Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Serge Orru promu Officier de la Légion d'honneur a été distingué à l'Hôtel de Ville de Paris
1 photo disponible

Serge Orru promu Officier de la Légion d'honneur a été distingué à l'Hôtel de Ville de Paris


Calvi

Par

Le 19 Juillet 2017


Chevalier de la Légion d'Honneur depuis 2008, sur proposition du ministère de l'Environnement, de l'énergie et de la mer, en charge des relations internationales sur le climat et, par décret du président de la République en date du 14 avril 2017, Serge Orrru a été promu au grade d'Officier de la Légion d'honneur.
La cérémonie de réception dans la Légion d'honneur a eu lieu lundi à l'Hôtel de Ville de Paris en présence de nombreuses personnalités, de la famille et de proches.
Pour cette remise de distinction, Serge Orru ne pouvait rêver mieux que d'avoir pour parrain son ami de toujours, le photographe, réalisateur Yann Arthus-Bertrand.


Lundi soir donc, l'Hôtel de ville de Paris a vécu un moment de belle fraternité avec la remise de l'insigne d'Officier de la Légion d'honneur à notre Serge Orru.
Anne Hidalgo la maire de Paris et Yann Arthus-Bertrand ont honoré notre ami calvais, balanin siculi-sarde en racontant son engagement inlassable pour l'Ecologie et l'humanité.
Les discours et l'ambiance chaleureuse qui ont accueilli les mots foisonnants de nos trois complices ont fait chavirer les 300 invités entre émotion et éclats de rires.
Une soirée qui fut belle et… longue.


Serge Orru dont on ne rappellera jamais assez qu'il est le père fondateur du Festival du vent et qu'il est à l'origine de campagnes comme celle de l'arrêt des sacs plastiques dans les commerces ou encore de celle de "Jette pas ton mégot, deviens un héros" est aujourd'hui conseiller auprès de la maire de Paris, chargé du développement durable, de l'environnement, du plan climat et de l'économie circulaire.


"Dire de Serge qu'il est un guerrier, c'est honorer ses racines corses, sardes et siciliennes"
"Je suis très heureuse d'être aux côtés de Serge Orru pour sa remise des insignes d'officier de la Légion d'honneur.
C'est un moment important pour moi parce que c'est un moment important pour lui – un moment qui doit tout à ces yeux à celles et ceux qu'il a permis de réunir.
Je pense à sa famille, à sa tribu, à ses amis, à ses frères d'armes, à ses camarades et même à ses connaissances – à vous tous qui qui avez répondu ce soir à l'invitation du partage.
Je parle de partage parce que c'est je crois dans cet esprit que Serge a espéré, conçu, créé cette cérémonie – parce que les honneurs qu'il reçoit n'ont de prix à ses yeux que pour être partagés avec ceux qu'il aime.
Ce soir, c'est Serge qui est à l'honneur, mais avec lui c'est nous – ce soir, c'est Serge qui est au centre mais avec lui c'est tout ceux auxquels il a donné et desquels il a reçu une part de ce qu'il est – ce soir, c'est Serge la vedette mais la vedette d'un spectacle sans spectateur où tout le monde serait sur scène" précisait en introduction la maire de Paris Anne Hidalgo.
Et de poursuivre: " Dire de Serge qu'il est un guerrier, c'est honorer ses racines corses, sardes et siciliennes. Mais pas seulement. C'est faire état de sa fidélité, de sa débrouillardise et de son courage au feu.
La fidélité, c'est ce qui reste de l'amitié une fois qu'elle est mise à l'épreuve ; c'est la loyauté convertie à la démocratie des égaux ; c'est le dessaisissement d'une part de nous-même au profit de qui nous aimons ou de qui nous servons.
Cette fidélité, je l'ai devinée chez Serge et depuis ce jour elle n'a jamais été prise en défaut.
Je suis heureuse de pouvoir rendre hommage aujourd'hui à cette qualité en voie de disparition dans nos sociétés individualistes et que Serge Orru arbore fièrement dans son regard – au point de faire pâlir l'éclat de toute médaille ou décoration qu'on pourrait lui remettre".
Et de conclure: " Je ne peux pas te remettre cette belle décoration que la République t'a décernée.
Alors ce sont des mots que j'accroche au revers de ta veste – des mots qui te ressemblent du poème Holy de Ginsberg : Sacrée la surnaturelle, intelligente, extrêmement brillante bonté de l'âme ! ".


