Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Territoriales : Avec les Insoumis "AOC Mélenchon"
1 photo disponible

Territoriales : Avec les Insoumis "AOC Mélenchon"


Calvi

Par

Le 20 Novembre 2017


Avec l'annonce de candidature de Jacques Casamarta, les Insoumis de Corse ont été placés devant le fait accompli. Ils reviennent sur les péripéties de la précampagne les concernant et dressent un état des lieux de la situation. Échanges avec, faisant partie des groupes d'action de Bastia, Porto Vecchio et Ajaccio, Robin de Mari, Sandrine Nobili, Jean-Luc Doussau, Kilian Martinetti et Nathalie Bourras.
Ils expliquent : « Il n'y a pas là une scission entre deux groupes d'Insoumis. Pour reprendre un rapide historique, fin juin, une dizaine de militants annoncent que la Corse Insoumise ira aux territoriales, avec diverses formations de gauche. Le 17 juillet, la première réunion a lieu en catimini avec le PC sans en référer ni au national ni à la base locale, réunion ne donnant lieu à aucun compte rendu. Fin août, après la amphis de Marseille, nous avons été conviés à cinq - aucun de la liste actuelle - à rencontrer le national, preuve que rien n'avait été fait en ce sens. Les autres ont aussi rencontré quelqu'un de la superstructure pendant l'été - une députée retraitée en vacances – et rien n'a filtré de cet entretien... »


Depuis plusieurs mois, en fait, la problématique des territoriales avait été posée. Y aller dans une union, ce n'était pas dans la ligne de La France Insoumise, à moins que ce ce soit sur la base de L'Avenir en Commun. Soutenir d'autres, par exemple le PC, cela aurait pu être possible... Mais toutes les éventualités étaient rejetées. « En fait, il ne fallait parler que de l'union avec le PC, une fiction de débat alors que nous savions que les jeux étaient déjà faits. » Selon les Corses de La France Insoumise, le système médiatique a tendance à mettre en avant les seules paroles de Jean-Luc Mélanchon, alors qu'il s'agit d'une stratégie décidée collectivement. « Sur la plate-forme de la France Insoumise, il y a plus de 4 000 contributions d'individus et de groupes, et des synthèses à partir de celles-ci », soulignent-ils. La démocratie y fonctionne donc à plein. « Il ne s'agit pas de faire croire que le méchant Mélenchon essaie de contrer des décisions prises démocratiquement au plan local. Parler de diktat en ce cas s'apparente à de la manipulation, en limitant de surcroît le débat la sphère corse-corse. » Existe-t-il une définition au sens politique de l'Insoumission ? « Oui, et elle est simple : le respect de notre programme, L'Avenir en Commun, auquel nous avons tous participé (sauf les candidats qui se réclament de nous), et le charte de La France Insoumise. »


Les insoumis l'apprennent à leur dépends : l'assemblée est peut-être nouvelle mais la politique qui y conduit est vieille et connaît les recettes pour figurer au mieux dans la compétition. Mais, une fois admis qu'ils ont été dépassés, ils campent sur leurs positions : « Nous sommes nombreux à penser que le programme national de la France Insoumise est particulièrement adapté à la Corse. A partir du moment où la FI ne valide pas de candidature, lancer le nom de Corse Insoumise est sans fondement. Il n'y aura pas de notre part d'appel au vote. Chacun d'entre nous est assez mature pour savoir ce qu'il a à faire. Nous avons été bernés, mais le PC aussi. Jacques Casamarta parle d'un vote à 80% des Insoumis de Corse pour l'alliance, mais ce vote n'a jamais eu lieu ! Il a fait croire aux communistes que le national était au courant, ce qui n'a jamais été le cas ! »


Les Insoumis reprochent donc au leader de la liste d'union de s'être servi du label comme d'un marchepied électoral. Les 25 et 26 novembre, deux de ceux qui s'expriment là participeront la convention de la France Insoumise à Clermont-Ferrand. Ils l'admettent : c'est une force de ne pas être structuré, mais cela peut parfois avoir des inconvénients, notamment au niveau de la communication. Ils l'ont expérimenté sur l'île, où ils ont patiné dans ce domaine. « Il faut sans doute des porte-parole en région, disent-ils. Pour les médias, une parole doit être reliée à quelqu'un ou à quelques uns. Cela rend les choses plus faciles et accroît l'efficacité du message ». En attendant, ils se retrouvent sur Discord, messagerie instantanée où La France Insoumise a créé un lieu d'échanges.


