Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Meeting à Ajaccio : La liste Pè a Corsica veut encore creuser l’écart
1 photo disponible

Meeting à Ajaccio : La liste Pè a Corsica veut encore creuser l’écart


Calvi

Par

Le 07 Décembre 2017


Meeting aux allures de show « à l’Américaine », en grandes pompes, les membres de la liste « Pè a Corsica » avaient, ce mercredi au Palais des Congrès d’Ajaccio, mis selon la formule consacrée, les « petits plats dans les grands ». Victimes, il faut bien aussi le faire remarquer, du succès obtenu dimanche dernier. Surfant sur cette dynamique, Gilles Simeoni et ses colistiers avaient, de nouveau, attiré la grande foule. Pour preuve, certains étaient déjà là plus d’heure avant le meeting. Pour les autres, deux salles, la terrasse et l’un des halls d’entrée étaient bien trop petits.
En guise de préambule, une équipe de chanteurs emmenée par Jean-Philippe Martini (Voce Ventu) et Jo Franchi (Svegliu d’Isula) ont chauffé la salle en interprétant successivement « Campessimu », « Ci hè dinò », « I Cumbattanti d’onori », « Simu di stu paese », « Sò elli » et même « l’armata di l’ombra » avant l’entrée en lice d’une grande partie des membres qui composent la liste « Pè a Corsica ».


Premier à prendre la parole, Jean-François Casalta a parlé « d’engagement fort de cette liste qu’Ajaccio ne sera guère oubliée lors de cette mandature….Un bouleversement majeur dans la politique et une changement de société… » Elue sortante en charge de la culture, Joseph Giacometti lui emboite le pas… « On évoque les étoiles parlant de nous, nous avons la conviction profonde de construire un pays, ensemble, tous ensemble, et non pas de se partager un gâteau. Cette époque est révolue. Les politiques passées ont appauvri notre île…Nous sommes conscients de notre tâche et de tous les volets qui nous incombent… »


Quelques instants plus tard, Marie-Antoinette Maupertuis, présidente de l’ATC aborde le volet économique, non sans une pointe d’ironie… « L’indépendance que brandissent nos adversaires nous concernant ? C’est ringard et cela ne fait pas l’objet de ce scrutin. En revanche, nous pouvons parler de dépendance économique de laquelle nous voulons sortir…L’Etat verse de l’argent, certes en Corse (retraites, pensions, chômage…) il y a aussi le cas des fonctionnaires. On nous dit que l’on donne de l’argent à la Corse. Mais il me semble que les fonctionnaires sont payés dans toutes les régions de France, que l’on paie les retraites partout en France. Et ce qui relève d’une certaine cohésion ailleurs, serait un cadeau en Corse ? Ici, rien n’a jamais été fait pour favoriser l’exportation ou la production… »


Puis, c’est au tour de Jean-Guy Talamoni de prendre la parole toujours avec une pointe d’ironie dans ses propos… « Nous ne sommes pas une circonscription administrative française ni électorale, nous voulons retrouver l’intégralité de nos droits nationaux. On nous dit que l’abstention a faussé les résultats et baisse notre score de moitié. A ce moment-là, nous pouvons prendre en compte la totalité des habitants de l’île et y ajouter les touristes pour arriver un score plus faible. Malgré cela, on peut rajouter 10, 20 et même 30 points à M. Mondoloni, il sera toujours derrière. Le Front Républicain a été battu avant même d’être constitué. Mais si le peuple se trompe, on peut encore changer de peuple. Ce ne sera pas démocratique. L’élection n’est pas terminée, nous voulons réalise un score encore plus fort pour peser sur Paris… »


Jean-Christophe Angelini, lui, évoquera la notion de « majorité absolue….Nous partons des années 60-70 où nous comptions les voix nationalistes en moins d’une demi-heure. Aujourd’hui, nous arrivons en tête dans la plupart des communes de l’île. La presse européenne parle même de plébiscite. Nous voulons simplement en finir avec le monde ancien…Le Rinnovu ? Nous n’avons, certes, pas eu de discussions relatives à un éventuel rapprochement. Néanmoins, l’objectif consiste à rassembler toutes les forces patriotiques de l’île. Il n’ y a pas, dans cette salle, de nationalistes qui souhaitent construire un pays sans les autres nationalistes… »


