna édition » n’était pas représentée, ni au Salon du livre de Paris, ni au Canada, ni en Italie, ni dans les Salons du livre auxquels cette association était invitée… (Mouans-en-Sarthoux, Marseille, etc. ). En revanche, au niveau de l’aide à l’édition, chacun y trouve son compte.


- A partir de quel volume évaluez-vous un « bon tirage » au plan local ?
- En ce qui me concerne, j’estime à 350 exemplaires le tirage de départ d’un ouvrage sur le plan local. Un bon tirage serait 1 000 exemplaires, mais il faut les vendre, 1000 exemplaires !! A 350 exemplaires on est proche de couvrir les frais ; à 1 000, on commence à gagner quelque chose.


- L'édition en langue corse progresse. On peut penser qu'elle entre dans le champ de la bonne conscience. Mais quel est son impact en termes de vente ?
- Elle progresse. On peut penser qu'elle entre comme vous le dites dans le champ de la bonne conscience. Mais son impact en termes de vente est plus faible qu’il y a 30 ou 40 ans. Malgré les campagnes d’apprentissage de la langue, le lectorat est resté très faible. On parle…mais on ne lit pas !


- On le constate lors des signatures publiques : les acheteurs semblent privilégier l'histoire, le roman et la bande dessinée. Qu'en est-il des autres modes d'expression ?
- C'est un fait, les signatures n’attirent plus. Seule la BD attire encore… pour avoir un dessin, c’est-à dire une « œuvre » originale de « l’artiste », dit l’auteur. Il faut intéresser le lecteur : rencontres, conférence, animations, discussions autour du livre, etc. « A Musanostra » de Bastia l’a bien compris. Ils sont les seuls à ce jour. Les « Journées du livres » et autres « salons » d’été ou d’automne (trop parisiens) n’attirent plus. Les organisateurs n’ont pas su se renouveler. L’ « Association des éditeurs » que j’ai évoquée plus haut a repris, par exemple, le principe des journées du livre que j’avais inventées dans les années 70 à la Maison de la Culture de la Corse… sans rien changer. Près de 50 ans après, ils se contentent d’exposer des livres sur la place alors qu’il y a deux librairies ouvertes toute l’année, et parmi les meilleures à deux pas de la dite place… « Racine de ciel » se croit rue Saint-André-des-Arts, Oletta ne célèbre que des journalistes parisiens. Et Bastia s’enferme dans la cour d’un collège… Pour attirer un public de lecteurs, il y a mieux !


- Vous avez lancé une collection « Poésie ». Est-ce un simple caprice d'éditeur ou obéissez-vous à une motivation profonde ?
- J’ai lancé et j’anime une collection « poésie » : plus de 40 titres à ce jour. Ce n’est pas une « danseuse » mais un réel pari culturel ! C’est un choix. J’aime la poésie qui pour moi reste le fleuron de la littérature, voire de la pensée.


- Quels sont vos prochains projets éditoriaux ?
- Ils sont diversifiés : Les enfants de la guerre du Dr. Bernard Benedetti, préface de Bernard Kouchner.(témoignage) en septembre ; Corsica dream de Charles Colonna (essai sur le tourisme) ; Les noces de granite de Francesca Weber-Zucconi en septembre également : le roman qui va bouleverser la littérature corse ! Sans oublier la traduction de Hamlet de Shakespeare en langue corse par Marcu Biancarelli, en octobre, puis celle de La tempête toujours du même Shakespeare en langue corse par Rosecchi, toujours en octobre. Pour moi ces deux traductions élèvent la langue corse au rang des grandes langues de référence.



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Festa di a scienza per tutti in l'Isula Rossa

Le 20 Octobre 2017

A l'initiative du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, du 6 au 22 octobre sur l’ensemble de la Corse se déroulera la fête de la science. A l'Isula Rossa, cette journée sera consacrée à la famille et se déroulera place Paoli le samedi 21 octobre

 

Radio Calvi Reprise au Centre de distribution du courrier à la Poste de l'Isula Rossa

Le 20 Octobre 2017

Comme prévu, à la suite du protocole d'accord intervenu mercredi, le personnel gréviste de la Poste de l'Isula Rossa, réuni en assemblée générale ce jeudi matin, a voté pour la reprise du travail.

Radio Calvi Plaine orientale : Le site naturel de Terrenzana, joyau méconnu, aménagé et ouvert au public

Le 20 Octobre 2017

C’est l’accès à un paysage exceptionnel surplombant les étangs de Diana et de Terrenzana sur la commune de Tallone en Plaine Orientale que le conservatoire du littoral a inauguré, jeudi matin, en présence de tous les acteurs du territoire. Jusque là confidentiel et d’accès malaisé, le site naturel de Terrenzana a été aménagé entre mer et maquis grâce à la création de sentiers, d’un belvédère, d’une cabane, de zones de stationnement et de signalétique, et est désormais ouvert au public. Cette mise en valeur, qui a bénéficié de financements européens via l’Agence du tourisme de la Corse (ATC), répond à un triple objectif de préservation environnementale, de tourisme vert et de développement durable.
 

Radio Calvi Corte : Plus de 400 élèves célèbrent la Fête de la Science

Le 20 Octobre 2017

Relayée en Corse par la Collectivité Territoriale de Corse, le Rectorat de l’Académie de la Corse, les deux Conseils départementaux, les Collectivités locales et la DRRT, coordonnée par le CPIE – A Rinascita, Coordination régionale de la CSTI en Corse, « La Fête de la Science » est une manifestation nationale, gratuite et conviviale dont le but premier est de susciter la rencontre entre le public et les chercheurs. Ce jeudi, pour la sixième année, la coordination régionale a consacré une journée réservée aux scolaires sur le campus Grimaldi de l’Université de Corse, à Corte. A cette occasion, les 411 élèves concernés par cette journée exceptionnelle ont pu y découvrir des expériences, des animations et ateliers scientifiques de chercheurs de l’Université mais également d’autres associations, entreprises et organismes de Recherche de Corse. Les explications d'Antoine Ferracci, président du CPIE A Rinascita
 

Radio Calvi Le port d'Ajaccio a reçu près 10 000 croisiéristes jeudi !

Le 20 Octobre 2017

Par cette journée d'arrière saison très chaude et ensoleillée, le port d'Ajaccio a reçu ce jeudi quatre navires de croisières. Le port d’Ajaccio et ses rues ont connu une effervescence peu commune aujourd’hui. Pas moins de quatre navires de croisière : le Royal Princess de 7h à 19h (3604 personnes), le MSC Orchestra de 12h à 19 (3600 personnes), le TUI Discovery de 8h à 18h00 (2074 personnes) et le Royal Clipper de 14h à 22h (246 personnes) ont amené vers Ajaccio près de 10 000 croisiéristes.

Radio Calvi
Autres actualités :