Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Refus de soumission aux obligations du FIJAIT : Ils quittent la salle d’audience du tribunal de Bastia
1 photo disponible

Refus de soumission aux obligations du FIJAIT : Ils quittent la salle d’audience du tribunal de Bastia


Calvi

Par

Le 06 Mars 2019



Ce mardi après-midi, avait lieu le 3ème procès de Félix Benedetti, Jean Marc Dominici, Stephane Tomasini pour refus de se soumettre au FIJAIT, fichier antiterroriste créé pour lutter contre les islamistes radicaux. Mais ce procès ne s'est pas déroulé .
Dès le début de l'audience, les 3 hommes se sont rendus à la barre, ensemble, afin de lire leur communiqué à la présidente du tribunal ( cf ci-dessous) pour annoncer leurs refus à comparaître. Un acte que le tribunal n'a cependant pas accepté. À plusieurs reprises, elle leur a demandé de regagner leurs places en vain.
"Nous n'avons rien à voir avec des terroristes", ont clamé haut et fort les 3 prévenus avant de quitter la salle du tribunal de grande instance de Bastia. "Vous n'allez pas nous obliger à rester. Nous n'avons pas confiance en votre jugement. Vous êtes à la botte d'un parquet ! "
Le tribunal les a condamné à payer 800€ d'amende. La procureure avait requis 1000€ d'amende à l'encontre des trois prévenus

Dès leur sortie, Félix Benedetti, aux côtés de Jean-Marc Dominici et de Stéphane Tomasini, a présenté sur le parvis de TGI de Bastia, le fameux communiqué.
"Nous avons été condamnés à plusieurs années de prison dans le cadre de la lutte d'émancipation du peuple corse.
À notre sortie, nous avons refusé de nous soumettre au FIJAIT créé pour lutter contre les islamistes radicaux, après les attentats meurtriers de Charly Hebdo et du Bataclan.

Ce fichage, d'une durée de 20 ans, limite nos libertés de mouvement et nous impose un contrôle judiciaire à vie.

Au delà des lourdes contraintes matérielles qu'il représente, c'est surtout cette assimilation aux terrorisme islamique que nous refusons catégoriquement.

Cette amalgame est une insulte à l'égard du peuple corse.

En réponse, les prisonniers politiques corses ont décidé de s'unir à travers le collectif Patriotti qui regroupe aujourd'hui plus d'une centaine de membres.

Nous avons été condamnés en juin 2018 à 500 euros d'amende. Cette peine a été confirmée en appel le 26 septembre dernier. Nous nous sommes pourvus en cassation le 1e octobre. Sans attendre le résultat de cette cassation, le Parquet de Bastia a entamé dès le 3 octobre une nouvelle procédure. Avec trois procès en moins de 6 mois, le parquet se lance dans une stratégie de harcèlement judiciaire ciblé à notre encontre, relayant officiellement la politique de fermeture du gouvernement français.

Alors que le procès n a pas encore eu lieu, une nouvelle poursuite est engagée contre Jean Marc Dominici.

Le réquisitoire provocateur et disproportionné du parquet à l'encontre de Paul Félix Benedetti qui était simplement venu assister à notre dernier procès, est une illustration inquiétante de la stratégie de tension de ce même parquet.

Aujourd'hui, nous refusons de nous présenter devant des juges qui suivent docilement un parquet aux ordres.

Nous nous sommes engagés dans un combat juridiques que nous mènerons jusqu'à la Cour européenne. Nous n'avons pas choisi la facilité car ce choix nous impose de renouer avec des gardes à vues et des procès tous les 2 mois.

Nous avons fait ce choix pour les générations passées de refuser un amalgame qui insulte les générations de patriotes qui ont sacrifié des années de libertés et pour certains leur vie.

Nous avons fait ce choix pour les générations futures de refuser, pour elles, toutes les atteintes

aux libertés individuelles. Notre combat vise à lutter pour une société libre.

Cette lutte n' est pas seulement que la nôtre; Elle appartient à tous.

Aussi, nous appelons le mouvement national, et l'ensemble du peuple corse, à se mobiliser et à participer à une manifestation populaire dans les prochaines semaines, contre le FIJAIT, contre le fichage ADN, contre les amendes exorbitantes, contre le fichier FINIADIA, contres les atteintes aux libertés individuelles et pour la libération de tous les prisonniers politiques corses".