Visiblement très ému, Serge Orru prenait à son tour la parole.
"Deux vaillantes et bien belles personnalités que j’aime et admire, me distinguent en ce 17 juillet. C’est Noel !
Anne et Yann, vous m’offrez la possibilité d’agir librement, je vous en remercie. Vos gestes au quotidien, vos mots d'amour et d’amitié, votre confiance et votre exigence me poussent fortement dans nos combats communs avec l’obligation de résultat face aux périls que nous connaissons et que nous devons vaincre.
Anne et Yann, je m’arrime encore plus fortement à votre tendresse et à vos entreprises courageuses utiles à vivre et à aimer.
« Aujourd’hui, je suis ce que je suis, nous sommes ce que nous sommes et tout ça c’est la somme des pollens dont on s’est nourri » nous chante Pierre Barouh.
Le 25 août 1994, lors de la Libération de Paris mon Père Joseph Orru, d'origine Sarde, né en Tunisie, pouvait-il imaginer du haut de son char, un Sherman de la 2ème DB du Général Leclerc, qu’un jour lointain, une petite fille de républicains espagnols, ses frères d’armes dont il nous parlait avec admiration, puisse devenir la première femme maire de Paris et que l'un de ses fils qui n'existait pas à l'époque, puisse avoir le bonheur de la servir aujourd'hui au sein de la belle équipe de son Cabinet.
Mes parents pouvaient-ils imaginer qu’un Yann Arthus-Bertrand ou plutôt Yann Artiste Bertrand, ce moustachu célèbre pour son talent planétaire et amoureux qui nous bouleverse en nous offrant le monde vu du ciel et le monde vu du coeur, que cet artiste de l’image, ce champion de l’écologie puisse me décréter aujourd’hui Officier moi, le petit bonhomme d’un mètre 67. Calvais, Balanin, Montmartrois, Siculo, Sarde.
Je sais que mes parents aimeraient vivre cette soirée avec nous. Ma maman Mariette Scaturro, sicilienne, née dans la médina de Sfax, chapelière, femme magnifique, mère de 5 filles et de trois garçons aurait adoré être des nôtres aujourd'hui, je la sens à nos côtés. Elle est la reine de cette cérémonie, la "commandeuse" de la lésion du coeur, elle qui a su si bien tenir la promesse de l'aube, chère à Romain Gary, en réussissant l’unité des siens.
Franchement ce sont eux mes parents qui méritent cette distinction d’Officier de la Légion d’honneur que la République m'offre grâce à la décision de Ségolène Royal que je remercie sincèrement ici.
Officier, je resterai un tisseur de vents solidaires, simple citoyen de la République du Vent, ce vent de la liberté pollinisateur qui n’a pas de frontière et que nul ne peut mettre en cage.
Mes parents Mariette et Joseph étaient des êtres superbes, nés pauvres, ils sont devenus milliardaires en amour et n'ont cessé de partager leur richesse humaine avec les leurs et ailleurs.
Devant les miens si précieux dans ma construction, devant Carina mon épouse que j'aime tellement depuis 26 révolutions autour du soleil et devant mes enfants adorés et toute ma tribu chérie d’ici et d’ailleurs, je voudrais vous dire solennellement que même Officier de la Légion d'honneur je continuerai à vous asperger d'eau, car je dois vous avouer que c’est mon jeu préféré en famille l’été, chez nous en Corse.

