Ecouter en direct

l'actualité en Balagne avec Corse net infos

Territoriales : La liste « Andà per dumane » en ordre de marche
1 photo disponible

Territoriales : La liste « Andà per dumane » en ordre de marche


Calvi

Par

Le 28 Novembre 2017


Il est 18h30 dans la salle Prestige située à l’étage au Palais des Congrès d’Ajaccio. Un à un, les membres de la liste « Andà per Dumane » arrivent. On aperçoit des élus anciens ou récents, notamment François Casasoprana, ancien conseiller départemental et élu de la municipalité, José-Pierre Mozziconacci, maire d’Olmeto, ou Barthélémy Leca, maire de Serriera. Et même des personnes de la société civile, comme Roger Miniconi… D’autres élus, qui apportent leur soutien, sont également présents comme Jean-Baptiste Luccioni, maire de Pietrosella.
18h45 : La salle se remplit et le public s'impatiente. Puis, arrivent les trois leaders de la liste, Jean-Charles Orsucci, François Orlandi et Catherine Riera. A leurs côtés, leurs colistiers, entre jeunesse et expérience pour employer un terme sportif : Jean-Marc Ettori, président du FC Tours et chef d’entreprise, Marie Josée Joly, présidente de l’association France Alzheimer, Antoine Poli (CCI2B), Marie-Hélène Padovani, conseillère municipale de San Martinu di Lota, Marie Luccioni, étudiante et fille de Jean-Baptiste, et Claire Ciccolini, directrice de BGE Corse. A six jours du premier tour, le maire de Bonifacio a incontestablement voulu marquer un grand coup en invitant Christophe Castaner, délégué général de LREM. Le représentant du gouvernement est très attendu. Peu avant 19 heures, il arrive, ovationné par le public. La sono diffuse « Changer la vie » de Jean-Jacques Goldman en guise de préambule. Le meeting peut commencer. Il durera près de deux heures….
Un meeting bien mené, mais où l’on n’aura rien appris de nouveau. Dans la salle, quelques bandera déployées ici et là. Contre le mur, une autre, plus grande : « En Marche, in Marchja », histoire de miser sur le bilinguisme. Il s’agit, pour Jean-Charles Orsucci de poursuivre sur la voie tracée ces derniers mois et de prendre en compte quelques revendications pour lesquelles il s’est déjà battu. François Casasoprana, l’un des « régionaux » de l’étape, ouvre les débats. Martelant l’émergence « d’un nouveau monde politique ancré dans des valeurs auxquelles je crois », il présente la démarche d’ « Andà per dumane » comme « une transformation que les gens appellent de leurs vœux » en affirmant « Oui à l’autonomie de la Corse dans la République ! ». A sa suite, François Orlandi, président du Conseil Départemental de la Haute-Corse, évoque « un mouvement jeune et ambitieux. Cette démarche est faite pour entendre et accompagner tous les territoires. C’’est l’esprit de LREM. Nos valeurs sont des valeurs humanistes et de progrès. Nous allons entrer dans une ère nouvelle avec la collectivité unique. Il y aura une seule autorité, sans partage. Nous souhaitions avoir cette capacité à peser pour équilibrer les débats. Car il y aura des risques de dérive. » Seconde sur la liste, Catherine Riera lui emboite le pas dans un style plus décontracté mais avec beaucoup de conviction. « Je m’appuie sur mon engagement professionnel et associatif en défendant, comme chacun le sait, une cause majeure : la santé publique. C’est une tâche immense qui nous attend, celle d’une émancipation à travers trois axes fondamentaux : libérer, investir, protéger. Apporter un peu plus d’humanité dans mon territoire… »…

Le challenge Macroniste
Jean-Charles Orsucci enchaîne sur un discours rodé sur le danger nationaliste : « Nous sommes favorables à plus d'autonomie de la Corse dans la République. Mais l'autonomie, point final ! Pour nous, l'indépendance est clairement une ligne de fracture ! ... A-t-on le droit en Corse de ne pas être indépendantiste ? Existe-t-il un espace entre l'indépendance et une France jacobine ? Poser la question c'est y répondre ! ». Et la nécessité de réunir les listes de droite et de gauche pour les contrer : « Lorsque la gauche et la droite servent de marche pied aux nationalistes, elles sont progressistes et vertueuses. Lorsqu'elles s'y opposent, elle redeviennent archaïques et perverses. Où est la cohérence ? Qui peut donner des leçons ? ». Pour lui, ce n'est pas un reniement : « Je ne renie rien de ce que j'ai été. Je suis un socialiste, autonomiste convaincu comme le disait Claude Olivesi. Un social-démocrate, un Rocardien dans l'âme, fier d'avoir eu son soutien en 2015 ! ... Je suis Européen, Français et Corse. J'ai un triple patriotisme. Je suis fier de Fred Scamaroni et de Jean Moulin, de Paoli et de De Gaulle, de Simone Veil et de Marie Curie ! ». Il estime être le mieux placé pour réussir « l'émancipation sociale, culturelle et économique de la Corse », pour discuter avec le gouvernement et « rétablir le rapport de confiance avec l'État. Mais croyez vous que ce rapport de confiance peut être établi lorsqu'on parle de la France comme d'un pays ami ? ... Nous sommes convaincus que si, demain, j'ai l'honneur d'être Président de l'Exécutif, dans cette France que l'on veut girondine, nous relèverons le challenge que nous a assigné le candidat Macron ».