Tous se sont retrouvés par la suite à l'extérieur du tribunal afin de manifester leur mécontentement, accompagné de nombreux militants et du collectif des anciens prisonniers politiques.
Blocage de la circulation par des feux de pneus et autres détritus ont ponctué cette manifestation.
Il n'y a cependant eu aucun incident à déclarer.

 

Paul-Félix Benedetti s'insurge
Lors de l'entrée du public dans la salle d'audience du TGI, un certains nombre de visiteurs était accepté par les agents de sécurité placés l'entrée du tribunal. Rapidement, Paul-Félix Benedetti, est monté au créneau.
" Anu cuntinuatu a so cumedia di vulè impone una quantità di persone chì ponu assistà à un prucessu. In un prucessu, i diritti mundiali sò libari. Vole dì chì s'hè c'hè un prublema du carreghe ùn si ponu pusà solu quelli ch'anu da entre, mà fora, annant'à u locu di i passi persi, tutt'ognunu hà u dirittu d'entre. Nimu s'hà da lascià impone una logica di sottumissione è tutt'u mondu hè intrutu. Parché avà n'avemu una techja di i cumpurtamenti ch'ùn sò micca in a logica d'appacimente" précisait, remonté, le leader de Core In Fronte.
 



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Les plagistes de Calvi s'exprimeront à l'issue de la réunion avec le préfet le 13 novembre

Le 08 Novembre 2019

La réunion qui s'est déroulée ce jeudi après-midi à Calvi entre les plagistes, élus et représentants de l'État a été qualifiée d'avancée positive. Toutefois, les plagistes qui ont obtenu de nombreuses réponses à leurs interrogations n'ont pas souhaité s'exprimer avant la réunion avec le préfet de Haute-Corse programmée le 13 novembre prochain

Radio Calvi Emily Bécaud : « Je me reconnais dans les valeurs et l’identité corses »

Le 08 Novembre 2019

La fille du célèbre chanteur sera, pour la première fois de sa carrière, en concert, ce vendredi à l’Espace Diamant d’Ajaccio, où elle s’exhibera aux côtés de Paul Mancini et Jean Menconi, pour chanter au profit de l’association Inseme. L’occasion pour CNI de découvrir une femme à la personnalité marquante.

Radio Calvi Des lycéens bloquent partiellement 7 établissements corses

Le 08 Novembre 2019

Ce jeudi 7 octobre, sept lycées de l’île sont partiellement bloqués par des jeunes militants du mouvement Ghjuventù Libera, et d’autres lycéens, en signe de solidarité avec le monde agricole.
Ces actions, qui pour le moment ressemblent plus à des barrages filtrants, sont en cours devant des établissements bastiais et ajacciens, et font suite à l'incarcération du jeune agriculteur Jean-André Flori, condamné la semaine dernière à 5 mois de prison ferme.
Les jeunes manifestants, comme il l’a évoqué dans notre vidéo un lycéen de l’institut Giocante di Casabianca, dénoncent plus généralement, le ras le bol de la jeunesse suite à la mise en examen de deux mineurs du syndicat Ghjuventu Libera surpris en août dernier, sur le point de taguer un mur.

De son côté le rectorat de Corse confirme que plusieurs lycées ont été affectés ce matin par des tentatives de blocages et que « toutes les dispositions ont été prises sans délai pour permettre l'accueil des élèves. » En fin de matinée tous les établissements étaient libres d’accès. Dans la même note, les services de l’académie incitent vivement les élèves absents ce matin, à reprendre les cours.

Les lycéens, quant à eux, comptent poursuivre leur geste symbolique au moins jusqu’à demain soir.

Radio Calvi Drame de Furiani : un seul véhicule concerné ?

Le 08 Novembre 2019

Les enquêteurs de la direction départementale de la sécurité publique de la Haute-Corse poursuivent leurs investigations afin de tenter de déterminer comment la jeune femme de 27 ans a trouvé la mort mercredi sur la route à quatre voies dans la traversée de Furiani.

Radio Calvi Les "Petits artistes de la mémoire" du CM2 d'Erbalonga bientôt reçus à Paris

Le 08 Novembre 2019

La classe de CM2 de l'école Augustin-Luciani à Erbalonga a remporté le concours national des "Petits artistes de la mémoire". Les 18 élèves seront accueillis mardi 12 novembre à Paris par la secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées pour recevoir leur prix.

Radio Calvi
Autres actualités :