Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

SLP Muvistrada : Le conflit se durcit, le plaignant contre attaque !
1 photo disponible

SLP Muvistrada : Le conflit se durcit, le plaignant contre attaque !


Calvi

Par

Le 04 Octobre 2018


Ce n’est pas la première fois qu’un conflit paralyse la société Muvistrada. Il y a quelques mois, le personnel s’était élevé contre l’embauche d’un employé par la direction sans tenir compte de la demande faite sur place, mais après concertation avec le personnel, le travail avait repris aussitôt. Cela dit, selon certains salariés de l’entreprise, les rapports seraient plutôt tendus avec la direction. A l’origine, des problèmes de harcèlement seraient à l'origine d'une crise qui couve depuis longtemps. Le ton monte…


Où il s'agit de harcèlement...
L’ensemble du réseau est paralysé. « Tous les chauffeurs nous suivent. Si on débloquait maintenant, je pense qu’il y aurait six bus dehors ce matin et quatre cet après-midi», explique Anthony Bartoli, secrétaire national du STC transports. L'intersyndicale défend un chauffeur, que la direction a suspendu provisoirement à la suite d'une altercation verbale présumée avec un usager. Pour le STC, qui défend le salarié, c’est ce dernier qui aurait été agressé verbalement. Le syndicat déclare même, qu’un témoin, un touriste, devrait déposer ce mercredi en sa faveur au commissariat. Le STC demande que le salarié soit réintégré en attendant le résultat de l'enquête. Raison pour laquelle le dépôt du Vazziu reste bloqué. C'est en tout cas la position de l'intersyndicale qui s'explique:
"Pour la direction, le dépôt de plainte d'un usager est suffisant pour engager une telle procédure. Ce serait au salarié d'apporter les éléments de preuves permettant de le disculper.
Où est donc la présomption d'innocence?
Les règles élémentaires du droit ne s''appliqueraient-elles plus depuis le passage en SPL ?
Pourtant le directeur reconnaissait lui même, lors de notre rencontre, que l'usager avait exagéré les faits. Malgré tout, il s'engageait dans la voie disciplinaire en vue d'un licenciement pour faute grave, cela sans aucune preuve !
Pourquoi la cadre administratif et financier n'a-t-elle pas eu droit aux même faveurs à la suite du dépôt de quatre plaintes pour harcèlement moral à son encontre ?
Nous précisons que le salarié incriminé a , en sa possession, le témoignage d'un usager venu passer des vacances à Ajaccio. Ce dernier atteste que c'est l'usager qui a agressé et insulté le chauffeur. Il atteste également qu'à aucun moment, la salarié n'a été agressif ou menaçant envers l'usager. C'est la raison pour laquelle l'intersyndicale a décidé de reconduire son mouvement suite à la rupture du dialogue social.
il exige:
- le retrait de la procédure de licenciement
- l'arrêt immédiat des faits de harcèlement moral, notamment à l'agence commerciale
- le respect de la parole du maire d'Ajaccio, à savoir l'arrêt des discriminations syndicales, la transparence totale sur l'attribution de promotions et le départ de Nicole Galey.

Le point de vue du plaignant
"Je vous écris afin de vous relater la série d’incidents qui s’est produite sur le réseau de bus ajaccien. Contrairement à ce que nous avons pu lire dans certains médias locaux, il ne s’agit pas d’une simple altercation verbale entre un usager et un chauffeur de bus, mais bien de propos racistes et menaces de mort de la part d’un chauffeur de bus à l’encontre d’une famille de touristes en séjour sur l’île. Aussi, puisque la version officialisée me choque tout autant que les propos de ce chauffeur, je contacte les médias afin de donner ma version, qu’elle soit entendue de la même manière qu’elle a été vécue et tels que ces faits ont été relatés au commissariat de police au travers un dépôt de plainte.

 

Dimanche 23 septembre, alors que nous attendions le bus en famille à l’arrêt Palm Beach, une dame d’une soixante d’années est arrivée au moment où le bus 5 ouvrait ses portes. Cette dame a demandé au chauffeur de patienter car une mamie arrivait. Cette mamie, nous l’avons vue sur la plage, elle est âgée de 95 ans, elle peinait à monter les marches et son amie s’est précipitée pour faire attendre le bus. Le chauffeur a répondu qu’il n’attendait pas, nous pensions qu’il disait cela sur le ton de la rigolade, nous sommes montés dans le bus et ce dernier a fermé les portes et démarré en trombe alors que la mamie arrivait au niveau de l’arrêt. Elle a du attendre le prochain bus à un arrêt en plein soleil, au vu de son grand âge, la situation nous a paru choquante. Quelques centaines de mètres avant notre arrêt, nous l’avons signalé en appuyant sur le bouton « arrêt demandé », contrairement à ce qui a été dit par un syndicaliste, aucun dysfonctionnement n’était à déclaré. Le panneau lumineux était visible par le chauffeur mais ce dernier, écouteurs sur les oreilles, en pleine discussion avec un passager a tout bonnement « râté » notre arrêt. Nous avons dû crier pour qu’il nous entende, notre mécontentement lui a déplu, il a crié plus fort que nous et m’a interpellé en me disant « toi tu descendras plus loin, tu vas marcher ».