Ces électeurs, si on ne sait pas pour qui ils voteront, on peut se douter pour qui ils ne voteront pas. « Nous ne critiquons pas le fait que cette union existe... Mais, à titre personnel, il nous est difficile de voter pour des gens qui nous ont arnaqués et nous prennent pour des imbéciles », disent-ils.

 



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Lisula : Trasmissione ecoludica per i zitelli

Le 23 Février 2018

zitelli iscritti à l'accogliu di i minori intercumunale di u CIAS di Lisula Balagna, anu prisentatu eri mane à a scola di Lisula, un travagliu annant'à i frazi attraversu un filmettu è un bellu ricettore per u scumparitimentu fattu da per elli .
 

Radio Calvi Rugby à Furiani avec France-Italie : Ce ne sera pas la première fois...

Le 23 Février 2018

France-Italie du tournoi des 6 Nations féminin, qui se déroulera ce samedi à 21 heures sur le stade Armand-Cesari, marque le retour du rugby à Furiani. Le ballon ovale a fait en effet de nombreuse incursions sur la pelouse où le football corse a écrit quelques-unes de ses plus belles pages.
 

Radio Calvi Le doyen de Zilia, Francescu Santelli nous a quittés dans sa 105e année

Le 23 Février 2018

Le petit village de Zilia pleure le décès de son doyen Francescu Sabtelli décédé à l'âge de 104 ans, entouré de l'affection des siens. Ses obsèques ont été célébrées jeudi matin en présence d'une foule nombreuse
 

Radio Calvi Joseph Pucci devient le nouveau président du syndicat d’énergie de Corse-du-Sud

Le 23 Février 2018

Seul candidat en lice, le maire de Viggianello et conseiller territorial de Pè a Corsica, Joseph Pucci, a été élu, sans surprise, président du syndicat d’électrification de la Corse du Sud (SDE2A). Les 192 maires inscrits au syndicat et 8 conseillers territoriaux étaient appelés à voter jeudi matin au Palais des congrès d’Ajaccio. 147 se sont prononcés en sa faveur contre 20 bulletins blancs et 7 nuls. Joseph Pucci succède à Jean-Jacques Panunzi à qui il a rendu hommage avant de décliner ses priorités et les enjeux.
 

Radio Calvi Nanette Maupertuis : « C’est, dans le contexte européen, une chance de rencontrer la vice-présidence de la Bulgarie »

Le 23 Février 2018

Une délégation corse, composée du président de l’Exécutif Gilles Simeoni, de la conseillère exécutive Nanette Maupertuis, du député Jean-Félix Acquaviva, de la directrice de la culture Andrée Grimaldi, et de la responsable des filières agricoles de l’ODARC Marie-Pierre Bianchini, s’est rendue mardi à Sofia en Bulgarie. Un déplacement, à la fois, culturel, diplomatique et promotionnel. Une seule journée intense de rencontres qui est tombée à pic au moment où la Bulgarie assure la Présidence de l'Union européenne (UE) pendant six mois et où se décide la politique de cohésion 2020-2026. Deux entretiens avec la Vice-Présidente, Iliana Iotova, et la Vice-Premier Ministre en charge de la présidence européenne, Liliana Pavlova, ont été l’occasion pour l’Exécutif corse de plaider, comme il l’avait fait l’an dernier à Malte, la nécessité d’une politique européenne prenant en compte les contraintes de l'insularité, les besoins des îles et des régions montagneuses. Des enjeux exposés, pour Corse Net Infos, par Nanette Maupertuis, en charge notamment des affaires européennes, membre du Comité des régions et présidente de l’Agence de tourisme de la Corse (ATC).
 

Radio Calvi
Autres actualités :