L'hommage à Tignous
Et de poursuivre:
" Merci mes amours de supporter mes impatiences, ma frénésie des idées et des autres. De m'offrir votre force sans modération.
Un membre de la famille nous manque. Je le vois se moquer de moi pour montrer sa fierté.
Tignous. Gentilhomme à la belle âme.
Aujourd'hui j'entends son rire bienveillant, dents du bonheur à tous les étages, Tignous avait le secret d'envelopper la vérité nue d'un beau voile d'insolence et de rire, non pour la masquer mais pour la rendre belle et plus séduisante.
Anne Hidalgo a décidé que des dessins de TIGNOUS soient peints dans la salle de commission numéro 1 pour l’honorer. Inauguration en septembre !
Alors que vous êtes toutes et tous devant moi, avec celles et ceux qui n’ont pu être des nôtres aujourd’hui et avec ceux qui nous ont quitté et m’ont tant apporté que je salue fraternellement :Robert Piumati, Hilaire Balducci, Basile Guéorguievski, Thierry Kazazian, David Servan-Scheiber, Antoine Mariotti, Pascal Colonna, Christophe de Ponfily, Luc Hoffmann, Jean-Paul Taris et Albert Ferracci, sans oublier ma tata Mathilde et mémé Carmen. Je voudrais vous clamer ma reconnaissance pour vos regards, votre confiance et votre chaleur humaine qui sont les véritables énergies renouvelables de notre passionnante traversée de la vie qui est une aventure inédite.
Il y a aussi un autre ami cher, bien vivant mais absent aujourd'hui car ses vacances familiales l'ont éloigné de son bureau du rez-de-chaussée de l'Hôtel de Ville, un être humain qui chaque jour tente de devenir poète ou saint et qui, parfois dans un moment de grâce, arrive à être les deux. Bises bio pour notre Francois Espéret".
Et de conclure
"Nous sommes venus sur terre pour être confrontés à l’existence et chercher la façon d’en faire quelque chose. Pas pour être médiocre, ni la détruire!
Partageons joyeusement nos différences, le miel de notre diversité. « Pour s'unir il faut se savoir différents. »
Et petit conseil pour nous les mecs : que nos égos démesurés deviennent enfin des melons et des pastèques bio. Cela fera du bien à la planète.
« Il y a ceux qui rêvent les yeux ouverts et ceux qui vivent les yeux fermés ».
Si nous, nous naissons dans la beauté de notre planète magique, nous devons joyeusement faire émerger la bonté du monde. Tout notre possible est notre devoir.
Les arbres dans les forêts anciennes ont un système racinaire totalement connecté et solidaire, s'apportant mutuellement les substances nutritives. Un arbre seul n'est pas une forêt, il ne peut à lui seul créer des conditions climatiques équilibrées. Comme les arbres, nous les humains, à quelques-uns, apprenons à être plusieurs.
Vivons librement comme un arbre et fraternellement comme une forêt.
Aimons voir les autres réussir et être heureux, la vie est un voyage, pas une compétition.
Vivons heureux aujourd’hui, car demain il sera trop tard me répète mon ami Jean Temir du haut de la citadelle de Calvi.
Georges Brassens nous dit« La seule révolution possible, tu vois, c’est essayer de s‘améliorer soi-même, en espérant que les autres fassent la même démarche. Le monde ira mieux alors.
Alors, il est grand temps que les gentils se rassemblent.
Chiche ! Action ! Dès demain !".
Dans son allocution, avec beaucoup de sensibilité, d'amour et d'émotion, Yann Arthus-Bertrand a souligné les qualités de Serge, son sens des mots et des formules, son sens de la famille, celui de l'engagement, de la mobilisation, de l'amitié et bien évidemment celui de l'économie circulaire.
Il lui remettait ensuite l'insigne d'Officier de la Légion d'honneur.
La rédaction de Corse Net Infos se joint à la famille et à ses proches pour lui manifester sa fierté et lui adresser ses félicitations



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Accident d'apnée de Calvi : Le corps du S/C Mansour Ainlalane rapatrié dans son pays d'origine

Le 18 Août 2017

Ainsi que nous l'avons relaté, le 14 août dernier, un apnéiste a disparu dans le secteur de la baie de Nichjarettu. Le corps sans vie du sergent-chef Mansour Ainlalane, du 2e Régiment Etranger de Parachutistes était retrouvé le lendemain. Sur le site officiel du Régiment, le colonel Jean de Monicault, chef de Corps du 2e REP a publié un communiqué.

Radio Calvi Sarrola-Carcopino : Le recrutement continue à Auchan Atrium

Le 18 Août 2017

Mardi 8 août, la trentième session de recrutement des équipes Auchan Atrium se déroule dans les locaux de l’enseigne, à Sarrola-Carcopino. Pierre Agostini, directeur du magasin, présente l’hypermarché et le rôle des futurs collaborateurs aux 58 participants. Au total, 54 d’entre eux sont séduits et décident de postuler.

Radio Calvi Bastia : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, prend le pouls de l’hôpital

Le 18 Août 2017

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, était ce jeudi à matin e visite à l’hôpital de Bastia. Non pour y faire des annonces mais pour établir un bilan de santé de l’établissement.
 

Radio Calvi Sporting club de Bastia : Le témoin a été passé… Le dossier de cessation de paiement déposé

Le 18 Août 2017

Le témoin a été passé comme prévu ce jeudi en milieu de journée, entre les anciens et les nouveaux dirigeants du Sporting club de Bastia. Mais sur le coup de 17 heures, sans doute parce que cette passation s'est avérée plus longue que prévue, rien n'avait, encore, filtré de l'assemblée générale, extraordinaire de l'association SCB, qui s'était déroulée à huis clos, hors de la de la présence de toute personne étrangère au club.

Radio Calvi Drame familial de Calvi : Kevin Gillet toujours dans un état critique

Le 18 Août 2017

Admis en service réanimation du centre hospitalier Calvi-Balagne à la suite au coup de feu qu'il a reçu dans la nuit de mercredi à jeudi, Kevin Gillet était toujours dans un état critique en début de soirée
 

Radio Calvi
Autres actualités :