 

Il nous a également dit, je cite, « cassez vous », « rentrez chez vous », « enc... » et j’en passe. Il a voulu sortir de sa cabine et un passager l’en a empêché. Je lui ai fait remarquer son manque de respect et de civisme, comme pour la mamie qu’il a laissé sur le bord de la route. Ce chauffeur nous a débarqué plus loin que notre arrêt et nous sommes donc descendus, accompagnés de nos deux enfants, l’aîné de 7 ans apeuré par la situation, notre cadette en poussette. Le lendemain matin, je faisais un footing et j’ai croisé aux abords de l’arrêt Chapelle des Grecs, ce même chauffeur.


Ce dernier m’a reconnu alors que j’étais sur le trottoir d’en face et m’a hurlé d’attendre « fils de pute de français », il a fait une tape sur l’épaule à un collègue à lui et s’est mis à me courir après, alors que son collègue s’est posté devant le bus. En rentrant de mon footing, ma femme - terrifiée par les proportions que prenaient la situation - a décidé d’interpeller la compagnie de bus Muvistrada. Le samedi suivant, nous avons de nouveau croisé le chauffeur en plein centre d’Ajaccio, celui ci conduisait un bus, il m’a crié par la fenêtre qu’il allait m’attraper, qu’il savait où j’allais à la plage.

Comme vous pouvez le remarquer, il ne s’agit pas d’un acte isolé mais bien d’une série de plusieurs incidents, de comportements scandaleux et d’harcèlement. Cette histoire a gâché notre séjour, ma femme était paniquée à l’idée que le chauffeur puisse nous retrouver et mettre ses menaces a exécution."



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
5e rallye Portivecchju Sud Corse : Youness El Kadaoui pour la quatrième fois

Le 18 Février 2019

Le pilote Porto-Vecchiais au volant de la Skoda s'est adjugé, dimanche après-midi, le cinquième Portivechju Sud Corse en remportant sept spéciales sur les huit qui composaient cette ouverture de la saison insulaire des rallyes.

Radio Calvi Deux plongeurs pris en flagrant délit de pêche sous-marine nocturne sur la plage de Bodri

Le 18 Février 2019

Sur indications du sémaphore de l'Ile-Rousse, deux plongeurs qui s'adonnaient à la pratique de la pêche sous-marine à l’aide de fusils harpons et de moyens lumineux ont été interpellés par les gendarmes sur la plage de Bodri, commune de Corbara

Radio Calvi Pollution plastique entre Corse et Toscane : L'ennemi invisible qui étouffe la Méditerranée

Le 18 Février 2019

Il n'y malheureusement rien de nouveau. Comme on l'avait relaté il y a deux ans dans nos colonnes, la Méditerranée est en passe de devenir une mer de plastique. Depuis des années des véritables îles de déchets ont fait leur apparition dans le Mare Nostrum et ce pic de pollution, qui intéresse surtout une zone entre le Cap Corse et la Toscane, préoccupé WWF Italy qui lance une alarme: d'ici 2050, en Méditerranée, il y aura plus de plastique que de poisson.

Radio Calvi Succession : Menace fiscale sur la donation en nue-propriété et l’usufruit !

Le 18 Février 2019

La donation d’un bien immobilier pourrait, à partir du 1er janvier 2020, être considéré comme un abus de droit par l’administration fiscale. C’est ce qu’institue un amendement de la loi de finances 2019, déposé par la députée LREM Bénédicte Peyrol, et qui provoque un tollé chez les notaires. L’enjeu : un acte très classique de succession qui consiste pour des parents à transférer la nue-propriété de leurs biens immobiliers à leurs enfants tout en en gardant l'usufruit. La députée se défend de remettre en cause ce démembrement, mais le Conseil supérieur du notariat a saisi les ministres de l’économie et du budget, exigeant des précisions. Explications, pour Corse Net Infos, de Me Annette Pieri, notaire à Aleria et conseillère territoriale du groupe Per l’Avvene.

Radio Calvi La statue de la Madunuccia restaurée au Centre de conservation de Calvi

Le 15 Février 2019

La Madunuccia Sainte patronne de la cité impériale est actuellement en restauration au Centre de conservation et de restauration du patrimoine immobilier de Corse à Calvi. Elle sera de retour à Ajacciu pour la neuvaine et les solennités du 18 mars

Radio Calvi
Autres actualités :