Intervenant en fin de meeting, Christophe Castaner conclut en réitérant le soutien de Paris et de son mouvement : « Je crois en la France qui réunit, qui n'a pas peur de ses enfants. La Corse est un enfant de la République. Vous avez inventé, ici, la démocratie ! Avec vous, nous devons reconnaître les spécificités de la Corse dans la République ! ». Si l'enjeu pour les Marcheurs locaux est d'arriver en tête des listes de l'opposition au soir du 1er tour, l'enjeu pour les Marcheurs nationaux, c'est de faire capoter les Nationalistes au 2nd tour. Mais, pour les uns comme les autres, il reste encore à faire beaucoup de chemin...
 



Plus d'informations, cliquer ici

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !


RETOUR

Autre actualités pour Calvi :
Lisula : Trasmissione ecoludica per i zitelli

Le 23 Février 2018

zitelli iscritti à l'accogliu di i minori intercumunale di u CIAS di Lisula Balagna, anu prisentatu eri mane à a scola di Lisula, un travagliu annant'à i frazi attraversu un filmettu è un bellu ricettore per u scumparitimentu fattu da per elli .
 

Radio Calvi Rugby à Furiani avec France-Italie : Ce ne sera pas la première fois...

Le 23 Février 2018

France-Italie du tournoi des 6 Nations féminin, qui se déroulera ce samedi à 21 heures sur le stade Armand-Cesari, marque le retour du rugby à Furiani. Le ballon ovale a fait en effet de nombreuse incursions sur la pelouse où le football corse a écrit quelques-unes de ses plus belles pages.
 

Radio Calvi Le doyen de Zilia, Francescu Santelli nous a quittés dans sa 105e année

Le 23 Février 2018

Le petit village de Zilia pleure le décès de son doyen Francescu Sabtelli décédé à l'âge de 104 ans, entouré de l'affection des siens. Ses obsèques ont été célébrées jeudi matin en présence d'une foule nombreuse
 

Radio Calvi Joseph Pucci devient le nouveau président du syndicat d’énergie de Corse-du-Sud

Le 23 Février 2018

Seul candidat en lice, le maire de Viggianello et conseiller territorial de Pè a Corsica, Joseph Pucci, a été élu, sans surprise, président du syndicat d’électrification de la Corse du Sud (SDE2A). Les 192 maires inscrits au syndicat et 8 conseillers territoriaux étaient appelés à voter jeudi matin au Palais des congrès d’Ajaccio. 147 se sont prononcés en sa faveur contre 20 bulletins blancs et 7 nuls. Joseph Pucci succède à Jean-Jacques Panunzi à qui il a rendu hommage avant de décliner ses priorités et les enjeux.
 

Radio Calvi Nanette Maupertuis : « C’est, dans le contexte européen, une chance de rencontrer la vice-présidence de la Bulgarie »

Le 23 Février 2018

Une délégation corse, composée du président de l’Exécutif Gilles Simeoni, de la conseillère exécutive Nanette Maupertuis, du député Jean-Félix Acquaviva, de la directrice de la culture Andrée Grimaldi, et de la responsable des filières agricoles de l’ODARC Marie-Pierre Bianchini, s’est rendue mardi à Sofia en Bulgarie. Un déplacement, à la fois, culturel, diplomatique et promotionnel. Une seule journée intense de rencontres qui est tombée à pic au moment où la Bulgarie assure la Présidence de l'Union européenne (UE) pendant six mois et où se décide la politique de cohésion 2020-2026. Deux entretiens avec la Vice-Présidente, Iliana Iotova, et la Vice-Premier Ministre en charge de la présidence européenne, Liliana Pavlova, ont été l’occasion pour l’Exécutif corse de plaider, comme il l’avait fait l’an dernier à Malte, la nécessité d’une politique européenne prenant en compte les contraintes de l'insularité, les besoins des îles et des régions montagneuses. Des enjeux exposés, pour Corse Net Infos, par Nanette Maupertuis, en charge notamment des affaires européennes, membre du Comité des régions et présidente de l’Agence de tourisme de la Corse (ATC).
 

Radio Calvi
Autres actualités :