Enfin, c’est sous un tonnerre d’applaudissements que Gilles Simeoni conclut le meeting. « Ce scrutin est l’aboutissement de tous les combats, l’enjeu interne d’une société corse émancipée. Nous n’avons d’ennemis nulle part et si nous gagnons dimanche, ce ne sera pas pour une Corse nationaliste mais pour bâtir la Corse de tous et avec tous. On m’a dit, récemment à Marseille « j’ai vu renaître un pays », il y a en Corse, un engouement énorme autour de notre projet de société. Nous avons, ce soir, une pensée pour tous ceux qui ne sont plus là et tous ceux qui ne sont pas là mais qui croient en nous. Simu stanchi, ma l’altri, elli, sò coti. Il ne s’agit pas d’augmenter simplement un pourcentage mais de bâtir un pays. Ensemble. »



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Ajaccio : Professeur agressé au lycée Fesch, le recteur condamne

Le 20 Février 2018

Un professeur a été agressé verbalement, et bousculé, lundi au lycée Fesch par un parent d'élève ce lundi dans une salle de cours de l'établissement.Ses collègues et le rectorat, qui indique que l'acte donnera lieu à plainte, lui ont apporté leur soutien
 

Radio Calvi Ajaccio : Quartier du Finosello et orientations budgétaires au menu du conseil municipal

Le 20 Février 2018

La séance du conseil municipal d'Ajaccio de lundi soir était assez réduite en dossiers mais volumineuse en ambitions. Au cœur du débat, le quartier du Finosello, son avenir avec l’ANRU et en interface avec les quartiers Cannes-Salines, un espace en friche où se situait l’ancien collège détruit par un incendie et une véritable opportunité pour la ville, à savoir la reconquête de ce quartier pour créer un véritable renouvellement urbain et de décloisonnement des quartiers engagés par l’ANRU. On y verra de superbes logements, des services, des commerces et le futur conservatoire de musique Henri Tomasi. Majorité et opposition abondent dans le même sens
 

Radio Calvi 40 ans après Bastia redevient ville de départ du Tour de Corse automobile

Le 20 Février 2018

Lundi a été présenté dans les locaux de la CTC, le Tour de Corse Automobile 2018. Pour cette 61ème édition qui se déroulera du 5 au 8 avril, les organisateurs ont totalement modifié cette épreuve avec un départ de Bastia (ce qui ne c’était plus vu depuis 40 ans !) et des retours dans le Cap Corse ainsi que le Cortenais, avant de rejoindre Ajaccio où sera jugée l’arrivée dimanche midi. A noter que pour une durée de deux ans, la compagnie maritime régionale corse Corsica Linea est devenue partenaire titre de l’épreuve. En s’associant à la compagnie de navigation, la quatrième manche du Championnat du Monde des Rallyes est ainsi devenue le « CORSICA linea – Tour de Corse ».
 

Radio Calvi Cap Corse : Une unité mobile de dessalement d’eau de mer pour pallier la pénurie d’eau

Le 20 Février 2018

Le Cap Corse manque d’eau ! La réserve de Rogliano est vide, il ne reste plus, en ce mois de février, que 9 000 m3 d’eau. Le manque récurrent de ressources, la faiblesse des précipitations, l’absence de neige et le réchauffement climatique ont aggravé une situation toujours très tendue. De quoi alarmer le maire de Rogliano, ainsi que ceux des communes voisines, Meria, Tomino ou Ersa, qui craignent pour la saison estivale. Ils ont alerté l’Office d’équipement hydraulique de la Corse (OEHC) qui a réuni tous les acteurs, lundi matin, à la capitainerie de Macinaggio pour trouver une solution en urgence. Le principe de la location ou de l’achat d’une unité mobile de dessalement d’eau de mer a été acté. Une nouvelle réunion est prévue la semaine prochaine concernant le financement. Explications, pour Corse Net Infos, de Saveriu Luciani, conseiller exécutif et président de l’Office d’équipement hydraulique de la Corse (OEHC). Et le soulagement de Patrice Quilici, maire de Rogliano.
 

Radio Calvi Lucciana : Chez Walter, on manque de foot

Le 19 Février 2018

Hôtel habituellement réservé par la très grande majorité des équipes professionnelles de football venant affronter le Sporting Club de Bastia jusqu’à l’été dernier, l’établissement Chez Walter, situé à Lucciana, a vu les choses changer avec la relégation du SBC en National 3. Regrettable pour le gérant Pierre-Louis Collovigh, passionné de ballon rond.
 

Radio Calvi
Autres actualités :